Critique de Les confins du monde

Les confins du monde

7.8

Scénario

7.0/10

Réalisation

8.0/10

Casting

7.0/10

Bande originale

9.0/10

Les pour

  • Une belle histoire
  • Des images fortes
  • Une belle bande originale

Les contre

  • De fines maladresses

#Twitter : #LesConfinsDuMonde @AdVitam_distrib

Titre VO :

Réalisateur : Guillaume Nicloux

Acteurs: Gaspard Ulliel, Guillaume Gouix, Gérard Depardieu

Durée: 1h43

Date de sortie : 5 décembre 2018

Très souvent le cinéma français nous habitue à des films plutôt gentils, des films où quand on est supposé décrire l’horreur, on évite le sang ou encore de ces films où le sexe montré explicitement semble tabou.

Mais depuis quelques années, le public semble habitué aux images fortes et choquantes si bien que ce qui ne passait pas il y a encore 10 ans, à l’image d’une masturbation masculine en gros plan, passe finalement très bien aujourd’hui.

Et de fait, Guillaume Nicloux ne cherche jamais à cacher ou à simplement suggérer la nudité, le sexe ou l’horreur dans son film puisque le tout nous est exposé régulièrement. Mais là où Guillaume Nicloux le fait très bien et intelligemment, c’est dans sa façon de proposer ceci non pas gratuitement, mais bien pour nous plonger plus encore dans l’histoire.

Oui en tant de guerre, on se masturbe, on couche avec des prostituées et on fait face à la mort parfois de la plus horribles des manières. Des choses qu’a bien saisi Guillaume Nicloux et qu’il propose finalement en cohérence avec son histoire;

Qu’on se rassure, Les confins du monde n’est évidement pas une succession de scènes choquantes d’autant que comme expliqué ci-dessus, ce qui est présenté à l’écran ne l’est finalement pas, mais bien un film avec une histoire prenante du début à la fin.

Ainsi, on retiendra essentiellement, son histoire forte et réaliste montrant la guerre telle qu’elle est réellement et non de manière édulcorée pour être tout public le soir à la télé ainsi que la qualité de son casting. (N’espérez pas découvrir ce film un jour à 20h50).  Bénéficiant d’une belle réalisation et d’un joli ensemble d’acteurs, on est captivé autant par l’histoire que la beauté des images.

Pour donner vie à tout ceci, Gaspard Ulliel est très bon, bien qu’au début il laissait planer un doute sur ses capacités à tenir le film de par une introduction faite de manière robotique. Fort heureusement, il se rattrape par la suite et offre finalement une performance raisonnable bien que non transcendante. De fait, on lui préférera Guillaume Gouix plus intéressant dans sa proposition de jeu même si un twist concernant son personnage n’apportant rien au reste semble avoir été placé là pour faire « genre », chose que le film n’avait absolument pas besoin.

Le film est très joliment filmé comme dit précédemment, offrant de magnifiques plans sur des paysages ou les acteurs en action. Les confins du monde comprend également une belle bande originale proposant une reconstitution assez intéressante de la guerre d’Indochine.

La fin se veut un rien décevante en rapport du reste du film, mais j’admets ici que c’est faire preuve de fine bouche.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :