Critique de Liberation Day

Liberation Day

7.8

Scénario

7.5/10

Musique

8.0/10

Réalisation

8.0/10

Les pour

  • Un amusant et déroutant choc des cultures
  • Les reprises musicales de Laibach sont assez sympa

Twitter : #LiberationDay ‪@etrangefestival

Réalisateurs : Ugis Olte, Morten Traavik

Avec : Boris Benko, Tomaz Cubej, Milan Fras

Durée : 1h38

Année de production : 2016

Liberation Day suit la venue en 2015 du groupe slovène Laibach en Corée du Nord qui se prépare à un concert marquant la célébration des 70 ans d’Indépendance du pays. Cet événement a marqué les esprits étant donné qu’on n’aurait pas imaginé un groupe de rock faux fascistes qui ose surprendre se rendre dans un pays où les mentalités sont sérieuses et où l’idéologie marxiste est imposée.

La réalisation de ce documentaire est amusante. Rien de plus normal que de garder un esprit positif face à une telle situation. Très politique, on nous reconstitue l’historique de la Corée du Nord depuis son indépendance et les doctrines qui se sont installés ensuite. Dans le contexte actuel du pays, toute l’organisation du groupe tente de créer ce concert basé sur le célèbre Sound of music. Sur les quelques jours qu’ils auront, on observe chaque étape et comment ils ont dû s’adapter aux contraintes autant matérielles que morales et spirituelles. Un véritable choc des cultures.

Le plus amusant dans tout cela sera de constater comment les réalisateurs ont réussi à capter les réactions aussi bien positives que négatives des protagonistes coréens tout en nous montrant que ce pays en pleine dictature n’est pas si fermé qu’on ne le croit.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :