Critique de « Les Filles du Dr. March »

Les Filles du Dr. March

8

Scénario

8.0/10

Réalisation

7.0/10

Casting

9.0/10

Bande-Originale

8.0/10

Les pour

  • Harmonie parfaite des 4 actrices principales.
  • Pour un film adapté d'un classique littéraire, on ne trouve pas le temps long.
  • Musique mélodieuse et touchante.

Les contre

  • Beaucoup d'allers/retours entre différentes temporalités dès le début du film.

Twitter : @LittleWomen #LesFillesduDrMarch @SonyPicturesFr

Titre VO : Little Women

Réalisatrice : Greta Gerwig

Acteurs/trices : Emma Watson, Saoirse Ronan, Timothée Chalamet, Florence Pugh, Louis Garrel, Eliza Scanlen, Meryl Streep, Laura Dern…

Durée : 2h14

Date de sortie : 01 janvier 2020

Nouvelle adaptation du roman éponyme, cette fois par la réalisatrice de LadyBird, Greta Gerwig, Les Filles du Dr. March, est le film de Noël idéal. Alors non, vous n’y trouverez pas de Père Nöel, de traineau et sans doute même assez peu de neige en fin de compte mais c’est son histoire universelle, mondialement connue, aux valeurs encore fortement actuelles et puissantes, qui font de ce film un réjouissement familial parfait. Il s’en ressent une chaleurosité, une candeur et une ambiance conviviale qui devrait sans peine réunir tous les rescapés du froid dès sa sortie en salle. Même si il nous faudra attendre en France, le 1er janvier.

Pour ce faire, Greta Gerwig s’entoure une nouvelle fois de celle qu’on pourrait lui considérer comme étant sa muse ou sa soeur spirituelle, Saoirse Ronan. Cette dernière retrouve son partenaire de LadyBird et l’un des acteurs phares de cette année 2019, Timothée Chalamet. Et comme si ce n’était déjà pas gage de qualité, s’ajoute à la grande famille March, Emma Watson, Florence Pugh, Laura Dern, Meryl Streep le temps de quelques scènes… et même Louis Garrel ! Donc oui, on a affaire ici à l’un des plus beaux et jeunes castings depuis fort longtemps, avec des têtes d’affiche en devenir si ce n’est pas déjà très douées.

N’ayant pas relu l’ouvrage original de Louisa May Alcott depuis un certain temps, difficile à dire si cette nouvelle version réitère l’ambiance et la vie de nombreuses familles américaines durant la guerre de Sécession, mais la patte de Gerwig donne une profonde portée féministe à l’œuvre et fait, avec même beaucoup de subtilités et ingéniosité, directement écho à aujourd’hui avec un désir d’émancipation féminine qui ne manque pas de contourner les clichés. Et c’est joliment réussi.

Chaque personnage, quel que soit son temps d’apparition à l’écran, possède son propre moment et des caractéristiques à la fois si différentes des autres mais qui se complètent sans mal. On constate en restant durant le déroulé du générique de fin, la présence du compositeur français Alexandre Desplat à la signature de la bande-originale et ce n’est plus une surprise : la musique est vraiment rythmée, agréable et contribue, on vous le disait plus haut, à instaurer une véritable atmosphère type « cocooning » au film.

Au final, la seule chose qui pourra peut-être en laisser quelques-un(e)s sur le côté pendant quelques instants, c’est la construction du film qui fait avancer l’histoire sur différents récits situés dans des périodes alternées. On s’y perd un peu quand on n’est pas habitués et c’est le seul bémol qu’on mettra sur le film. Il aurait été tout aussi simple et pourtant percutant de raconter le tout de façon linéaire.

N’en demeure pas moins qu’on vous recommande fortement d’aller vous réchauffer le coeur et les idées devant ce film, sorte de chocolat chaud cinématographique idéal pour la période des fêtes. Et à ça, difficile de résister.

La bande-annonce :

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :