On a écouté Jusqu’ici Tout Va Bien de Bazar Bellamy

Il y a quelques semaines, on a reçu l’album Jusqu’ici tout va bien de Bazar Bellamy et si l’opus débute par le titre « Démodé« , on peut clairement dire que ce n’est absolument pas le cas du groupe qui propose ici un mélange parfait entre rock et sonorités électro.

Attention tout de même, que l’on ne s’y méprenne pas, nous avons ici un groupe de rock et si certaines pistes ajoutent quelques touches d’électro, c’est bien les guitares et la batterie qui sortent quand même du lot sur cet album.

On ressent d’ailleurs ceci sur l’excellent « Découvrir la lumière » et son refrain très rock.

« A tout jamais » est également très réussi musicalement et offre en plus un texte vraiment bon. Une des pistes les plus rock et des plus énergiques de l’album. Petit coup de coeur.

On en a visé des cratères sur la lune
Des doigts sur une carte, pour un tour du monde en smoking
Tous ces mirages qui s’émiettaient entre nos doigts
On s’était juré « NO FUTUR » pour nos épitaphesNos rêves légués en héritage, à titre posthume
Dénichant l’amour sous des galets voluptueux
Revenus de la clope, revenus de la dope Addict au canapé, au smartphone, à Facebook, à la malbouffe au sexe à toute heure

On se croyait sublime, on se voyait ultime
On n’est que des larbins, engourdis de déprime
Gavé de médocs, le vendredi on se met la race à grands coups de Chablis
Pour oublier l’échec de notre superbe vie
Les espoirs sont pliés, comme les parasols de l’été
Dans une impasse, le magicien d’Oz, se fait sa dose,
Le marchand de sable, fait des passes, au plus offrant, il donne son QI
Pas de tour de passe passe, cette fois ci c’est toi qui y passes
Jettes un dernier coup d’oeil par la fenêtre, avant de fermer la boîte

Des adieux à jamais, de l’amour en paquet
Je suis au regret de te dire que je m’en vais
Je m’enfuis au vent mauvais
A tout jamais

On a tout essayé, et on a tout raté
Les espoirs, les regrets, dans un dernier spasme sont mélés
On a tout essuyé, et on a tout gerbé
De l’amour manuel, au émois partagés, des voltiges à plusieurs, déjections de
branleurs
On ne sait plus très bien où en est le désir du bonheur
Les sonates en sourdines, et l’amour qui se débine,
Ho ! On se la voulait la lune, tout ça pour échouer à Béthune
Alors ce soir, on ira noyer nos errances dans du sexe avarié, qu’on surnomme l’amour

Des adieux à jamais
Je suis au regret de te dire que je m’en vais
Je m’enfuis au vent mauvais
A tout jamais
Je m’en vais à tout jamais
Est ce que tu sens ?
Est ce que tu l’as en toi ?
Si seulement un instant tu pouvais respirer encore

Autre titre très efficace, « Un homme » où les petites touches électro viennent sublimer les guitares prédominantes sur ce morceau.

Jusqu’ici Tout Va Bien est un album relativement court puisque composé de 7 pistes seulement, mais qui s’inscrit clairement dans la tendance actuelle qui n’est plus tant dans l’idée de proposer de longs albums, mais des EP.

Ce que l’on peut dire est que pour un premier opus… Jusqu’ici tout va bien !

Bazar Bellamy est composé au chant de Monsieur Georges (ex-Lagony), du guitariste blues chilien Pablo Berchenko, du batteur Jean-Louis Bir, du bassiste Ludovic Martin et enfin, du petit dernier, le claviériste Irwin Gomez. Ajoutons à cela que ce premier album de Bazar Bellamy a été réalisé par Nicolas Bonnière (DollyEiffel…), masterisé par Peter Diemel au légendaire studio Black Box (dEUS, Wampas, etc.).

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :