On a écouté l’album de Roseaux

Après plusieurs singles excellents, Roseaux dévoilera prochainement l’album Roseaux II. Album composé de différentes voix étant donné que derrière Roseaux se cache trois producteurs : Emile Omar, Clément Petit et Alex Finkin. Ce nouvel opus se veut à la fois varié tout en restant homogène dans sa proposition, utilisant des voix puissantes ou tendres, mais toujours touchantes. On parle parfois d’album touchant l’âme de l’auditeur… Cet opus en est un !

C’est ainsi que l’on retrouve des voix aussi belles que celles de Blick Bassy, Mélissa Laveaux, Ben L’oncle Soul ou encore Aloe Blac sur cet opus composé de 10 pistes encrées dans la World Music.

L’opus s’ouvre sur la ballade Kaät en compagnie de Blick Bassy. Un morceau doux et très agréable, comme une belle mise en bouche de ce qui va suivre. Blick Bassy dégage une grande émotion dans sa voix et vous emmène totalement avec lui.

Arrive ensuite Ben L’oncle Soul et une voix plus grave et bien différente de celle de Blick Bassy sur le titre Island. Plus enjoué que la piste précédente, cette piste est entrainante et pourtant totalement épurée. La voix, la rythmique et les quelques instruments suffisent à nous faire bouger.

I should have known est aussi très épuré et ce n’est pas plus mal puisque la voix incroyable d’Anna Majidson est si belle et puissante qu’elle suffit à élever ce titre au rang des plus belles chansons de l’opus, mais aussi de celles proposées depuis le début d’année (et osons le dire, même au-delà). Véritable coup de coeur ici.

Un bar, une ambiance tamisée, un verre à la main et le pied qui bouge de manière naturelle. Olle Nyman nous emmène avec lui dans une ambiance détendue et propice à la détente ou la nostalgie avec le superbe Heart and soul

Le tempo s’accélère un peu plus ensuite en compagnie de Mélissa Laveaux et son timbre de voix unique sur le titre You can discover. Moins classique avec l’ajout de petites touches électro et baroque en fond, la piste est, elle aussi, bien agréable d’autant que l’électro est utilisé paisiblement et non en mode énervé.

Les autres pistes de l’opus se suivent mais ne se ressemblent pas et si Daily bread est le titre qui marquera le moins les esprits, l’aspect jazz de Mè Ni Wè fera tout l’inverse. Blick Bassy à nouveau surprend et propose une chanson douce et agréable.

Autre grand moment de l’album, la piste I am going home qui montre combien Ben l’oncle soul mériterait un vrai comeback sur le devant de la scène tant ce dernier a une voix incroyable. Ici bien accompagné musicalement, on se retrouve devant une chanson puissante, touchante et qui marque les esprits instantanément. Ce genre de chanson est bien trop rare dans le paysage musical français que pour la laisser passer sans en parler.

Un sans-faute pour Blick Bassy qui revient une troisième fois sur l’opus avec le titre Libàk. Mélange de Jazz, de sons africains et de voix théâtrales. Ce titre est assez particulier, mais à nouveau réussi.

Olle Nyman a l’honneur de clôturer l’album et le fait magnifiquement bien. Que dire de plus concernant Waves of sorrow si ce n’est que cette balade de fin est magnifique et termine un album original où les magnifiques voix sont mises en avant sans jamais étouffer pour autant les musiques, toutes plus réussies les unes que les autres.

Roseaux propose un album réussi, de qualité et qui offre une pause délicate dans le bruit environnant.

L’album arrive en septembre

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :