On a écouté l’album Murmures d’Elise Mélinand.

Après avoir dévoilé le premier single « Murmure« , Elise Mélinand se prépare à proposer l’opus « Murmures » cette fois au pluriel depuis le 15 mai dernier.

Au programme de cet opus, « Le messager de son inconscient« , personnage imaginé par Elise et fil conducteur de cet opus.

Un « Messager » dont la mission sera, via la langue mystique des oiseaux, d’aider Elise à s’affranchir du passé pour se concentrer sur l’instant présent…

Entre poésies, murmures, douceurs et jolie évasion, cet album est apaisant de bout en bout. Musicalement superbe et porté par de jolis textes, il se dégage de ces « Murmures » comme une sensation le légèreté, de « Lâcher Prise » qui procure un bien fou.

Cela débute d’entrée de jeu avec le très bon « Les heures du couchant » proposé telle une introduction tout en douceur pour nous emmener vers la piste titre « Murmure » qui fait office de joli premier single.

Vont alors suivre les délicats « Gémonies » et « Les eaux d’en haut« , deux morceaux d’une délicatesse folle. Il faut dire que la voix tout en douceur d’Elise contribue beaucoup à ceci bien que sans la musique parfaite pour accompagner cette dernière, l’effet serait loupé. Ici il n’en est évidemment rien et le style musical choisi est en parfaite osmose avec cette superbe voix.

Plus rock, la chanson « Sémaphore » montre, qu’à l’image de Zazie, Elise est capable de poser sa voix douce sur de jolies ballades, mais aussi sur de très bons morceaux pop. Une petite pépite que cette piste.

Après ce moment énergique, « Chambre de veille » se pose là comme une longue interlude dénuée de toute voix. Après la tempête, on retrouve l’apaisement et le chant des oiseaux… Délicat et agréable.

« Penses-Tu » est une autre magnifique chanson (l’album en comprend beaucoup) et de celles que l’on imagine aisément en single. Allez, on ose le dire, c’est le coup de coeur de cet album !

L’opus se clôture avec deux autres belles chansons, « Reine d’or » et « Aves Spiceres« , deux morceaux bien différents l’un de l’autre et ce d’autant plus que la dernière piste est dénuée de musique…

Ce nouvel album d’Elise Mélinand est un petit bijou, vraiment agréable à écouter de bout en bout. Une douceur nécessaire.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :