Critique de Wonder

Wonder

8.5

Scénario

8.5/10

Acteurs

10.0/10

Réalisation

7.5/10

Bande originale

8.0/10

Les pour

  • Des acteurs exceptionnels
  • On a les larmes aux yeux en permanence
  • Une belle histoire

Twitter : #Wonder @Metropolitan_Fr

titre VO:

Réalisateur : Stephen Chbosky

Acteurs : Julia Roberts, Owen Wilson, Jacob Tremblay, Noah Jupe, Izabela Vidovic…

Durée : 1h53

Date de sortie : 20 décembre 2017

Il faudra donc bien attendre de bien terminer l’année 2017 avant de faire son classement annuel puisqu’il y a de fortes chances pour que Wonder, dont la sortie est fixée au 20 décembre entre directement dans le top 5 des spectateurs des plus beaux films de l’année.

A la fois touchant, tendre, terriblement bien écrit et interprété, Wonder est de ces films qui vous bouleversent en permanence. Ce n’est donc pas à la toute fin que l’on a les larmes aux yeux, mais pratiquement en permanence. Des larmes de tristesses évidemment, mais aussi de joie sur certains passages. Il faut dire que l’on ressent une forte empathie pour le héros principal interprété à la perfection par le jeune Jacob Tremblay.

Totalement défiguré et caché sous un lourd maquillage, Jacob Tremblay délivre une performance incroyable et si on lui a bloqué l’accès aux Oscars pour Room, ce serait encore plus incompréhensible de ne pas le retrouvé nommé ou même gagnant tant il montre des capacités incroyables et ce même avec un visage limité dans ses mouvements.

Il n’est évidemment pas le seul enfant du film et le tout aussi jeune Noah Jupe va également en surprendre plus d’un. Typiquement le petit que l’on trouve mimi et que l’on aimerait avoir comme enfant, Noah Jupe est en plus un excellent comédien.

Autour des enfants, il y a des adultes et l’association Owen Wilson / Julia Roberts est une des plus réussies de ces dernières années. Totalement crédible en couple dans leur façon d’interagir avec les enfants, les deux acteurs sont à la fois touchant (à l’image du reste du casting) et offrent une bien jolie performance individuelle. Owen Wilson offre ici une de ses plus jolies prestations et s’éloigne en douceur des rôles de comiques de service qui lui collait à la peau. Julia Roberts de son côté est simplement parfaite en mère de famille et montre à nouveau combien c’est une grande actrice.

Concernant la réalisation, elle est agréable, bien qu’un peu surprenante. C’est peut-être ici le seul point négatif du film, à savoir que Stephen Chbosky découpe le film en personnages au début avec même parfois une scène revue sous un autre angle. Si l’idée n’est pas mauvaise au départ, elle n’est pas totalement exploitée et étrangement proposée. Ainsi on ne comprend pas trop l’intérêt du découpage lié à la meilleure amie, Miranda, d’autant que l’histoire aurait pu continuer sans cette coupe. De plus, ce concept semble totalement mis de côté sur la fin, renvoyant l’idée qu’il aurait été plus intéressant de simplement faire le film sans ce découpage de chapitre à l’image du livre.

Heureusement le scénario tient la route et se suit avec plaisir et n’est que peu parasitée par les découpes.

La bande originale est minimaliste, se fait oublier, mais lorsqu’on lui prête attention est très agréable.

Wonder offre un message fort avec l’aide d’un casting exceptionnel et une histoire touchante. Définitivement l’un des grands films de l’année.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :