Cette semaine dans les salles

cette-semaine-dans-les-salles-82

 

 

Cette semaine, la toile propose entre autre du déjà vu avec des « suites » qui devront confirmer : Independance Day Resurgence et American Nightmare 3 Elections, le BGG, nouveau Spielberg sur un big déploiement de copies, une sortie plus prudente pour Elvis & Nixon,  Colonia avec une Emma Watson post Harry Potter dans un nouveau registre, du confidentiel avec D’Une Famille A L’Autre, Man On High Heels, Une Nouvelle Année, Parenthèse, Absence et Kabali. Bonne séances et bonnes vacances.

 

  • Independance Day : Resurgence (Twentieth Century Fox France ~606 copies) Suite d’Independance Day (5.6M) sorti il y a presque 20 ans avec toujours Roland Emmerich aux commandes mais sans Will Smith et qui reste pour l’instant le plus grand succès du réalisateur en France. Parmi ses autres films, on peut citer Godzilla (2.9M), Stargate (2.6M), Le Jour D’Après (2.6M), Universal Soldier (1.5M), The Patriot (1.1M), 10000 (835.6k), White House Down (544.7k) et Anonymous (41.3k).

Nous avons toujours su qu’ils reviendraient. La terre est menacée par une catastrophe d’une ampleur inimaginable. Pour la protéger, toutes les nations ont collaboré autour d’un programme de défense colossal exploitant la technologie extraterrestre récupérée. Mais rien ne peut nous préparer à la force de frappe sans précédent des aliens. Seule l’ingéniosité et le courage de quelques hommes et femmes peuvent sauver l’humanité de l’extinction.

CRITIQUE

 

  • American Nightmare 3 : Elections (Universal Pictures International France ~217 copies) Troisième opus d’une franchise très lucrative avec aux manettes James Demonaco déjà réalisateur d’American Nightmare (371.7) et d’American Nightmare 2 : Anarchie (553.2k). C’est le septième film d’horreur de 2016 à sortir et Conjuring 2 Le Cas Enfield (1M) et The Boy (408.2) ont réalisé les meilleurs scores.

Une sénatrice américaine se lance dans la course à l’élection présidentielle en proposant l’arrêt total de la Purge annuelle. Ses opposants profitent alors d’une nouvelle édition de cette journée où tous les crimes sont permis pour la traquer et la tuer…

CRITIQUE

 

  • Colonia (Rezo Films ~139 copies) Nouveau film de Florian Gallenberger après entre autre John Rabe (19.1k) ou il dirigeait déjà Daniel Brühl. On retrouve aussi au casting Emma Watson qui après la saga Harry Potter continue d’enrichir sa filmographie : My Week With Marilyn (204.5k), Le Monde De Charlie (85.4k), The Bling Ring (436.8k), C’Est La Fin (58.7k), Noe (1.3M), Regression (149.1k).

Chili, 1973. Le Général Pinochet s’empare du pouvoir par la force. Les opposants au coup d’Etat descendent dans la rue. Parmi les manifestants, un jeune couple, Daniel photographe et son ami Lena. Daniel est arrêté par la nouvelle police politique. Il est conduit dans un camp secret, caché dans un lieu reculé au sein d’une secte dirigée par un ancien nazi. Une prison dont personne n’est jamais sorti. Pour retrouver son amant, Lena va pourtant rentrer dans la Colonia Dignidad.

 

  • Elvis & Nixon (Warner Bros France ~98 copies) Film américain de Liza Johnson sur la rencontre entre un président et une rockstar.

La rencontre improbable et méconnue entre Elvis, la plus grande star de l’époque, et le Président Nixon l’homme le plus puissant du monde. Deux  monuments que tout oppose.
En 1970, Elvis Presley se rend à Washington dans le but de convaincre le président Nixon de le nommer agent fédéral. Se présentant à l’improviste à la Maison Blanche, la rock-star réussit à faire remettre une lettre en mains propres au président pour solliciter un rendez-vous secret. Conseillers de Nixon, Egil « Bud » Krogh et Dwight Chapin expliquent à leur patron qu’une rencontre avec Elvis au cours d’une année électorale peut améliorer son image. Mais Nixon n’est pas d’humeur à donner satisfaction à l’artiste.
C’est sans compter sur la détermination d’Elvis ! Il propose un « contrat » à Krogh et Chapin : il signera un autographe pour la fille de Nixon en échange d’un tête-à-tête avec le président. À la très grande surprise de Nixon et de ses conseillers, l’homme politique et le chanteur se découvrent des affinités. À commencer par leur mépris affiché pour la contreculture …

CRITIQUE

 

 

  • Le BGG Le Bon Gros Géant (Metropolitan FilmExport ~758 copies) Steven Spielberg adapte le roman pour enfant de Roald Dahl. L’écrivain britannique a été plusieurs fois adapté au cinéma : Willy Wonka Au Pays Enchanté (21.6k), Matilda (256.5k), James Et La Pêche Géante (508.2k), Charlie Et La Chocolaterie (4.3M), Fantastic Mr Fox (520.9k). Quand à Steven Spielberg, son plus gros succès reste E.T. L’Extra Terrestre (9.4M) et il reste sur le score du Pont Des Espions (971.1k).

Le Bon Gros Géant ne ressemble pas du tout aux autres habitants du Pays des Géants. Il mesure plus de 7 mètres de haut et possède de grandes oreilles et un odorat très fin. Il n’est pas très malin mais tout à fait adorable, et assez secret. Les géants comme le Buveur de sang et l’Avaleur de chair fraîche, sont deux fois plus grands que lui et aux moins deux fois plus effrayants, et en plus, ils mangent les humains. Le BGG, lui, préfère les schnockombres et la frambouille. À son arrivée au Pays des Géants, la petite Sophie, une enfant précoce de 10 ans qui habite Londres, a d’abord peur de ce mystérieux géant qui l’a emmenée dans sa grotte, mais elle va vite se rendre compte qu’il est très gentil. Comme elle n’a encore jamais vu de géant, elle a beaucoup de questions à lui poser. Le BGG emmène alors Sophie au Pays des Rêves, où il recueille les rêves et les envoie aux enfants. Il va tout apprendre à Sophie sur la magie et le mystère des rêves…
Avant leur rencontre, le BGG et Sophie avaient toujours été livrés à eux-mêmes, chacun dans son monde. C’est pourquoi leur affection l’un pour l’autre ne fait que grandir. Mais la présence de la petite fille au Pays des Géants attire bientôt l’attention des autres géants…
Sophie et le BGG quittent bientôt le Pays des Géants pour aller à Londres voir La Reine et l’avertir du danger que représentent les géants. Mais il leur faut d’abord convaincre la souveraine et sa domestique, Mary que les géants existent bel et bien ! Tous ensemble, ils vont mettre au point un plan pour se débarrasser des méchants géants une bonne fois pour toutes…

CRITIQUE

 

  • Parenthèse (Jour2fête ~11 copies) Premier long de Bernard Tanguy financé en partie via le crowfunding.

En pleine crise existentielle à l’approche de la cinquantaine, Raphaël entraîne ses deux meilleurs amis sur un voilier, espérant renouer ainsi avec l’ambiance de leurs vacances de jeunesse.
Petit problème : personne à bord ne sait vraiment naviguer ! Bloqués entre les îles de Port-Cros et Porquerolles, ils finissent par embarquer trois jeunes femmes rencontrées par hasard qui risquent de les faire chavirer…

 

  • Une Nouvelle Année (Norte Distribution ~12 copies) Film russe d’Oksana Bychkova issu d’un roman d’Aleksandr Volodin, « ne vous séparez pas de ce que vous aimez » également adaptée au théâtre.

Hiver 2013. Igor aime Zhenia et Zhenia aime Igor. Elle, pétillante et ambitieuse, commence un nouveau travail dans un journal branché de la capitale. Lui, plus taciturne, taxi clandestin, se sent vite dépassé par cette nouvelle vie dont il ne comprend pas les codes. Durant un an, ils évoluent au coeur d’une Moscou en mutation, ils s’éloignent, et se rapprochent, évoluent au sein de deux mondes très distincts. Le décalage entre eux grandit, inexorablement. Mais l’amour pourra tout, ou presque.

 

  • D’Une Famille A L’Autre (Version Originale / Condor ~36 copies) Nouveau film de la réalisatrice brésilienne Anna Muylaert après Une Seconde Mère (160.9k)

Felipe profite de sa fin d’adolescence dans les fêtes branchées de São Paulo. Sa mère, qui l’élève seule avec sa jeune soeur, lui laisse une grande liberté. Sauf que leur mère n’est pas leur mère: un test ADN prouve qu’elle les a enlevés à la naissance. Séparés, les enfants sont précipités dans leur vraie famille. Les parents biologiques de Felipe, à sa recherche depuis 17 ans, se retrouvent face à un adolescent qui ne partage pas tout à fait leur conception de la vie…

 

  • Absence (Sokol Films ~10 copies) Nouveau film du réalisateur brésilien Chico Teixeira après A Casa De Alice (1.2k).

À 14 ans, Serginho se doit d’être l’énergie vitale du foyer familial quitté par son père et délaissé par une mère déprimée. Alors qu’il n’a pas encore vécu son adolescence, il doit, seul, assumer des responsabilités d’adulte. Le manque d’entourage affectif familial, entremêlé à l’impossibilité de vivre la quête de soi, crée en lui une confusion sur ce qu’il est. Sans comprendre ses propres désirs, il cherche à combler ses carences dans la figure de son professeur.

 

  • Man On High Heels (Zootrope Films ~20 copies) Film coréen de Jin Jang.

Ji-wook est un policier endurci bardé de cicatrices prêt à tout pour arrêter les criminels qu’il pourchasse, en particulier Heo-gon, un mafieux notoire et cruel. Sa jeune collègue, traque, elle, un violeur en série et tombe peu à peu amoureuse de Ji-wook. Mais elle ignore que celui-ci ne nourrit qu’un seul désir : devenir une femme…

 

  • Kabali (Aanna Films ~4 copies) Film indien de Pa.Ranjith.

L’histoire de Kabaleeshwaran, parrain de la mafia tamoule en Malaisie condamné à 25 ans de prison. À sa sortie, il va avoir des comptes à régler.
Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :