Critique de La fille au bracelet

La fille au bracelet

8.8

Scénario

9.0/10

Casting

9.0/10

Réalisation

8.5/10

Les pour

  • La révélation Melissa Guers
  • Très bon rythme
  • Histoire passionnante

Twitter : #LaFilleAuBracelet

Titre VO :

Réalisateur : Stephane DeMoustier

Acteurs : Melissa Guers, Roschdy Zem, Anais DeMoustier, Chiara Mastroianni, Annie Mercier

Durée : 1H36

Date de sortie : 12 février 2020

Si le cinéma français est essentiellement composé de bonnes comédies familiales, il est aussi capable de proposer d’autres choses et notamment des films se concentrant sur de grands procès et ce bien que dernièrement cela ce soit plus vu en télé qu’au cinéma.

Fort heureusement, il arrive que certains réalisateurs s’y attaquent avec comme idée de proposer un film et non un téléfilm. C’est le cas de Stéphane DeMoustier qui, avec La fille au bracelet, propose un vrai grand film de genre à destination des salles de cinéma.

Grand film de par son histoire passionnante, de par sa justesse d’écriture, de l’aval d’un véritable avocat ajouté au casting, d’une réalisation sans faille et enfin de comédiens incroyables à commencer par la révélation Melissa Guers.

Alors qu’elle effectue ici ses débuts à l’écran, Melissa Guers fait définitivement partie de cette jeune génération talentueuse pour qui l’avenir sur l’écran semble tout tracé. Totalement habitée par le personnage, délivrant ses dialogues d’une manière incroyablement juste ou encore simplement dans sa gestuelle, Melissa est simplement parfaite.

Accompagnée à l’écran par de grands acteurs, on retrouve dans le rôle des parents, Roschdy Zem et Chiara Mastroianni, tous deux tendres, touchants et là aussi très juste. On ressent la douleur, la peine et parfois même l’incompréhension chez eux.

Du côté des avocats, Annie Mercier est impressionnante, là où pour la première fois, Anais DeMoustier parvient à se rendre détestable… De par la qualité de son jeu !

Concernant la partie technique, Stéphane DeMoustier offre une réalisation soignée et est parvenu également à insuffler un rythme parfait entre les passages au tribunal et les instants de vie de notre protagoniste principale.

Le temps passe très vite et l’on est suspendu à chaque session du procès. Coupable, Innocente… Le doute est là et chacun se fera sa propre idée à la fin du film, mais dans tout les cas ce qui est certain est que l’on vient d’assister à un très bon film et d épar sa justesse, à un procès passionnant !

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :