Critique de Transformers: The last knight

Transformers: The last knight

6

Scénario

3.0/10

Acteurs

7.0/10

Musique

7.0/10

Réalisation

7.0/10

Les pour

  • Du grand Bay (Pour les fans)
  • Belles scènes d'action
  • De l'humour

Les contre

  • Du grand Bay (pour les Non fans)

Twitter : #Transformers #theLastKnight @paramountfr

Réalisateur : Michael Bay

Acteurs : Mark Wahlberg, Isabela Moner, Anthony Hopkins

Durée : 2H29

Date de sortie : 28 juin  2017

Vous aimez Michael Bay ? Si la réponse est oui, alors vous aimerez ce film avec ses nombreux défauts. Si à l’inverse, vous n’appréciez pas le travail de « Monsieur explosion », ne vous faites pas souffrir en allant voir ce 5ème volet de Transformers, car ce serait vous infliger un Bay puissance 1000 !

La saga Transformers, à l’image du travail de Michael Bay, a toujours été une excuse pour faire exploser tout et partir dans les extrêmes quitte à délaisser l’histoire et parfois sembler ridicule. Qu’on se le dise, ce nouveau Transformers ne déroge pas à la règle et va même encore plus loin.

On ne souffle pas une seule seconde (limite c’est fatiguant sur les 2H30) et on a l’impression que tout explose en permanence. Les scènes d’action s’enchaînent super rapidement les unes derrières les autres et on compte sur les doigts d’une main les moments plus calmes du film.

Malheureusement, l’absence de moments calmes ou d’exposition de l’histoire a une grande incidence, à savoir le fait d’avoir un bon gros bordel au niveau du scénario et cette impression d’avoir plusieurs histoires inachevées incluant des sous-intrigues sans intérêts qui se mélangent non-stop. Un peu comme si l’histoire principale aurait pu tenir sur 1H30 mais que comme c’est Bay et qu’il y a un quota d’explosions à respecter, il fallait tenir 1H00 de plus. Alors on a dû se dire… Qu’il fallait ajouter des pseudos intrigues sans intérêt et cela se ressent fortement.

Ainsi, le nouveau personnage de la petite fille est inintéressant, l’aspect Optimus prime qui devient méchant et sur-vendu par la com... Dure 5 minutes à tout casser et le combat Optimus VS BumbleBee donne l’impression que le combat de Batman VS Superman entre les deux héros faisait 3H00 en comparaison…

A ce sujet, Optimus Prime est toujours pénible à balancer son « Je suis Optimus prime » toutes les deux minutes au cas où on ne sait pas qui il est et ce d’autant plus qu’il apparaît finalement très peu de temps.

Ensuite, les scènes d’actions partent dans tous les sens avec même des passages d’apesanteur limite risibles et un changement de format d’écran passant de l’Imax au classique vraiment lourd. Je ne comprends pas comment un réalisateur s’amuse à faire ce genre de choses plus pénible que réellement utile. Ainsi toute la dernière partie du film est gâchée par des changements incessants de formats. Perso cela ne m’apporte rien de plus qu’une gène visuelle.

Dernier défaut du film: Michael Bay est tombé dans la mode du « Soyons féministes et mettons une femme en vedette ». Si avoir une héroïne en vedette n’est pas un défaut, bien au contraire, il ne faut pas non plus que celle-ci passe son temps à castrer son partenaire masculin et si une petite blague de-ci de-là est bien, ici, on fait limite passer le personnage de Mark Wahlberg pour un banal faire-valoir alors qu’il est supposé être la vedette du film. Il est relégué au second plan et passe presque pour un idiot. Avoir une femme forte est bien, mais cela est mieux si c’est fait sans réduire l’homme puisque dans ce cas-là on ne parle plus d’égalité des sexes et on tombe dans le sens inverse de ce que les féministes réclament... A savoir un genre égal et non un au-dessus de l’autre !

Heureusement le film n’est pas qu’une accumulation de défauts, bien au contraire…

Ainsi il y a beaucoup d’humour et ce entre autre grâce au nouveau robot majordome vraiment cool, badass et offrant certaines des meilleures scènes dont une hilarante où il « joue la musique du film ».

La 3D et l’apport des caméras Imax est magnifique d’autant que Michael Bay est parvenu à rendre lisible ses scènes de combats si bien que l’on profite vraiment de l’action sans avoir mal la tête et ce même quand cela explose de partout.

Transformers 5 est donc un « No Brainers » dans lequel Michael Bay pousse le délire à fond avec aussi le petit clin d’oeil poussif pour annoncer le Spinoff sur BumblebeeA voir uniquement pour les fans.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :