On a rencontré Najoua Belyzel – Interview !

C’est à l’occasion de la sortie de son nouvel album que nous avons eu la chance de pouvoir échanger avec Najoua Belyzel.

Une rencontre à la fois riche en informations, mais aussi en confidences de la part d’une artiste qui aura mis du temps à revenir enchanter nos oreilles.

Et du temps il en aura été question lors de cette interview puisque d’emblée elle nous aura expliqué cette longue absence aux yeux des fans.

Z: Après le second album, il y a eu une longue absence et à nouveau tout a été dit… Sauf que j’aimerais vous entendre donner la véritable raison de cette absence aujourd’hui…

Najoua : Très bien. Alors c’est un mélange de plein de choses. Il faut savoir qu’au moment où mon premier album fonctionnait bien dans les ventes, je suis partie un peu en vacances. Avant mon départ il était prévu qu’à mon retour on sorte « Rentrez aux USA« . Un clip était prévu, tout semblait prêt. Mais à mon retour, ma maison de disque de l’époque, m’a dit… On ne sort plus le single et il faut attaquer sur le second album ! Autant dire que j’ai été prise de court et très rapidement j’ai travaillé sur un second album alors que je n’étais pas totalement sortie du précédent. Néanmoins, j’ai eu envie de m’investir à fond et proposer des choses un peu différentes pour montrer que Najoua Belyzel était capable de belles choses au-delà de quelques titres dance sympathique. A la même période, j’ai rencontré Marc Lavoine et en discutant avec lui, j’ai vu la direction que je souhaitais prendre et c’est ainsi qu’est arrivé le second opus. Malheureusement mon label qui était très axé Dance n’a pas su comprendre mes envies et a totalement bâclé la promotion de mon disque. Et sans promotion, il est très difficile d’exister. Evidemment j’étais déçue, mais il n’était pas question pour moi de ne pas me donner à 100% et j’ai quand même joué le jeu en proposant deux clips. Deux clips, deux singles qui n’étaient sans doute pas non plus les meilleurs choix, mais là aussi mon label n’a pas trop su gérer ma nouvelle direction musicale. En fin de compte, l’accumulation des déceptions a fait que je ne souhaitais pas faire de troisième album avec eux.

Z: Et ensuite ?

Najoua : Ensuite j’ai voulu faire une auto-production… Mais c’est très compliqué, bien plus que cela en a l’aire ! Avec le recul, j’ai compris que même si tu as ce sentiment d’être libre quand tu n’as pas de label, aux yeux des gens tu ne l’es pas totalement et souvent on me demandait avec qui j’étais, ce que je faisais comme musique etc. On collait aussi des étiquettes et ce n’est pas toujours simple à vivre.

J’ai alors écrit plusieurs chansons pour ce nouvel album et évidemment cela demande aussi du temps, car c’est beaucoup de travail également. Mais je voulais faire cet opus, car je voyais bien qu’il y avait des fans qui restaient fidèles et attendaient mon retour avec impatience. Cet opus a été écrit pour eux, pour les remercier de cette patience.

Est alors arrivé Luna… Qui parle d’envie de maternité et qui devait déclencher les choses sauf qu’alors que je parlais de ce désir de maternité qui me hantait, il se trouve que quelques semaines après la sortie, j’ai appris que j’étais enceinte. Et même si en tant qu’artiste, on partage beaucoup, pour ce qui était de ma fille, j’avais vraiment cette envie de garder ceci pour moi, de pouvoir profiter de ma grossesse et de ma fille sans cette pression des médias. Résultat je n’ai fait aucune annonce et me suis retirée un peu de la lumière. Evidemment, mes fans ne sachant pas ceci, ils se demandaient pourquoi après Luna il n’y avait plus rien et je peux les comprendre, accepter cette frustration, mais cette grossesse était personnelle et j’espère aujourd’hui qu’avec cette interview, ils comprendront mes choix.

Z: Et puis votre retour…

Najoua : Oui, un jour on est venu frapper à ma porte et c’était Warrior productions. Ils sont venus prendre de mes nouvelles, m’encourager, me dire que mes fans m’attendaient. Warrior productions a vraiment été présent et m’a vraiment aidée. J’avais ce sentiment d’être un oisillon blessé et Warrior productions venait me faire des pansements et m’aider à me relever.

  • A ce moment on sent l’émotion dans la voix de Najoua et ses yeux n’étaient pas loins de lâcher quelques larmes

Z : Comment peut-on résumer ce nouvel album ?

Najoua : J’ai plusieurs façons d’en parler, mais de manière générale il faut savoir qu’à mes yeux, chaque chanson est considérée comme une partie de moi, comme mes enfants. Elles sont importantes pour moi et ce d’autant que certaines existent en moi depuis très longtemps. Ainsi certaines chansons remontent avant même la sortie de mon premier album, c’est dire si je les ai protégées et emmenées avec moi. Certaines ont ainsi évolué, se sont nourries de mes expériences ensuite et d’autres sont restées les mêmes. Il faut aussi savoir que chaque album est personnel et celui-ci évidemment l’est à nouveau. Si l’on prend par exemple la chanson Ana qui traite de l’anorexie, on sait pertinemment que c’est un sujet personnel que j’avais envie d’aborder. Ainsi je vais simplement dire que cet album est un nouveau miroir…

Z : Justement, vos albums sont riches en thématiques fortes, mais y-en a-t-il des non abordées qui vous intéressent ?

Najoua : Evidemment, il y en a, mais il faut savoir que dans ma manière de travailler, je ne me dis jamais « Tiens, aujourd’hui, je vais parler de ça ou ça… ». les choses me viennent, selon les humeurs, les sentiments qui sont en moi et ainsi de suite. L’écriture, je ne la commande pas, ce sont des choses qui me viennent ou pas. Cela explique aussi entre autre le temps que je mets pour préparer un album, car je laisse venir à moi les choses. A côté de cela, je suis bosseuse et curieuse et si l’on prend par exemple le cas de la chanson « Que sont-ils devenus« , cette envie de parler de ce thème m’est venu après avoir vu de nombreuses affiches d’enfants disparus. Cela n’étant pas une chose liée à moi n’ayant pas connu ce malheur, j’ai commencé à chercher la manière dont les disparitions étaient traitées, comment les parents vivent la chose au quotidien etc. Puis mes recherches m’on amenées vers l’association 116 000 qui m’a accueillie pour mieux comprendre la douleur, le quotidien des familles et de l’association pour ainsi pouvoir être la plus juste et la plus honnête possible dans mon écriture.

Un autre exemple de sujet compliqué, mais dont je ressentais le besoin d’évacuer personnellement, mais aussi avec l’idée que cela pourrait aider d’autres que moi, il y a la chanson « Docteur gel » qui parle d’attouchements sur mineurs. Alors évidemment l’écriture n’était pas simple, la chanter n’était pas simple, mais si cela peut apporter quelque chose à d’autres, alors je me dis que c’était la bonne décision. Les courriers reçus après la sortie du titre de la part des jeunes filles aura compensé largement toutes les larmes versées lors de la phase d’enregistrement.

Z : Comment a été décidé le choix des titres Bonus sur l’album, à savoir « Que sont-ils devenus ? » et « Luna » – Pourquoi ces deux-ci et pas d’autres ?

Najoua : En toute transparence, par choix, j’aurais préféré mettre toutes les chansons… Si je prends juste l’exemple de J’irai nus-pied, c’est amusant car les gens ne connaissent finalement de celle-ci qu’un tout petit bout puisqu’elle n’a jamais été dévoilée dans son intégralité et pourtant on me la réclame régulièrement. Alors pourquoi son absence ici, et bien simplement parce qu’elle ne correspondait plus vraiment avec la couleur de ce que je propose aujourd’hui. Cela ne signifie pas qu’elle est disparue et si un jour je propose un opus plus folk, il n’est pas impossible qu’elle réapparaisse.

Luna, par contre, j’avais vraiment envie de l’incorporer, mais elle avait déjà vécu son histoire puisque publiée en single il y a un moment. il faut savoir que Luna parle du désir d’enfant et il se trouve que depuis, je suis devenue Maman et forcément le sujet me parle moins aujourd’hui, mais elle est là ! Pour ce qui est d’autres chansons, elles sont en sommeils, sous forme de maquette ou même terminées pour certaines et peut-être qu’un jour elles sortiront.

Z : Cet album est très varié, est-ce un choix de brouiller les pistes ou simplement parce que ce melting-pot vous ressemble ?

Najoua : c’est vrai que cet album du beat Dance et d’autres comme L’amour en vrac sonnent plus variété, mais cela fait partie du puzzle qui est en moi, en effet. Ceux qui m’écoutent depuis mes débuts seront moins étonnés, car ils savent que j’aime varier les genres et proposer des choses diverses tout en restant celle que je suis.

Z : Concernant la chanson Le con qui s’adore… Avez-vous rencontré des cons de cette sorte dans votre vie personnel ou dans le cadre de votre profession ?

Najoua : Je pense que toutes les filles ont déjà rencontré ce genre de « Con« . Et encore, il y a de plus en plus de garçons aujourd’hui aussi victimes de cela. Prenons un cas précis, aujourd’hui si on va en boite et qu’il y a cette proximité et cette ambiance etc… Est-ce que cela signifie pour autant que j’ai envie de choses plus sexuelles ? Je ne pense pas. Alors évidemment certaines situations, certains lieux favorisent cette sensation, mais la personne en face devrait garder à l’esprit que ce n’est pas acquis et que l’on ne peut s’autoriser tout et n’importe quoi.

Z : Concernant les nouveaux médias que sont Twitter, Instagram et autres, ils sont apparus et surtout ont augmenté durant votre absence médiatique. Comment abordez-vous ceux-ci et les aimez-vous ?

Najoua : j’ai un lien particulier avec ceux-ci. Facebook par exemple ne m’a jamais attiré. Je n’en ai pas eu pendant des années et je m’en passais très bien. Je n’aimais pas cet aspect de « Curiosité » qui se créait là-dessus. Alors aujourd’hui j’ai un Facebook, mais géré par des fans et mon équipe, car personnellement, cela ne m’intéresse que peu. Je préfère bien plus Instagram que j’adore ! Je m’y suis sentie bien plus à mon aise, plus en contrôle de ce système. Au début j’y étais avec 5 amis en follower et cela m’allait très bien.

Quand je suis revenue à la musique, on m’a conseillé de l’ouvrir et de partager avec le monde, car très actuel et j’ai paniqué un peu ! Mon premier réflexe aura donc été de tout effacer pour n’y laisser que des choses plus « grand public ».

Et puis il y a Twitter et aujourd’hui encore, j’ai vraiment du mal avec ça ! Un exemple récent est celui où un jour j’ai été prévenue par des amis qu’une publication amusante était apparue sur mon Twitter et je me suis rendue compte que c’était ma fille qui sans faire exprès avait partagé un extrait de dessin-animé qu’elle regardait sur Youtube. J’avais beau surveiller ce qu’elle regardait, cela était si rapide à partager que finalement je n’ai rien vu venir. Cela nous aura bien fait rire, mais au-delà de ça, cela montre combien on peut se retrouver à partager, mettre en lumière des choses que l’on n’aurait pas spécialement envie de voir apparaitre sur la toile.

Puis, je suis de nature à aimer prendre mon temps, à vouloir méditer, rester paisible et ce monde-là va très, parfois trop vite ! Après chaque décennie il y a une nouveauté et la différence est que chaque fois c’est quelque chose de plus rapide que la précédente.

Z : Concernant la petite polémique qu’il y a eu sur ta page Facebook à l’annonce de ta participation à TPMP, qu’as tu à dire vis-à-vis de ceci ?

Najoua : En toute franchise, j’ai été un peu surprise et peinée. Ce qui m’étonne est que certains fans soient venus critiquer mon choix d’aller à cette émission alors que souvent ce sont ces mêmes fans qui crient aussi quand je ne suis pas en télé ou que je ne fais pas de promotion. Evidemment ils ne peuvent pas tous aimer l’émission, mais en tant qu’artiste, avoir l’opportunité de pouvoir parler de ma musique dans une émission est déjà quelque chose d’agréable et de voir que visiblement cela énervait des gens m’a rendue un peu triste. A ces fans là, j’ai juste envie de leur dire que cela m’aurait fait plaisir qu’ils soient simplement heureux de mon retour et qu’une émission me donne la chance de présenter mes nouvelles chansons.

Cela rejoint aussi mon point de vue sur les réseaux sociaux quand j’en vois critiquer Tout et tout le monde. J’ai envie de dire que ce n’est pas une obligation et si en effet tu n’aimes pas ce qu’il s’y passe, il suffit de ne pas y aller ou ici de regarder l’émission. Moi de mon côté, j’y vais avec une grande joie.

Z : Une des critiques émise était le choix de la chanson interprétée sur le plateau… A savoir chanter Gabriel alors que vous avez un nouvel album à défendre.

Najoua : Voilà, un des problèmes actuels sur le net. Rien n’est défini (au moment de cette interview) et je ne sais pas moi-même ce que je vais chanter, voir si je vais chanter tout simplement. Certaines personnes pensent savoir mieux que tout le monde et souvent même avant l’intéressée… Dans ce cas, moi ! Pour le moment, aucun choix de chansons n’est fixé puisque l’idée est surtout d’annoncer mon nouveau clip. Ensuite, même si je venais à chanter Gabrielle, il n’y a rien de choquant à cela et les fans ne devraient pas s’offusquer. J’ai été longtemps absente et les gens ont besoin de repères et chanter cette chanson serait un moyen de leur rappeler qui je suis simplement.

  • A l’heure de cette publication, l’émission a été diffusée et en effet Najoua n’a pas chanté Gabrielet est comme convenu, venue présenter son nouveau clip.

Z: J’ai aussi demandé à certains fans s’ils avaient des questions et l’une d’elle a été « A quand un concert en dehors de Paris?  »

Najoua : On y travaille. Là on est très heureux de voir le succès de ma date parisienne et on sent que le public est présent. Evidemment je n’oublie pas le reste de la France, mais c’est des choses qui se préparent et vraiment on y pense.

Je vais t’avouer une anecdote… A l’apogée du premier album, il était prévu de faire une grande tournée avec un des plus grands tourneurs de France. J’étais hyper excitée et je n’en ai jamais parlé après parce que malheureusement le tourner et mon label de l’époque ne se sont jamais mis d’accord. Pour le coup je suis heureuse de ne pas avoir annoncé la tournée à l’époque parce que quand tout est tombé à l’eau, mes fans auraient à nouveau été déçus.

Il faut savoir que ne pas faire de concerts m’est difficile et je sais que cela a manqué aussi bien à ma carrière, qu’à moi-même. Ensuite quand on est auto-producteur, faire des concerts coûte très cher et ce n’était simplement pas possible. Là avec Warrior production, je suis très heureuse de faire un concert parisien et si tout se passe bien, alors on pourra envisager plus grand. Faut que mon album fonctionne aussi.

Puis surtout si on fait une tournée, on veut que ce soit bien fait, donc on se donnera à 100%.

Z : De l’aventure « Benoit« , avez-vous encore des contacts ?

Najoua: Oui, de temps en temps on discute et puis il y a quelques mois, j’ai discuté avec Veronina et on se suit sur Instagram. Elle vient de temps en temps à Paris alors on se reverra sans doute. Ou si moi je vais à Toulouse.

Z : Beaucoup s’essayent au comeback par des émissions telles que The voice, Danse avec les stars etc… Jamais été intéressée ?

Najoua : Non, jamais été intéressée et cela me rappelle une anecdote amusante. Quand Gabriel a cartonné, pratiquement chaque journaliste me demandait la même question « Alors, vous sortez de quelle télé réalité ?  » ce qui au début m’amusait avant de m’irriter un peu, car cela laissait entendre qu’aujourd’hui, on ne pouvait pas devenir artiste et exister autrement que via la télé réalité. Aujourd’hui c’est plus calme, le passage par toutes ces émissions-là n’est pas obligatoire et on peut exister par nos propres moyens.

Z: Autre question des fans, « Le concours Eurovision, intéressée ou pas » ?

Najoua: Tu es comme Varices dans Game of Thrones toi… Tu entends beaucoup de choses qui pourtant ne sont pas supposée être dévoilées…

Z: Aujourd’hui sur le web, on sait en effet beaucoup de choses et surtout, certains fans semblent être à l’affut des infos et c’est de là qu’est venue cette question…

Najoua : On me l’a proposé en effet pour y aller avec Luna. C’est drôle, mais cette info n’a jamais été dévoilée. Te voilà avec un scoop ! A côté de ça… Je n’ai jamais été attirée par le concours Eurovision en fait. Je respecte ceux qui participent à ce genre de choses, mais je ne suis pas vraiment multi tâches et si déjà je parviens à faire ma petite carrière un pas devant l’autre, je serai heureuse. Je ne me vois pas ajouter cette préparation en plus de ce que je dois faire au quotidien. Donc même si mes fans imaginent ma participation au concours, pour le moment ce n’est vraiment pas dans mes projets.

Bon, comme je suis dans les Scoop et que j’ai envie de te faire plaisir… Je vais t’en dévoiler encore un autre. Avant l’aventure « Benoit » et bien j’ai participé à Fréquence Star ! Ils étaient venus à Nancy faire des auditions et des copines m’ont inscrites. Résultat, je suis allé passer le premier et le second casting et puis… Bah on ne m’a jamais rappelé. Aujourd’hui, pas de regrets puisque je pense que chaque chose en apporte une autre, mais voilà ainsi tu auras eu un scoop venant de moi et pas des chuchotements.

Z: D’autres projets sur le côté ?

Najoua: Voilà un moment que j’écris un roman. J’aime écrire, j’aime laisser mon imagination s’étaler sur le papier. J’aimerais un jour proposer ceci d’autant que la naissance de ma fille m’a apporté énormément de belles choses. Je me sens meilleure en tant que personne depuis sa naissance, je la vois vraiment comme un cadeau du ciel, comme quelque chose qui m’a apporté tellement d’inspiration, qui m’a ouvert les portes vers d’autres choses et notamment cette envie d’écriture que j’en serais à jamais reconnaissante. Mais en ce moment, c’est la musique, l’album, la promo, les concerts et peut-être ou pas, un jour la sortie de ce livre.

Z : Maintenant que l’album est dispo, êtes vous du genre à vous mettre la pression en regardant les chiffres de ventes et tout ça ?

Najoua : Non parce que je l’ai fait par le passé et cela m’a fait du mal et ce même quand les chiffres étaient bons, car on perd vite pied. Etant soucieuse de faire toujours bien, je me suis mis du stress par le passé et aujourd’hui, je préfère laisser d’autres s’en charger et si on me dit que cela ne va pas, alors j’essayerai de m’améliorer.

Z: Dernière question, plus personnelle et concernant votre fille. Est-ce qu’elle a conscience que vous êtes une chanteuse connue ou vous êtes toujours simplement « Maman » ?

Najoua: Justement, depuis peu de temps, elle aime regarder les comptines et va sur youtube. Je pense que Youtube avait gardé en mémoire que j’avais cherché mon clip ce qui a donné qu’elle a vu dans les suggestions de vidéos, mon clip « Cheveux aux vents » et elle s’est écriée « oh maman est dans YouTube » et son réflex a été de dire « C’est ma maman » comme pour faire comprendre que je lui appartenais. Après, elle a conscience que je fais de la musique puisqu’elle baigne dedans donc.

Z : Et bien Merci Najoua, c’était un plaisir que de vous rencontrer.

Najoua: De même Christophe, merci pour cet échange.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :