Critique de Gangsterdam

5.1

Scénario

5.0/10

Réalisation

5.0/10

Casting

5.0/10

Musique

5.5/10

Les pour

  • Quelques originalités
  • Kev Adams est au top

Les contre

  • Trop de gags tuent le gag

#Twitter : #Gangsterdam @STUDIOCANAL

Réalisateur : Romain Levy

Acteurs : Kev Adams, Manon Azem, Côme Levin, Hubert Koundé, Manu Payet, Patrick Timsit

Date de sortie : 29 mars 2017

Durée: 1h40

Heureusement que le ridicule ne tue pas, car il y en a sacrément beaucoup dans Gangsterdam. Et pourtant ce n’est pas non plus un total massacre. Ces passages où l’on a parfois levé les yeux au ciel ont fait beaucoup rire d’autres personnes autour de nous. Alors oui, il faut reconnaître qu’au moins dans ce film on n’a pas eu peur d’oser et un certain public devrait y trouver son compte. Pour les autres il faudra passer son chemin.

Dans cette comédie d’aventures, Ruben est étudiant en master de droit et alors qu’il se retape une année,  car il a raté son oral final, il fait la rencontre de Nora. Cette jeune femme mystérieuse finira par l’embarquer un peu malgré lui dans une aventure dingue à Amsterdam où ils doivent récupérer de la drogue. Sauf que ça ne va pas se dérouler comme prévu. Il faudra faire avec le meilleur ami de Ruben, un total grand fou qui s’incruste au voyage et à qui on aura envie de foutre des claques tellement il est agaçant et ridicule. C’est apparemment difficile de construire un beau personnage avec une folie « juste » pour apporter l’humour suffisant sans en faire des caisses. De ce fait, on a en comparaison un Kev Adams qui surprend presque,  car il est drôle mais au moins reste simple. Résultat, ses moments de gags passent avec douceur et maîtrise. Hubert Koundé lui fera l’affaire dans son rôle d’Ulysse tout comme la plupart du reste du casting. On va éviter de s’étendre sur le « grand méchant » du film qui, après avoir fait une entrée dans un ralenti cliché,  mais super classe, se casse la gueule dès qu’il revient sans lunettes dans sa deuxième apparition.

Allez passons au positif ,car il y en a quand même un peu pour qu’on accepte de rester jusqu’à la fin. On a, par exemple, un Patrick Timsit très drôle et efficace, une séquence de bataille entre gangsters où les armes fusent, une bande originale au taquet qui nous pousse le rythme à fond et pour finir un temps soit peu d’idées originales.

Résultats, si vous appréciez Kev Adams et l’humour de la majorité de ses films vous devriez être conquis par Gangsterdam. Les autres fuyez, ou alors soyez masochistes vous serez peu être surpris.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :