Critique de Un vrai Bonhomme

Un vrai bonhomme

10

Scénario

10.0/10

Réalisation

10.0/10

Casting

10.0/10

Bande originale

10.0/10

Les pour

  • Excellents comédiens
  • Histoire prenante et touchante
  • Bande originale de qualité

Twitter : #UnVraiBonhomme @AdVitam_distrib

Titre VO :

Réalisateur :  Benjamin Parent

Acteurs : Thomas Guy, Benjamin Voisin, Isabelle Carré

Durée : 1H28

Date de sortie : 8 janvier 2020

Et déjà un coup de coeur pour 2020, un ! Si le cinéma français de cette année à venir est à l’image de ce « Un vrai bonhomme« , alors on est en route pour une grande année.

S’il m’arrive d’être ému face à un film, ma dernière grande émotion devant un film français remontait quand même à 2006 et la claque reçue avec « Je vais bien, ne t’en fais pas » de Philippe Lioret. C’est que ce film m’avait vraiment retourné lors de sa sortie cinéma.

Et bien, 14 ans après, j’ai ressenti les mêmes sensations grâce à Benjamin Parent et ce magnifique film qu’est « Un vrai bonhomme« .

Si je ne vais pas m’attarder sur l’histoire parce que celle-ci réserve de belles surprises que je ne souhaite pas vous dévoiler et vous déconseille clairement de lire avant de voir le film, je vais plutôt m’attarder sur l’excellent jeu d’acteur de Thomas Guy et Benjamin Voisin.

Au-delà de former un duo qui fonctionne parfaitement bien, les deux jeunes hommes excellent dans leurs performances. Tour à tour touchantes, juste et amusantes aussi parfois, les deux prestations proposées ici sont à classer parmi les plus grandes proposées par la jeune génération du cinéma français depuis un moment.

Les deux jeunes comédiens sont bien entourés avec des seconds rôles également bien écrits et joués, que ce soit du côté des autres ados que des adultes.

La réalisation soignée de Benjamin Parent apporte un excellent rythme à l’histoire tout en évitant le piège du mélo et ce, entre autre, grâce à une belle écriture et à nouveau un excellent jeu des comédiens.

Autre aspect réussi du film, sa bande originale qui va elle aussi à contre-courant de ce que le cinéma propose en général. Ne cherchez pas les violons « tires-larmes » à chaque scène, car « Un vrai bonhomme » évite absolument ce piège tout comme il évite les autres pièges du cinéma dramatique.

je n’ai pas envie d’en dire plus puisque ce film doit se vivre en salle sans en savoir trop, si ce n’est qu’il va vous toucher de plein fouet.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :