Mauvaise Graine, critique du film

Mauvaise graine

7.6

Scénario

7.0/10

Acteurs

8.5/10

Réalisation

8.0/10

Musique

7.0/10

Les pour

  • De bons acteurs
  • De belles images
  • Relations touchante entre les deux protagonistes

Les contre

  • Quelques passages manquants
  • Un rythme linéaire
  • Encore un film sur la mafia

#Twitter : #MauvaiseGraine @BellissimaFilms

Réalisateur : Claudio Caligari

Acteurs : Luca Marinelli, Alessandro Borghi, Silvia d’Amico, Roberta Mattei

Date de sortie : 16 Mars 2016

Durée : 1h40

Synopsis : 1995, près de Rome. Vittorio et Cesare qui se connaissent depuis 20 ans, sont comme des frères inséparables. Leur quotidien se résume aux discothèques, à l’alcool et aux trafics de drogues … Mais ils paient cher cette vie d’excès. Après avoir rencontré Linda, Vittorio semble vouloir changer de vie. Cesare lui, plonge inexorablement…

Troisième réalisation pour Claudio Caligari qui avait déjà gagné le Prix Spécial de la section De Sica à la Mostra de Venise pour Amore Tossico, et sorti L’Odore Della Notte en 1998. Pour ce troisième et dernier long-métrage, ce sera l’acteur et producteur Valerio Mastandrea qui terminera le montage puisque Claudio Caligari nous a quitté le 26 Mai 2015. Ce troisième film réalisé n’est encore qu’un autre film sur la mafia et le traffic (Strictly Criminal, Legend). Et cette fiction dramatique n’apporte pas forcément quelque chose de nouveau (à part la mention « tiré d’une histoire vraie » absente); il a cependant de grandes qualités.

mauvaise graine

Les acteurs sont un premier bon point, Cesare et Vittorio, les deux protagonistes, sont interprétés par Luca Marinelli et Alessandro Borghi de façon admirable. Ils sont tous les deux comme des frères et leur relation est bien élaborée. C’est également la relation entre les autres personnages (avec leurs futures femmes) qui est bien ficelé malgré quelques manques.

Esthétiquement le film est riche, quant au scénario on regrette le fait que cela soit un peu trop dramatique par moment :  La mort de Deborah, (la nièce de Cesare) et celle de CesareEn voulant terminer sur une fin heureuse : Finalement la femme de Cesare est enceinte et Cesare, qui était la personne dangereuse car incontrôlable meurt, donc tout fini « presque » bien, (presque, puisqu’on s’attache à la relation entre Cesare et Vittorio et Cesare et sa femme) cela veut nous rendre heureux alors que tout le film est dramatique et que chaque moment de bonheur ne l’est jamais complètement. 

On peut lui reprocher son rythme un peu linéaire, il se passe quelques événements mais au fond, on se demande où cela peut bien aller. A cela s’ajoute le sentiment qu’il manque quelques scènes qui pourraient nous prendre par les sentiments, nous toucher et de ce fait, être complètement emportés et pris dans ce film.

 mauvaise graine 2

Il s’agît donc là d’un film dramatique sur la mafia qui marque quelques points pour ses acteurs et sa qualité esthétique mais en perd pour quelques éléments manquants à l’histoire.

A savoir : Pour ce film, Claudio Caligari s’est inspiré de Pier Paolo Pasolini, un grand théoricien italien du cinéma, pour son film Accatone, mais aussi du célèbre film Mean Streets de Martin Scorsese.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :