Critique de Ça s’est passé en plein jour

Ça s'est passé en plein jour

7.8

Scénario

8.0/10

Réalisation

8.0/10

Acteurs

8.5/10

Musique

6.5/10

Les pour

  • Un bon Thriller
  • De bons acteurs
  • Une histoire qui pourrait être actuelle

Twitter : #Çasestpasséenpleinjour #HolidayAffair

Titre VO : Es geschah am hellichten Tag

Réalisateur : Ladislao Vajda

Acteurs : Heinz Rühmann, Michel Simon, Berta Drews

Durée : 1h35

Date de sortie : 1958

C’est cette fois grâce à Arte, qui diffuse régulièrement de vieux films restaurés que j’ai au la chance de découvrir le film Ça s’est passé en plein jour.

Synopsis :

Suisse, canton de Zurich. Une fillette de huit ans est découverte assassinée. Deux autres meurtres similaires ont été commis dans le passé. La police arrête un colporteur auquel elle extorque des aveux…

Au delà d’une jolie interprétation des acteurs, ce qui est vraiment bon avec ce film est qu’il colle d’une certaine manière à l’actualité. En effet, un homme va être accusé de tous d’un meurtre qu’il jure ne pas avoir commis, mais comme l’opinion publique semble convaincue du contraire, la police va aller dans se sens. Le pauvre homme se voit alors malmené.

La première partie du film est assez proche de nous puisque on a cette sensation que le restaurant du village est le Twitter d’aujourd’hui avec une union des forces contre un homme que l’on va accuser sans preuves, sans aucune empathie pour la simple et unique raison qu’il était au mauvais endroit, au mauvais moment.

Evidemment, on pense à Twitter, devenu aujourd’hui non plus un lieu d’échange, mais une place public où le plaisir est de crier sur tout et n’importe quoi au point parfois même de crier sans preuves, uniquement sur des « Ont dits » et ce qu’importe que cela détruise des gens, des vies comme on peut le voir dans ce film.

La seconde partie du film est elle aussi des plus intéressantes puisque en plus de montrer une erreur judiciaire, on assiste à l’acharnement d’un policier utilisant une méthode peu orthodoxe, à savoir l’utilisation d’une femme et sa fille comme appât pour résoudre son enquête. Si évidemment on a envie de croire en lui en tant que héros, il est clair qu’utiliser une petite fille comme appât pour un prédateur / Tueur est des plus discutables.

Cette seconde partie du film, nous montre aussi l’envers du décor avec les yeux du dit prédateur et les fans d’émissions de type « Faites entrer l’accusé » apprécieront puisque l’on essaye de comprendre les intentions du tueur et ce qui peut bien le pousser à commettre ces meurtres.

Pour ce qui est du film, dans son ensemble, ce dernier est très agréable, comprend un bon suspens et un jeu d’acteur disparu depuis et propre des années 50. La mise en scène est rythmée et l’idée du découpage de l’histoire qui prend une seconde tournure en milieu de film est bien trouvée pour redonner du souffle à cette dernière.

Le film peut évidemment déranger puisqu’il évoque clairement le meurtre d’enfant tout comme la scène où le policier explique ce qui est arrivé à l’une des enfants à ses camarades de classes. Il emploie un langage cru (pour l’époque) et que l’on imagine mal amené de la sorte aujourd’hui.

A noter qu’en 2001 Sean Penn a réalisé « The pledge » qui se base sur le roman inspiré de ce film. Ce film est considéré comme un remake

Ça s’est passé en plein jour est un bon thriller mené par de bons acteurs.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :