Critique de Le majordome

Avis:

Twitter: @Metropolitan_Fr #lemajordome

Acteurs: Forest Whitaker, Oprah Winfrey, Mariah Carey, John Cusack, Jane Fonda, Cuba Gooding Jr., Terrence Howard, Lenny Kravitz

Réalisateur : Lee Daniels

Date de sortie : 11 septembre (2H12)

Très attendu après les excellents retours des états-unis où le film cartonne depuis 2 semaines, Lee Daniels’ The Butler ou plus simplement chez nous « le majordome » avait sur le papier tout du film à Oscars avec des acteurs au talent incroyable tel que Forest Whitaker en passant par d’autres dont on attendait beaucoup comme Lenny Kravits et Oprah Winfrey en passant un réalisateur très en vogue  Ça c’était sur le papier mais en réalité que vaut ce « Majordome » ?

Et bien on ne nous aura pas menti et toutes les promesses faites sur le papier sont bien présentes dans le film. Un casting au top, une histoire passionnante (et inspirée d’une histoire vraie), un message fort et tous les éléments pour vous tirer la larme à l’œil.

Oui « le majordome » est le genre de film typiquement US dans sa façon de faire et c’est bien entendu tout ce que l’on aime dans ce cinéma là.

majordomeLa première chose qui ressort bien entendu de ce film est son casting avec des acteurs, comme je le disais plus haut, vraiment au top à commencer par Forest Whitaker vraiment bon et qui ne fait pas non stop sa tête de droopy bien triste. Il est parfait dans le rôle et plus encore à mesure que l’histoire avance, surtout quand il est est amené à jouer un Cecil Gaines vieillissant. Il y a de fortes chances qu’il soit nominé à l’oscar pour sa performance.

En parlant d’oscars, il y a de grande probabilités pour que la personne qui déboulera sur la scène lors de la prochaine remise soit Oprah Winfrey. Au delà d’être une figure emblématique de la télé US, elle démontre dans ce film combien elle est une grande actrice. Elle est tout simplement parfaite et d’une justesse incroyable et ce dans toutes ses scènes.  Reste à voir dans quelle catégorie elle se retrouvera, premier ou second rôle mais si elle n’est pas au moins nominée, ce serait alors un des plus gros scandales depuis la création des Oscars.

Notons également Cuba Gooding JR. lui aussi parfait en second rôle.

Ensuite il y a deux surprises au casting, Lenny Kravits et Mariah Carey.

Les deux se débrouillent bien même si pour Mariah il s’agit plus d’une apparition qui malheureusement pour elle ne restera pas dans les mémoires, en effet, on ne croit pas une seconde à son personnage de femme noir, esclave et mère de Cecil car mal maquillée et pour le coup, impossible de faire passer Mariah pour une femme noir de peau. C’est d’autant plus dommage car elle n’est pas mauvaise mais simplement peu crédible dans ce rôle.

majordome

Lenny de son côté, fait totalement oublier le chanteur et se fond parfaitement par mis les autres comédiens, comme si il avait toujours fait ça. Bien plus intéressant que dans Hunger Games

Il y a bien entendu beaucoup de seconds rôles campés par des acteurs connus tels que James Marsden ou Robin Williams et là aussi ils sont plutôt bons.

majordome

L’autre atout du film est le point de vue abordé. En effet ce n’est pas le premier et ce ne sera pas le dernier film qui parle et parlera des droits accordés aux noirs et la façon dont ceux ci ont étés obtenus mais le fait de montrer principalement comment cette partie de l’histoire a été vécue par une famille et plus particulièrement un homme au plus près des décisionnaires est des plus intéressants.

On s’attache clairement à cette famille qui va traverser nombreuses difficultés tout en vivant une partie importante de l’histoire des états-unis.

Très intéressant et définitivement un grand film.

Critique de Jonathan

Le Majordome aurait pu facilement tomber dans un certain académisme, s’il n’y avait pas cette tension entre la lente progression de Gaines et l’engagement de son fils dans la lutte pour les lois civiques ainsi que son combat contre la ségrégation raciale.

Leur relation conflictuelle permet de retracer par bribes, une partie de cinquante ans d’histoire américaine.

Avec son casting grand luxe, cette légère tension entre l’histoire du père et du fils est la plus grande qualité du film.  Malgré tout et malgré ses nombreuses qualités, j’ai trouvé que le film n’approfondissait pas assez les choses. A titre d’exemple, toute la partie ou l’on voit Cécil Gaines apprendre le métier de majordome est hélas bien trop courte. J’ai trouvé aussi que par sa mise en scène agréable mais conventionnelle, le réalisateur atténuait le côté émotionnel de l’histoire. En bref, Le Majordome, sans être exceptionnel est un excellent film.

Nous avons ici une très belle histoire bien souvent touchante et portée par une élégante mise en scène, mais au scénario et à la mise en scène  un peu trop classique et linéaire à mon goût.

j’ai trouvé finalement que le film tenait le spectateur en haleine essentiellement grâce à l’immense prestation de Forest Whitaker ainsi que l’excellente  brochette d’acteurs à ses côtés.

Malheureusement face à d’autres films tels  « La Couleur Pourpre », « Malcom X » ou encore « Hurricane Carter » beaucoup plus forts et retranscrivant bien mieux la ségrégation raciale en Amérique, «Le Majordome» ne fait hélas pas vraiment le poids.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :