Critique de « Pas son genre »

Avis:

Twitter: #passongenre @Diaphana

Acteurs: Emilie DequenneLoïc CorberySandra Nkake

Réalisateur : Lucas Belvaux

Date de sortie: 30 avril 2014 (1h51min

Bonus: Photos de l’avant-première ICI

Bande annonce: 

Pas son genre critique4

Et bien, en voilà un très joli film que ce « Pas son genre ». Véritable  hommage à l’amour dans ce qu’il a de plus beau, tels que les relations, la séduction ou les rapprochements mais aussi ce qu’il a de plus cruel, à savoir  l’indifférence, « Pas son genre » dresse le portait de deux personnes ayant une approche différente de l’amour et la manière de vivre avec celles ci.

Sans trop dévoiler l’histoire du film qui surprend de par sa fin totalement inattendue, on assiste surtout à la mise en image de deux acteurs au talent indiscutable.

Pas son genre critique5D’un côté on a forcément Emile Dequenne, bien connue du public et qui réalise avec ce film l’une de ses plus belles prestations. Toujours juste quand il s’agit d’interpréter des personnes simples, naturelles, humaines sans jamais donner l’impression de regarder « UNE ACTRICE » sur l’écran. Emilie Dequenne est on ne peut plus touchante et bouleversante et ce sur toute la durée du film. Elle représente ainsi une génération qui même si elle tend à disparaître demeurera toujours encore un peu, dans un coin de notre société, celle des rêveurs.

Pas son genre critique1De l’autre côté, nous avons Loïc Corbery, moins connu du grand public mais qui possède tout pour se faire une place au cinéma tant il est doué. Au même niveau qu’Emilie Dequenne, il parvient à rendre humain, simple et touchant un prof de philosophie qui par un autre acteur aurait automatiquement semblé surfait et caricatural. Il n’en est absolument rien ici et Loïc Corbery délivre une excellente prestation.

La fusion des deux acteurs, offre ainsi une histoire d’amour crédible et surtout un duo de personnages attachants. La fin du film est ainsi un peu déchirante, car on tient à eux, et ce autant à elle qu’à lui et lorsque le générique de fin arrive, on a juste envie de prolonger un peu et de les revoir, de ne jamais les laisser s’en aller.

A noter également une utilisation de passages de Karaoke vraiment intéressante et notamment vers la fin du film où un hymne très populaire n’aura jamais été aussi déchirant.

Pas son genre critique3

Je terminerai donc cette critique par dire que ce film m’a bouleversé car je me situe un peu dans la catégorie des personnages joués par Emilie Dequenne, grand rêveur et rempli d’espoirs et comme elle, pendant cette heure 30, j’ai ressenti tout un tas d’émotions si bien que je suis passé facilement du rire aux larmes. Un magnifique film donc  à avoir absolument.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Champs-Elysées film festival 2015 – Photos, Vidéos, Critiques… | Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :