Critique de Greener Grass

Greener Grass

7.8

Scénario

7.3/10

Casting

8.2/10

Réalisation

8.0/10

Les pour

  • Totalement déjanté

Les contre

  • Faut adherer au genre.

Twitter : #GreenerGrass #EtrangeFestival @etrangefestival

Titre VO :

Réalisatrices : Jocelyn DeBoer, Dawn Luebbe

Acteurs : Jocelyn DeBoer, Dawn Luebbe

Durée : 1H35

Date de sortie : Inconnue (Vu à l’étrange festival)

Aller à l’étrange festival c’est évidemment espérer y voir des films étranges et Greener Grass en est le parfait exemple.

Entre une femme qui donne son bébé, un enfant qui devient subitement un chien, un tueur en série qui sévit dans l’ombre ou encore une femme qui prend un ballon pour enfant, Greener Grass est une satire de la vie parfaite aux Etats-Unis sur fond de comédie déjantée et décalée.

Tout, absolument tout est étrange dans ce film, mais en creusant un peu chaque folie fait écho à ce que l’on nous vend comme vie idéale et comme règle de vie si bien que le tout en est encore plus risible et intéressant en même temps.

Ouvert à plusieurs interprétations, le film fait évidemment parler et réfléchir au-delà du générique de fin que ce soit pour la folie du premier degré ou les autres aspects plus profonds que l’on va y déceler.

Greener Grass se regarde facilement puisque son rythme est bon avec chaque fois une nouvelle folie qui arrive au bon moment.

Le tout est très bien interprété, ce qui aide évidemment à accepter ce qui se joue à l’écran. Après tout si les personnages croient en ce qu’ils vivent et parviennent à vous y faire croire aussi, alors pas de doute que le casting était bon.

Que dire de plus sur ce film si ce n’est qu’il est sans doute un des plus tordus de cette édition 2019 de l’étrange festival.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :