Critique de Only god forgives

Twitter:  @wildsidecats

Acteurs: Ryan Gosling, Kristin Scott Thomas, Vithaya Pansringarm

Réalisateur: Nicolas Winding Refn

Date de sortie: 22 mai 2013 (1H30)

Bande annonce: http://youtu.be/jeqm2D2WCJY

Critique de #Chris

Mon tweet à la sortie de la séance disait « si dieux peut pardonner, alors je ne suis pas dieu car je ne pardonnerai pas cette m**** » et je le pense vraiment.

only god forgives

Il n’y a absolument rien de bon dans ce film… Que ce soit les acteurs, la musique, la réalisation, le scénario… Non il n’y a vraiment rien !

Développons quand même un peu.

Commençons par les acteurs, en réalité, quand je dis qu’il n’y a rien de bon, en fait si il y a quand même dans cette catégorie quelque chose qui sort du lot, ou plutôt quelqu’un puisque Kristin Scott Thomas s’en sort pas trop mal en mère abusive et froide. Mais forcément le regard était porté sur Ryan Gosling qui retrouvait ici le réalisateur lui ayant offert un de ses meilleurs rôles, celui de du mec violent dans Drive; et bien pour le coup, c’est un ratage complet…

Il essaye tant bien que mal de nous refaire le même genre de personnage, froid, distant et neutre sauf que pour le coup il est tellement neutre qu’il ne fait passer absolument rien et pour ce qui est du mec viril et puissant… Il est castré en moins de deux par Kristin Scott Thomas dans le rôle de sa mère lors d’un repas de famille bien sympathique.

Autant le dire de suite, Ryan Gosling est mauvais dans ce film avec souvent un regard de chien battu ou un sourire niais comme pas permis… Sans parler de la scène où il hurle à la jeune fille de retirer sa robe. On a du mal à ne pas rigoler !

Voici le Gosling Look… Soit la tête Gosling dans tout le film ! Mono expressif

A ce sujet, là où Drive avait des liens avec Halloween, ce Only god forgives a des faux airs de Psychose dans la relation abusive et charnelle entre la mère et son fils, entre autre sur la fin du film quand il retrouve sa mère à l’hôtel et qu’il…

Le 3 ème personnage et pourtant le véritable premier rôle du film selon moi revient à Vithaya Pansringarm Et son cure dent… Ok j’exagère mais en fait le mec se promène quais non stop avec son petit sabre et bute tout le monde sur son passage. C’est amusant 2 minutes et après cela en devient ridicule tant sa façon de faire est répétitive, limite chronométrée avec toujours les mêmes mouvements !

only god forgivesOn a même droit à une petite scène de torture elle aussi bien ridicule avec le grand méchant qui commence par des baguettes  à cheveux puis qui pour chaque nouvelle partie du corps qu’il va abîmer va choper quelque chose de plus en plus gros… Limite on s’attend à ce qu’il trouve comme par hasard un tisonnier dans le coin pour le finir (heureusement on évitera ça mais vous comprendrez en voyant la scène)

Les autres rôles sont anecdotiques et sans aucun intérêt.

La réalisation maintenant… Je ne vais pas m’éterniser mais après 5 minutes de film… je piquais déjà du nez tant c’est mou, vide, plan plan et d’un ennui incroyable !

Après on voit sur le net, wow superbe photographie, visuellement très beau et pour le coup ce n’est pas faux mais faut aussi admettre que filmer et rendre beau Bangkok n’est pas si compliqué que ça tant la ville est déjà bien éclairée.

Reste enfin la musique et là aussi, l’effet Drive n’est pas présent. elle est lourde, limite désagréable et sans intérêt à l’image du film ! Et vive le Karaoke chinois !

Voilà, j’en ai déjà trop dit et pour être honnête avec vous, même parler de ce film me fatigue. Ne perdez pas votre temps, c’est mauvais !

Ps: Ne vous faites pas avoir par la bande annonce et le « You wanna fight » car il n’y a qu’une scène de combat et qui dure moins de 2 minutes !

PS2: Pas de note pour ce film car celles ci débutent à 1 étoile…

Critique de #Jonathan

Ce qui commence comme une simple histoire de vengeance aveugle dans « Only God Forgives », se transforme peu à peu en une variation sanglante du complexe d’Œdipe.

C’est aussi et avant tout l’histoire d’un fils impuissant, qui essaie désespérément d’être reconnu par une mère tyrannique et castratrice et tout en voulant se défaire de son emprise.

ONLY-GOD-FORGIVES2

Au niveau des acteurs, même si Ryan Gosling joue encore une sorte d’anti-héro taciturne comme dans « Drive », je n’ai pas du tout eu l’impression de voir le même personnage. Ici il en est même totalement opposé. Pour ce qu’il était un héro virile et puissant que rien ne pouvait arrêter dans « Drive », il est dans « Only God Forgives » un piètre combattant, totalement impuissant aussi bien sexuellement qu’affectivement. . Il sera d’ailleurs plusieurs fois en difficultés tout le long de l’histoire et finira d’une certaine manière par accepter son impuissance…

Donc contrairement à Chris, je ne trouve pas Ryan Gosling mauvais. J’ai justement trouvé que malgré son air « mono expressif », qu’il apportait quelques petites nuances à son jeu et ne m’a pas du tout fait penser à son personnage de « Drive »…

Même si le film n’est pas vraiment la claque que j’attendais, je l’ai trouvé très bon ! Et au-delà du côté esthétique, j’ai beaucoup aimé les messages sous-jacents du film et le côté du héros totalement impuissant à tout point de vue…

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :