Critique de Venise sous la neige

Venise sous la neige

Venise sous la neige
6.375

Scénario

7/10

    Réalisation

    6/10

      Musique

      6/10

        Acteurs

        7/10

          Les pour

          • Une bonne comédie sympathique
          • Juliette arnaud est vraiment amusante

          Les contre

          • Une réalisation top simple parfois

          Twitter : #VeniseSousLaNeige @urbandistrib

          Réalisateur : Elliott Covrigaru

          Acteurs : Élodie Fontan, Arthur Jugnot, Juliette Arnaud, Olivier Sitruk, Andrée Damant, Franck De La Personne, Michael Gregorio, Dominique Besnehard,

          Durée : 1h20

          Date de sortie : 17 mai 2017

          Quand un réalisateur adapte une pièce de théâtre, on pourrait dire « Vas y me mec il s’est pas foulé et tout était déjà en place » ce qui ,évidement, est une grosse erreur, tant Le travail d’adaptation n’est pas vraiment quelque chose de facile et de nombreux grands noms se sont déjà pris Les pieds dans le tapis avant Elliott Covrigaru.

          De là à dire qu’avec Venise sous la neige c’est un sans faute de la part de son réalisateur serait tout de même exagéré. En effet Elliott Covrigaru ne parvient pas éviter l’aspect pièce filmée et ce, essentiellement, sur le début du film qui pour le coup manque de liant et démarre un peu lentement. La présentation des personnages est un peu compliquée et les découpes entre les scènes font trop « tombée de rideau » que pour éviter l’aspect pièce de théâtre.

          Heureusement, le film décolle à la minute même où la folie s’empare de Juliette Arnaud et son envie de s’inventer un personnage étrange venant de Chouvenie et ne parlant pas un mot de français. Dès cet instant, on s’amuse véritablement et l’on rigole de bon cœur. Surtout, le film passe à très grande vitesse. Plus aucun temps morts, des performances d’acteurs réussies et une histoire à la fois amusante et intéressante. On passera tout de même sur le petit cameo de Franck De La Personne n’apportent rien à l’histoire qui aurait clairement pu être coupé, mais ce n’est pas aussi dérangeant en soi.

          On apprécie évidemment Andrée Damant, vraiment drôle en vieille râleuse d’autant qu’elle brille dans chacune de ses scènes.

          Enfin, Venise sous la neige est ici un premier film et ça se ressent parfois un peu trop tout en étant très encourageant pour la suite. Un meilleur travail sur l’aspect d’adaptation, de découpe et de gestion du rythme au début de l’histoire feront à n’en pas douter du second film d’Elliott Covrigaru quelque chose d’encore meilleur bien que celi-ci soit déjà pas mal du tout.

          Vivement la suite.

          Be the first to comment

          Laissez nous un commentaire