La rétrospective Lucio Fulci – Dès le 17 juillet 2019

Il n’y a plus que des blockbusters au cinéma ou des comédies françaises… Plus de surprises, que des remakes, des reboots et des suites, le cinéma d’horreur, c’est toujours pareil… Oui, Le cinéma c’est devenu nul !!

Voilà un échantillon de ce que l’on peut entendre parfois venant du public français, alors quand une retrospective de qualité se prépare, on ne peut que conseiller celle-ci à ceux-ci afin qu’ils découvrent le patrimoine du cinéma et qui plus est le patrimoine du cinéma venu d’ailleurs.

C’est globalement ce que va proposer dès ce 17 juillet la rétrospective consacrée à Lucio Fulci proposée par les Films du Camélia.

Au programme : 4 Films en versions restaurées dans les salles françaises

  • Perversion Story (Una Sull’altra) – 1969 – France, Italie, Espagne

Avec Jean Sorel, John Ireland, Elsa Martinelli

A San Francisco, un médecin dont la femme est morte après une longue maladie remarque dans un cabaret une strip-teaseuse qui lui ressemble étrangement.

  • Le venin de la peur (Una lucertola con la pelle di donna) – 1971

Avec Florinda Bolkan, Stanley Baker, Jean Sorel

Carol Hammond (Florinda Bolkan), fille d’un célèbre avocat, est la victime d’hallucinations étranges où elle imagine des orgies sexuelles sous LSD organisées par sa voisine, la belle Julia Durer (Anita Strindberg), une actrice à la vie sulfureuse et débridée. A la mort de cette dernière dans des conditions mystérieuses, Carole voit son monde s’écrouler et les mains de la police se refermer sur elle. Arrivera-t-elle à contenir sa folie et ses désirs sexuels insatisfaits ?

  • La longue nuit de l’exorcisme ( Non si sevizia un paperino) – 1972

Avec Tomás Milián, Barbara Bouchet, Florinda Bolkan

Début des années 70, dans le sud de l’Italie, un petit village de montagne est plongé dans la terreur : de jeunes garçons se font mystérieusement assassiner et la police semble avoir du mal à identifier le meurtrier. Les pistes sont nombreuses, mais aucune ne semble réellement aboutir. La tension monte au sein de cette petite communauté et les habitants commencent à désigner des coupables. Pendant ce temps, les crimes odieux continuent.

  • L’EMMURÉE VIVANTE (Sette note in nero) – 1977

Avec Jennifer O’Neill, Gabriele Ferzetti, Marc Porel

Virginia Ducci a des prémonitions. Elle sait que l’un des murs de la maison de son défunt mari abrite un cadavre. Avec l’aide d’un spécialiste en paranormal, elle explore la bâtisse en ruines et ne tarde pas à découvrir un squelette. Mettre au jour ce terrible secret va s’avérer un geste funeste pour Virginia.

Souvent comparé à son confrère Dario Argento, le cinéma de Lucio Fulci verse d’avantage dans le fantastique tout en conservant le côté polar qui fit les belles années du thriller à l’italienne. Par ailleurs, les deux hommes se respectaient et Dario Argento devait produire le dernier film de Lucio Fulci (Le Masque de Cire) mais le décès prématuré de ce dernier empêcha cette collaboration…

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :