Critique de La prunelle de mes yeux

La prunelle de mes yeux

6.3

Scénario

6.0/10

Réalisation

5.5/10

Acteurs

7.5/10

Musique

6.0/10

Les pour

  • Un bon casting

#Twitter : #LaPrunelleDemesYeux @diaphana 

Réalisatrice : Axelle Ropert

Acteurs : Mélanie Bernier, Bastien Bouillon, Antonin Fresson, Chloé Astor, Swann Arlaud

Date de sortie : 21 décembre 2016

Durée: 1H30

A vouloir trop faire, on s’y perd un peu… C’est un peu le sentiment que l’on a en sortant du film « La prunelle de mes yeux« . Foisonant d’idée, la jeune réalisatrice propose de très nombreuses choses dans son film et si certaines sont réussies, d’autres le sont nettement moins bien ou se perdent clairement sur la longueur. On pense ainsi à un running gag excellent au début du film dans un ascenseur vis-à-vis d’un écrit sur le mur qui une fois arrivé la fin, est devenu un peu lourd et surtout a perdu totalement de son aspect humoristique pour devenir une simple pancarte d’explication du film. L’idée de départ est excellente, mais très vite, son exploitation tombe à plat. Il en va de même avec une ou deux autres idées n’apportant pas grand-chose au film bien que jolies.

la-prunelle-de-mes-yeux-critique3

Ce qui manque clairement à La prunelle de mes yeux est quelqu’un derrière Axelle Ropert pour la recadrer un peu et écrémer un peu son scénario.

la-prunelle-de-mes-yeux-critique1Passé ces quelques problèmes de réalisation, on prend un réel plaisir à retrouver Mélanie Bernier à l’écran d’autant que la jeune femme est vraiment douée dans son rôle d’aveugle et dégage une énergie incroyable. Elle est bien aidée par ses trois compagnons de jeux Bastien Bouillon, Antonin Fresson et Chloé Astor, mais aussi par une ribambelle de seconds rôles tous plus drôles les uns que les autres. A ce sujet, on sortira de la salle en repensant à ceux-ci de longues minutes tant l’aspect « comique » du film passe beaucoup par les seconds rôles.

Ainsi, et comme signalé au début, Axelle Ropert a de très bonnes idées et fait office d’une réalisatrice et d’une scénariste à suivre, mais un peu d’aide extérieur serait un plus pour elle.

La prunelle de mes yeux est un petit film mignon que l’on regardera essentiellement pour la joie de vivre communicative de son casting et plus particulièrement Mélanie Bernier qui illumine réellement l’écran.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d bloggers like this: