Critique de Tin Can

Tin Can

5.8

Scénario

5.5/10

Réalisation

6.0/10

Casting

6.0/10

Les pour

  • Bonne idée côté scénario...

Les contre

  • ...mais pas assez clair dans son ensemble

Twitter : #TinCan #EtrangeFestival @etrangefestival

Titre VO :

Réalisateur : Seth A. Smith

Acteurs : Anna Hopkins, Simon Mutabazi

Durée : 1h44

Date de sortie : Inconnue (Vu à L’étrange Festival)

Chaque année à l’Etrange Festival, nous trouvons assez facilement dans la programmation plusieurs films qui parlent d’épidémie. Tin Can est l’un d’entre eux.

Ici, ce n’est pas le covid mais une sorte de peste qui ravage le monde. Un parasite qui envahit le corps progressivement. Une chercheuse proche de trouver une piste à un remède se réveille enfermée dans une capsule d’hibernation. Machine construite et proposée à certains malades dans l’espoir de guérisons futures. Mais tout ne semble pas se présager pour leur bien.

Difficile de faire une critique de ce film particulièrement complexe à comprendre dans sa finalité. L’idée de cet enfermement pouvant pousser à la folie est plutôt une bonne idée mais pas tout à fait originale.

On se rappelle fortement en partie un certain film sorti il y a déjà quelques mois sur Netflix (Oxygène avec Mélanie Laurent). La comparaison est très faible mais de ce fait on n’était pas très pris par la situation même si elle restait assez cauchemardesque.

L’esthétique visuelle, le choix des plans en plongée et contre plongée qui part un peu dans tous les sens est bien maîtrisée mais le scénario manque d’une part d’explication plus clair. A ne voir que pour son esthétique.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :