Dogman : critique du film

7.8

Scénario

8.0/10

Réalisation

8.0/10

Casting

8.5/10

Musique

6.5/10

Les pour

  • Efficace
  • Excellent casting

Les contre

  • Violent
  • Sombre

#Twitter : #Dogman

Réalisateur : Matteo Garonne

Acteurs : Marcello Fonte, Edoardo Pesce, Alida Baldari Calabria.

Durée : 1h42

Date de sortie : 11 juillet 2018

Après Tale of Tales sorti en 2015, notre réalisateur italien Matteo Garonne nous offre cette année un long-métrage intitulé Dogman. Il nous raconte l’histoire de Marcello, magnifiquement interprété par Marcello Fonte, un toiletteur pour chien possédant son propre magasin dans une banlieue où il est aimé de tous. Il aime son travail plus que tout et profite de sa fille au maximum. Lorsque son ami Simoncino sort de prison, il revient accro à la cocaïne et brutalise le quartier. Il va se servir de l’amitié de Marcello pour aller faire ses coups tordus de criminel. Jusqu’au jour ou cela va mal tourner et Marcello se verra alors faire un choix. Il finira par se révolter de la manière la plus folle qui soit.

Ce film est intéressant d’un point de vue métaphorique. Simoncino va utiliser la faiblesse de Marcello et le fait qu’il ait peur de lui pour le forcer à faire telle ou telle chose. Marcello va alors être vu lui-même comme étant son chien, à obéir à tout ce qu’il fait sous peine de se prendre une volée. On suit alors Marcello et comment il va finir par apprendre à se défendre et à se rebeller difficilement contre cette forte tête qui nous fait ressentir rage et énervement, jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus qu’à commettre la chose la plus difficile et dangereuse mais utile à faire.

Marcello est un personnage intéressant parce qu’il garde un côté humain en étant attaché aux animaux, en aimant faire son travail, en étant proche de sa fille et en essayant de lui offrir ce qu’il peut. Là-dessus le film marche puisque c’est lui qu’on suit du début à la fin. Marcello Fonte nous livre une performance incroyable dans un film aux couleurs vertes et tristes dépeignant un quartier quasiment vide où la vie paraît sale et difficile.

Ce long-métrage violent signé Matteo Garonne nous permet d’apprécier la performance de Marcello Fonte et d’être plongé au cœur d’un quartier défavorisé et d’un homme faisant son maximum pour ne pas se faire manger par les fortes têtes qui peuvent exister, en tentant par dessus tout de garder son humanité.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire