Critique de Un sac de billes

Un sac de billes

9.5

Scénario

8.5/10

Réalisation

9.5/10

Acteurs

9.8/10

Musique

10.0/10

Les pour

  • Une superbe histoire
  • D'excellents acteurs
  • Une musique mémorable

#Twitter : #UnSacDeBilles @gaumontfilms 

Réalisateur : Christian Duguay

Acteurs : Dorian Le Clech, Batyste Fleurial, Patrick Bruel, Elsa Zylberstein, Bernard Campan, Kev Adams, Christian Clavier

Date de sortie : 18 janvier 2017

Durée : 1H50

En voilà encore un superbe film pour ce début d’année que « Un sac de billes« . Nouvelle adaptation du roman du même nom publié en 1973, Un sac de billes raconte avec justesse sans tomber dans la facilité l’occupation allemande et le destin de la famille Joffo.

Tout du long, nous allons accompagner les Joffo et plus particulièrement les deux plus jeunes garçons de la famille dans un dangereux périple pour la survie. De rencontres incroyables en moments de peurs, de doutes, en passant par les premiers émois ou encore la chance et la joie, Joseph et Maurice Joffo ont eu une jeunesse incroyable, mais surtout terriblement difficile parfaitement mise en image par un Christian Duguay signant là sa plus belle oeuvre.

Ainsi Christian Duguay nous offre un film dans la plus grande tradition des classiques du cinéma français que l’on espérait plus avec l’avènement de la comédie « bon marché » inondant le cinéma made in france actuel. Bien que proposant quelques notes d’humour et incluant un humoriste ultra bankable tel que Kev Adams le temps de quelques scènes, Christian Duguay ne tombe jamais dans la facilité et préfère offrir à ses comiques (Bernard Campan, Christian Clavier), de superbes rôles de composition. Ainsi Kev Adams est brillant dans son petit rôle et montre pour la première fois un réel potentiel d’acteur, n’en déplaise à ses détracteurs, nous en premier qui avons eu du mal à le supporter jusqu’ici. Oui Kev Adams est brillant au même titre que Bernard Campan et Christian Clavier dans deux petits rôles plutôt marquants.

Impossible de ne pas parler de Patrick Bruel qui confirme une fois encore qu’il est capable de délivrer des performances incroyables tout comme Elsa Zylberstein dont l’interprétation n’est jamais exagérée mais simplement juste.

Enfin et parce qu’il faut en parler: Que dire de Dorian Le Clech et Batyste Fleurial tant il y a d’éloges possibles à faire concernant ces deux jeunes comédiens incroyables. Lors des différentes interviews, Patrick Bruel expliquait que le film était celui des enfants et après l’avoir vu, on ne peut que confirmer ses dires. Oui Dorian Le Clech et Batyste Fleurial portent littéralement le film à eux deux et de la plus belle manière possible. Offrant une véritable leçon de cinéma à certains acteurs plus âgés, on vit et on ressent les choses à travers le jeu d’acteur de ces deux jeunes hommes de manière très intense. Il ne fait aucun doute qu’on retrouvera les deux acteurs dans d’autres films.

Enfin et parce que l’on aime parler de prix, un petit césar du meilleur jeune espoir masculin pour Dorian Le Clech serait simplement évident et amplement mérité.

Je vais terminer cette critique par parler de la musique d’Armand Amar qui accompagne parfaitement les images proposées par Christian Duguay et dire qu’il signe ici une oeuvre magistrale, agréable à écouter, touchante quand il faut et surtout laissant planer un aspect mélancolique idée avec le film.

Un sac de billes n’est pas qu’un nouveau film sur les Juifs, la guerre et l’occupation… Non, un sac de billes et un très grand film à ranger sur l’étagère « ce que le cinéma français nous aura offert de plus beau »

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :