Critique de « A Most Violent Year »

Avis:

Twitter : #AMostViolentYear @STUDIOCANAL

Acteurs : Oscar Isaac, Jessica Chastain, David Oyelowo

Réalisateur : J. C. Chandor

Date de sortie : 31 décembre 2014 (2h05min)

Synopsis :

New York – 1981. L’année la plus violente qu’ait connu la ville. Le destin d’un immigré qui tente de se faire une place dans le business du pétrole. Son ambition se heurte à la corruption, la violence galopante et à la dépravation de l’époque qui menacent de détruire tout ce que lui et sa famille ont construit.

Le film raconte les durs moments d’un entrepreneur qui voit ses salariés agressés et ses marchandises dérobées et en plus de devoir découvrir qui en est la cause, il va devoir tenir tête à un procureur qui veut la perte de son entreprise. On a là une interprétation assez magistrale des acteurs principaux, avec d’un côté Oscar Isaac qui ne fait qu’un avec son personnage, il nous livre une performance incroyable dans le rôle de l’entrepreneur avec des valeurs morales solides et son entêtement à vouloir faire rimer réussite avec honnêteté et ce sans céder aux facilités et aux problèmes qu’il rencontre sur son chemin, pourtant parsemé d’embûches. C’est une véritable mise à l’épreuve du rêve américain brillamment rendu par Oscar Isaac

Et de l’autre autre côté, nous avons Jessica Chastain qui joue le rôle de sa femme. Une Jessica Chastain qui se montre très convaincante et notamment dans ses scènes communes avec Oscar Isaac, a la fois très intenses, même si malheureusement leurs face-à-face se montrent très rares.

Il m’a été quand même difficile de sortir de la projection de A Most Violent Year avec un avis très tranché. Il y a un manque cruel de dynamisme et par moment on ne comprend pas le pourquoi du comment de certaines scènes, cela étant sans  doute du à un scénario quelque peu complexe. Le film souffre également de  nombreuses longueurs  et c’est bien dommage parce que le film s’annonçait bien. Ni bon, ni mauvais, le film regorge de qualités mais souffre clairement de son manque d’action et pour peu que l’on soit un tantinet fatigué en allant voir le film… On décroche assez facilement.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :