Le festival Les Monteurs s’Affichent approche !

Pour la 3ème année consécutive, les monteurs, ces gens de l’ombre au cinéma seront mis à l’honneur avec le festival Les Monteurs s’Affichent et ce du 14 au 18 mars 2018.

L’occasion pour voir de magnifiques films en présence des réalisateurs, mais aussi des monteurs du film.

Le tout se déroulera au Luminor-Hôtel de Ville et ce en présence de nombreux invités tels que les monteurs Josiane Zardoya, Danielle Anezin, Helke Parplies et bien d’autres…

Voici le mot des Monteurs associés qui parlent mieux que quiconque du festival et de son importance

Le monde va de plus en plus vite, dit-on, et c’est certainement vrai pour les centaines de films, fictions et documentaires, qui défilent chaque année sur nos écrans, à peine sortis et déjà recouverts par de nouveaux arrivants.

Pour quelques films surexposés, de très nombreux autres, pourtant excellents, échappent aux faisceaux des projecteurs.

Parmi ceux-ci, il y a des films que nous avons aimé monter et sur lesquels nous avons travaillé de longs mois en collaboration avec les cinéastes. Le temps du montage est celui de la durée, de la construction patiente d’un récit, de la recherche du sens, du rythme, de la forme finale d’un film.

Alors nous vous proposons d’appuyer sur pause et de passer quelques jours, ou quelques heures, en notre compagnie, à découvrir des films que nous voulons continuer à défendre, ainsi qu’un métier mal connu, le nôtre. Après chaque projection, un échange avec le monteur ou la monteuse, en présence des cinéastes, permet d’aborder les films sous un prisme différent et de révéler les enjeux particuliers de ce travail.

Une nouvelle fois, pour cette 3ème édition du festival, les monteurs sortent de l’ombre !

Un festival important et riche en exclusivité, à commencer par sa soirée d’ouverture proposant en avant-première le film Coby, un documentaire de Christian Sonderegger sur la transformation de Suzanne en garçon.

Un avant-goût fort agréable puisque le reste de ce festival s’annonce intéressant avec

Le mercredi, jeudi et vendredi soir ; le samedi et le dimanche toute la journée :

• 8 films, documentaires et fictions, suivis de discussions avec les monteurs, en présence des réalisateurs ;

• une soirée spéciale courts métrages, suivie d’un débat ;
• une carte blanche à nos collègues de l’association des monteurs allemands, la BFS, qui viendront présenter un film et parler de la pratique du montage dans leur pays ;

• une table ronde : la place du montage dans la conception des effets spéciaux, ouverte à tous les cinéphiles curieux et aux étudiants en cinéma.

Et toujours des échanges entre le public, les monteurs et les réalisateurs, après les films, entre les séances, autour d’un verre…

Voici la programmation du festival

Dernières Nouvelles du cosmos
de Julie Bertuccelli (documentaire – 2016 – 100′), monté par Josiane Zardoya Mercredi 14 mars, 20 h 15. Précédé d’un verre d’accueil à 19 h

À bientôt 30 ans, Hélène a toujours l’air d’une adolescente. Elle est l’auteure de textes puissants à l’humour corrosif. Elle fait partie, comme elle le dit elle-même, d’un « lot mal calibré, ne rentrant nulle part ». Visionnaire, sa poésie télépathe nous parle de son monde et du nôtre. Pourtant Hélène ne peut pas parler ni tenir un stylo. Elle n’a jamais appris à lire et à écrire. C’est à ses 20 ans que sa mère découvre qu’elle peut communiquer en agençant des lettres planifiées sur une feuille de papier. Un des nombreux mystères de celle qui se nomme Babouillec.

Sélection Festival de la Rochelle 2016

SOIRÉE COURTS MÉTRAGES

Jeudi 15 mars, 20 h

Cinq courts métrages pour approcher celui qui sillonne la nuit, celui qui est éphémère, celui qui soutient sa famille, celui qui filme son quotidien pour grandir ou celui qui veut décrocher la lune. Venez vivre ces expériences avec : 1992 d’Anthony Doncque, monté par Cyril Leuthy (25′) ; l’Empereur et moi d’Edwige Poret, monté par Jean-Pierre Bloc (26′) ; le Petit de Lorenzo Bianchi, monté par Ariane Prunet (25′) ; Noir Plaisir réalisé et monté par Ismaël Joffroy Chandoutis (3′) et Voir le jour de François Le Gouic, monté par Juliette Haubois (30′).

Soy Nero

de Rafi Pitts (fiction – 2016 – 117′), monté par Danielle Anezin
avec Johnny Ortiz, Rory Cochrane, Aml Ameen, Darrell Britt-Gibson… Vendredi 16 mars, 20 h

Nero, né à Los Angeles, se retrouve déporté au Mexique après le 11 septembre. Une seule idée pour lui, regagner les États-Unis et retrouver son frère. Après avoir franchi clandestinement la frontière à minuit, un 1er janvier, il va se retrouver sur le sol américain où il fera d’étranges rencontres. Son frère Jésus ne pouvant rien pour lui, la seule solution pour récupérer une carte d’identité américaine est de s’engager dans l’armée.

Sélection Festival du film de Berlin 2016 – Compétition officielle

Trêve

de Myriam El Hajj (documentaire – 2016 – 64′), monté par Anita Perez Samedi 17 mars, 14 h

Riad, un chrétien libanais, partage ses journées entre sa boutique d’armes et un terrain de tir. Sa nièce Myriam le filme pour comprendre de quelle manière il a participé à la guerre qui a ravagé Beyrouth des années durant. En compagnie de ses amis, les souvenirs de Riad refont surface, sans doutes et sans regrets. Myriam a aussi des révélations à faire.

Sélections : Festival Entrevues Belfort 2015, Visions du réel 2015

Don Pauvros de la Manche

de Guy Girard (documentaire – 2015 – 66′), monté par Lise Beaulieu Samedi 17 mars, 16 h 30

De Paris à Tokyo, de New-York à Beyrouth en passant par Valparaiso et Port-au-Prince, cela fait presque 40 ans que Jean-François Pauvros trimbale sa silhouette dégingandée de guitariste free, sorte de Joey Ramone de l’avant-garde. Don Pauvros de la Manche raconte la gestation d’un disque imaginaire. Le guitariste partage son temps entre Paris et le bord de la côte d’Opale, dans son fief, où il multiplie les expériences à l’humour décalé. À Paris, il joue en studio avec des musiciens, poètes ou plasticiens : Tony Hymas, Xavier Boussiron & Marie-Pierre Bréhant, Charles Pennequin, Keiji Haino, Arto Lindsay et Vincent Fortemps.

Ni le ciel ni la terre

de Clément Cogitore (fiction – 2015 – 100′), monté par Isabelle Manquillet avec Jérémie Rénier, Kévin Azaïs, Swann Arlaud…
Samedi 17 mars, 20 h

Afghanistan 2014. À l’approche du retrait des troupes, le capitaine Antarès Bonassieu et sa section sont affectés à une mission de contrôle et de surveillance dans une vallée reculée du Wakhan, frontalière du Pakistan. Malgré la détermination d’Antarès et de ses hommes, le contrôle de ce secteur supposé calme va progressivement leur échapper. Une nuit, des soldats se mettent à disparaître mystérieusement dans la vallée.

Sélection Semaine de la critique 2015 – Cesar 2016 : nomination meilleur premier film

Les Messagers

de Hélène Crouzillat et Laetitia Tura (documentaire – 2015 – 70′), monté par Marie Tavernier et Agnès Mouchel
Dimanche 18 mars, 11 h

Des hommes et des femmes racontent le naufrage, les sévices des forces marocaines et espagnoles, la mort de leurs compagnons lors des passages frontaliers entre le Maroc et l’Europe. « Ils sont où tous les gens partis et jamais arrivés ? » Par un geste, une parole, un visage, un paysage qui se fixe, les Messagers tente de donner une visibilité à la disparition et interroge la part fantôme de l’Europe.

Sélections nombreuses, prix de la solidarité internationale Ecollywood 2015, Lille ; prix du jury long métrage au Festival Olhares do Mediterrâneo 2016, Lisbonne…

CARTE BLANCHE AUX MONTEURS ALLEMANDS

Everyone Else

de Maren Ade (fiction – 2009 – 117′), monté par Heike Parplies avec Birgit Minichmayr, Lars Eidinger…
Dimanche 18 mars, 14 h

Gitti et Chris ont 30 ans et filent le parfait amour dans leur maison de vacances en Sardaigne. Evidemment Chris perd un peu ses cheveux, évidemment Gitti se demande si le temps n’est pas venu de… quoi d’ailleurs ? Lorsqu’ils tombent par hasard sur Hans et Sana, plus brillants, plus sûrs d’eux-mêmes, en un mot plus heureux, ce fragile équilibre vole en éclat. Jusqu’où est-on capable de se renier pour sauver son couple ?

Festival de Berlin 2009 : deux Ours d’Argent ; grand prix du jury, meilleure actrice

De toutes mes forces

de Chad Chenouga (fiction – 2017- 98′), monté par Pauline Casalis avec Yolande Moreau, Khaled Alouach, Jisca Kalvanda… Dimanche 18 mars, 18 h

Après le décès brutal de sa mère, Nassim, 17 ans, se trouve placé en foyer. Il ne dit rien à ses amis du lycée parisien qu’il fréquente, refusant cette nouvelle vie. Malgré la bienveillance de la directrice du foyer, Nassim ne veut pas se mêler à la vie du centre. Il jongle entre ses deux vies, se murant dans le silence, jusqu’au jour où la vérité est découverte.

LES RENCONTRES

La place du montage dans la conception des effets spéciaux

Samedi 17 mars, 11 h, entrée libre

Carte blanche aux monteurs allemands

Dimanche 18 mars, 14 h en présence de Heike Parplies, Alexander Berner, Dietmar Kraus et Hansjörg Weißbrich membres de la BFS

Infos pratiques

DATES
Les 14, 15, 16, 17 et 18 mars 2018

LIEUX
Luminor Hôtel de Ville
20, rue du Temple 75004 PARIS
www.luminor-hoteldeville.com

Métro
Hôtel de Ville (3 min à pieds) : lignes 1 & 11
Châtelet (6 min à pieds) : lignes 1, 4, 7, 11 & 14
Châtelet-Les Halles (8 min à pieds) : RER A, B & D

Bus
Hôtel de Ville, lignes 67, 69, 76, 96, N11 & N16
Centre Georges Pompidou, lignes 38, 47 & 75
Rue Rambuteau, ligne 29

TARIFS
Tarif  :  7,50 €
Cartes UGC et LE PASS acceptées + 2 €
Carte de 5 entrées 29 €

À BOIRE ET À MANGER
Les Monteurs associés vous proposeront leurs spécialités lors des pauses entre les séances : bonne chère, vins fins et petits prix.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :