Critique de Silence

Silence

7.8

Scénario

7.0/10

Réalisation

8.0/10

Acteurs

8.5/10

Les pour

  • Un Casting impeccable
  • Andrew Garfield est magistral
  • Scénario grandiose et bouleversant

Les contre

  • 2h41 c'est un peu trop long

#Twitter : #Silence @Metropolitan_Fr

Réalisateur : Martin Scorsese

Acteurs : Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson, Tadanobu Asano, Yôsuke Kubozuka

Date de sortie : 8 février 2017

Durée : 2h41

Difficile de décrire le sentiment qu’on ressent en sortant de ces 2h41 de film. Silence n’est pas parfait mais il y a ce petit quelque chose qui fait qu’avec le bon recul on y trouve de la splendeur. Son histoire sur deux prêtres jésuites se rendant au Japon au XVIIème siècle est bouleversante et l’on comprend le long processus de travail qu’ont pu apporter son réalisateur Martin Scorsese et toute son équipe. Mais la longue première partie du film qui sert à mettre en place tout le contexte dans lequel on se trouve finit un peu par nous perdre. Le Silence est devenu trop silencieux et on se demande presque si en fait ce ne serait pas volontaire. Cela prend même tout son sens lorsqu’on y réfléchit. Comme le personnage principal on s’enfonce progressivement dans cette terreur où les chrétiens sont martyrisés et on finit tourmenté comme lui. Parler de religion dans un film n’est jamais facile et ça n’a pas du être évident pour Scorsese malgré me fait que son film soit basé sur le roman de Shūsaku Endō.

Côté photographie, le territoire marécageux des campagnes du Japon est bien représenté. Scorsese a une façon de filmer qui te fait oublier la technique, chose rare au cinéma. La puissance des images est d’ailleurs amplifiée par le choix de ne pas lui apposer de bande originale.
Le casting japonais est impeccable et pour les personnages portugais, Liam Neeson et Adam Driver portent bien leur rôle.

Au premier plan, Andrew Garfield explose et nous prouve encore une fois son grand talent. Bouleversant !

Voilà, à priori, Silence, malgré ces 2h41, devrait toucher un certain public. Les plus sensibles en sortiront nourris (et/ou très émus) et d’autres seront peut-être déçus mais le mieux est d’aller se faire son propre avis dès sa sortie en salle le 8 février prochain.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :