Critique : Don’t Tell A Soul

Don't Tell A Soul

7.1

Scénario

7.0/10

Casting

7.5/10

Réalisation

7.0/10

Bande originale

7.0/10

Les pour

  • Un bon casting (et des contre-emplois pour certains)
  • Un scénario bien écrit
  • Des belles images

Les contre

  • Quelques longueurs et facilités scénaristiques

Twitter : #DontTellASoul @DeauvilleFr #Deauville2020

Réalisateur : Alex McAulay

Acteurs : Fionn Whithead, Jack Dylan Grazer, Rainn Wilson, Mena Suvari

Durée : 1h24

Date de sortie : prochainement

Synopsis :
Joey et Matt sont deux frères issus d’une famille ouvrière du Kentucky. Ces adolescents perturbés décident de s’introduire dans une maison laissée vacante afin de dérober une boîte pleine de billets qui serviraient à payer les frais médicaux de leur mère malade.
En quittant le lieu du méfait, ils sont poursuivis dans le bois voisin par un agent de sécurité qui finit par tomber accidentellement dans un puits abandonné.
Joey et Matt sont alors confrontés à un sombre dilemme : aider le gardien et risquer d’être punis pour leur crime, ou le laisser au fond du trou sans être certains que quelqu’un vienne à son secours…

19 ans après son premier film, Alex McAulay revient avec un thriller qui semble intéressant à la lecture du synopsis, mais alors que donne t’il, au final ?

Une chose est sûre, c’est qu’on rentre dans le long métrage dés les premières secondes, on y trouve une atmosphère pesante et une froideur qui se dégage assez bien faite. Le scénario n’est pas mauvais, certes il comporte quelques facilités et quelques petites choses parfois peu crédibles par-ci, par là, mais l’ensemble reste assez bon.

Prenant le temps d’aller de rebondissements en rebondissements pour faire avancer l’histoire et les personnages, le réalisateur parvient à garder une tension assez constante, jusqu’à la fin. La bande son renforce ce côté également.

Là où le film est réussit c’est aussi au niveau de son casting, Fionn Whithead prouve son éclectisme en matière de rôle et impressionne sans jamais en faire trop, tout comme Jack Dylan Grazer est également très bien, ainsi que Rainn Wilson et Mena Suvari pas mauvais(e)s non plus.

Un thriller sympathique, qui malgré quelques défauts reste plutôt plaisant à découvrir.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :