Cette semaine dans les salles

Janvier tire déjà sa révérence et cette semaine, vu le déploiement du troisième opus de la famille Tuche, il va être difficile aux autres films de se faire une place. Bons choix et bonnes séances.

 

  • Les Tuche 3 (Pathé Distribution ~741 copies) Les nouvelles aventures de la famille Tuche après Les Tuche (1.53M) et Les Tuche 2 (4.62M) avec toujours Olivier Baroux aux manettes.

Jeff Tuche, se réjouit de l’arrivée du TGV dans son cher village. Malheureusement, le train à grande vitesse ne fait que passer, sans s’arrêter à Bouzolles. Déçu, il tente de joindre le président de la République pour que son village ne reste pas isolé du reste du territoire. Sans réponse de l’Élysée, Jeff ne voit plus qu’une seule solution pour se faire entendre : se présenter à l’élection présidentielle… Profitant de circonstances politiques imprévisibles, Jeff Tuche et toute sa famille vont s’installer à l’Élysée pour une mission à haut risque : gouverner la France.
CRITIQUE

 

  • Sparring (EuropaCorp Distribution ~100 copies) Premier long de Samuel Jouy.

A plus de 40 ans, Steve Landry est un boxeur qui a perdu plus de combats qu’il n’en a gagnés. Avant de raccrocher les gants, il accepte une offre que beaucoup de boxeurs préfèrent refuser : devenir sparring partner d’un grand champion.

 

  • Wonder Wheel (Mars Films ~264 copies) Nouvelle réalisation de Woody Allen qui reste sur les scores de Cafe Society (984.3k) et L’Homme Irrationnel (950.8k) et dont le meilleur score reste Manhattan (2.37M).

Wonder Wheel croise les trajectoires de quatre personnages, dans l’effervescence du parc d’attraction de Coney Island, dans les années 50 : Ginny, ex-actrice lunatique reconvertie serveuse ; Humpty, opérateur de manège marié à Ginny ; Mickey, séduisant maître-nageur aspirant à devenir dramaturge ; et Carolina, fille de Humpty longtemps disparue de la circulation qui se réfugie chez son père pour fuir les gangsters à ses trousses.

 

  • Une Saison En France (Ad Vitam) Nouveau film de Mahamat Saleh Haroun après Abouna (123.8k), Maratt Saison Sèche (54.1k), Un Homme Qui Crie (60.5k) et Gris Gris (22k).

Abbas, professeur de français, a fui la guerre en Centrafrique pour bâtir une nouvelle vie en France.
En attendant d’obtenir le statut de réfugié, le quotidien d’Abbas s’organise : ses enfants sont scolarisés et il travaille sur un marché où il a rencontré Carole, sensible au courage de cet homme encore hanté par les fantômes du passé. Mais si le droit d’asile lui était refusé, qu’adviendrait-il d’Abbas et de sa famille déracinée ? Et de Carole, privée du foyer qu’elle a cru reconstruire ?

 

  • Horse Soldiers (Metropolitan FilmExport ~214 copies) Premier long de Nicolai Fuglsig.

Le capitaine Mitch Nelson est le chef de l’unité des Forces Spéciales qui a été choisie pour une périlleuse mission secrète. Son détachement et lui sont envoyés en Afghanistan, en plein conflit armé, pour apporter leur aide aux Afghans dans leur lutte contre les talibans.

 

  • Gaspard Va Au Mariage (Pyramide Distribution ~108 copies) Troisième long d’Antony Cordier après Douches Froides (104.7k) et Happy Few (90.6k).

Après s’être tenu prudemment à l’écart pendant des années, Gaspard, 25 ans, doit renouer avec sa famille à l’annonce du remariage de son père. Accompagné de Laura, une fille fantasque qui accepte de jouer sa petite amie le temps du mariage, il se sent enfin prêt à remettre les pieds dans le zoo de ses parents et y retrouver les singes et les fauves qui l’ont vu grandir… Mais entre un père trop cavaleur, un frère trop raisonnable et une sœur bien trop belle, il n’a pas conscience qu’il s’apprête à vivre les derniers jours de son enfance.
CRITIQUE
RENCONTRE

 

  • L’Insulte (Diaphana Distribution ~93 copies) Nouveau long de Ziad Doueiri après West Beyrouth (15k), Lila dit Ca (18.8k) et L’Attentat (148.8k). Le film est reparti de Venise 2017 avec la coupe Volpi de la meilleure interprétation masculine pour Kamel El Basha

A Beyrouth, de nos jours, une insulte qui dégénère conduit Toni (chrétien libanais) et Yasser (réfugié palestinien) devant les tribunaux. De blessures secrètes en révélations, l’affrontement des avocats porte le Liban au bord de l’explosion sociale mais oblige ces deux hommes à se regarder en face.

 

  • Oh Lucy (Nour Films ~45 copies) Un long d’Atsuko Hirayanagi.

Setsuko mène une vie solitaire et sans saveur à Tokyo entre son travail et son appartement, jusqu’à ce que sa nièce Mika la persuade de prendre sa place à des cours d’anglais très singuliers. Cette expérience agit comme un électrochoc sur Setsuko. Affublée d’une perruque blonde, elle s’appelle désormais Lucy et s’éprend de John son professeur ! Alors, quand Mika et John disparaissent, Setsuko envoie tout balader et embarque sa sœur, dans une quête qui les mène de Tokyo au sud californien. La folle virée des deux sœurs, qui tourne aux règlements de compte, permettra-t-elle à Setsuko de trouver l’amour ?
CRITIQUE

 

  • Centaure (Epicentre Films ~20 copies) Nouveau long d’Aktan Abdykalykov après Le Fils Adoptif (30k), Le Singe (30.2k) et Le Voleur de Lumière (20.6k).

Dans un village au Kirghizistan. Centaure, autrefois voleur de chevaux, mène désormais une vie paisible et aime conter à son fils les légendes du temps passé, où les chevaux et les hommes ne faisaient plus qu’un. Mais un jour, un mystérieux vol de cheval a lieu et tout accuse Centaure…
CRITIQUE
RENCONTRE

 

  • Voyoucratie (La Vingt-Cinquième Heure ~50 copies) Premier long de FGKO : Fabrice Garcon et Kevin Ossona.

À sa sortie de prison, Sam tente de se réinsérer mais il est vite rattrapé par le milieu et sombre peu à peu dans un engrenage criminel. A travers les yeux de son fils, il perçoit une lueur d’espoir.

 

  • Indivisibili (Chapeau Melon Distribution) Un long de Edoardo De Angelis qui a reçu 6 prix lors des David Di Donatello.

Castelvolturno en Campanie. Viola et Daisy sont des soeurs siamoises qui chantent dans les mariages et les fêtes et, qui, grâce à leurs performances, font vivre leur marginale famille. Tout semble aller bien jusqu’à ce qu’elles découvrent qu’il est possible de les « diviser »…

 

  • Mémoires Du 304 (Les Découvertes Du Saint André ~1 copie) Premier long de Pascal Luneau.

Lorsque SAUVEUR, l’ex-leader d’un service de renseignements occulte du gouvernement meurt assassiné, il laisse derrière lui une organisation désemparée : « le 304 ». Ceux avec qui il échafaudait l’exécution discrète de responsables politiques aux activités criminelles et corrompues sont partagés entre désir de vengeance et abnégation. Surtout KADIL, son compagnon d’armes et de cœur qui refuse de collaborer à l’enquête dirigée par VALMY, récemment affectée à la tête de la brigade. Au-delà de perdre un amour naissant qu’elle pensait sincère, cette ancienne militaire comprend qu’elle n’était qu’une façade au fonctionnement du « 304 ».

 

  • Etre Plutôt Qu’Avoir A L’Ecole Autrement (Association Bonnette Et Minette ~12 copies) Nouveau documentaire d’Agnès fouilleux après Un Aller Simple Pour Maore (0.9k) et Small Is Beautiful C’Est Par Ou Demain (0.7k).

Plus d’autonomie, de coopération, d’égalité, de relation avec les autres et avec la nature, voilà ce que proposent les pédagogies actives. Inventées il y a plus d’un siècle par des pionniers, Montessori et Freinet en tête, elles remettent en question un modèle dominant façonné par l’histoire.

 

  • Zéro Phyto 100% Bio (Amétis / Dahu Production ~15 copies) Documentaire de Guillaume Bodin.

Les cantines biologiques se développent presque aussi rapidement que l’arrêt des pesticides dans les communes françaises. Des femmes et des hommes, conscients de leurs responsabilités en termes de santé publique et d’environnement, agissent pour des paysages en transition au travers d’initiatives vertueuses !

 

  • Non (Le Petit Théâtre De Pain ~15 copies) Un long d’Enaut Castagnet et Ximun Fuchs.

Durant la réforme du Code du travail de 2016 en France, l’usine Radial ferme après un mouvement de grève long et harassant. Jeansé, Juliette, Bruno, Christine et Pierre se retrouvent pour “fêter” entre amis leur prime de licenciement. En rentrant chez lui, Bruno refuse violemment de se soumettre à un contrôle de gendarmerie. NON raconte l’itinéraire d’une colère lointaine, furieuse et virale. La bande de copains va partir en orbite pour garder ce qui leur reste d’humanité.

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :