Critique de Annabelle 2 : la Création du Mal

Annabelle 2 : la Création du Mal

8

Scénario

7.5/10

Acteurs

8.5/10

Réalisation

9.0/10

Bande originale

7.0/10

Les pour

  • Un bon thriller classique
  • De bons frissons

Les contre

  • Un son trop fort

Twitter : #Annabelle2 ‪@warnerbrosfr

Réalisateur : David F. Sandberg

Titre VO : Annabelle 2 : Creation

Acteurs : Anthony LaPaglia, Miranda Otto, Stephanie Sigman, Talitha Bateman, Tayler Buck, Samara Lee

Durée : 1h49

Date de sortie : 9 aout 2017

Et si l’expression « c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe » était encore le meilleur adage du cinéma d’horreur ?

A l’heure des remakes, reboots et fausses bonnes idées, Annabelle 2 va à contre-courant et propose tout ce qu’il y a de plus classique dans ce que le cinéma d’horreur avait à offrir dans les années 50 et 80, soit une maison hantée effrayante, des effets efficaces, de bons acteurs ou encore un méchant à peine visible, mais pourtant constamment présent.

David F. Sandberg a sans doute compris, à l’image de James Wan sur le premier Conjuring que les gens venaient pour sursauter, avoir peur et pas pour rire devant un scénario stupide ou des acteurs au rabais.

Ainsi pas question d’aller inventer une mythologie absurde à la poupée ou de jouer sur des effets et un twist final absurde, non, Annabelle 2 joue clairement plus sur le suspens et les jumpscares.

Concernant la fameuse « création »de la poupée, on se rend compte rapidement que ce n’est absolument pas le point important du fil m et entre une scène au début et une à la fin, on se concentre sur la dite création un maximum de 5 minutes. Est-ce un mal ? Absolument pas puisque au final, celle-ci est on ne peut plus simple et n’avait pas besoin de plus. Il est en effet bien plus intéressant de suivre le parcours de ces jeunes orphelines que la création de la dite poupée d’autant que lorsqu’on y pense… Celle-ci ne fait absolument rien et ne sert finalement pas à grand-chose si ce n’est de représenter une version physique du mal.

L’histoire est prenante du début à la fin, ne souffre d’aucun temps morts et le temps passe très vite, Annabelle 2 n’ennuie jamais et surprend même parfois. Car si le film est autorisé aux plus jeunes dans les salles de cinéma, David F. Sandberg a quand même osé proposer une ou deux scènes à l’imagerie forte là où tous les autres réalisateurs ne montrent absolument plus rien.

Ainsi le film comprend du sang, chose qui me semblait impossible dans les films d’horreurs des années 2000 autorisés aux moins de 12 ans, et bon sang que cela fait du bien.

Concernant le casting, ce dernier est très bon et notamment du côté des jeunes actrices ou encore du côté de Stéphanie Sigman, parfaite en bonne soeur.

En réalité il n’y a bien qu’un seul défaut au fil, c’est son mixage sonore bien trop poussé et c’est limite si l’on ne va pas devenir sourd en sortant de la salle. Si l’on est habitués aux cris dans les films d’horreur ou à la musique pour créer le suspens, cela ne sert absolument pas le film à proposer un son si fort, bien au contraire, cela en devient pénible.

Etait-ce un mauvais réglage de la salle ou le montage sonore, il me faudra retourner voir le film (avec plaisir) pour le savoir mais j’espère de tout coeur que ce problème sera réglé d’ici la sortie.

Nettement supérieur au premier film, parfaitement réalisé et effrayant de bout en bout, Annabelle 2 aurait pu être un excellent film de la Hammer avec le budget actuel.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :