Critique de Florence Foster Jenkins

Florence Foster jenkins

8

Scénario

7.0/10

Réalisation

8.0/10

Musique

7.5/10

Acteurs

9.5/10

Les pour

  • Un casting exceptionnel
  • Une musique plaisante

Les contre

  • Un ou deux passages qui auraient pu êtres coupés.

Twitter : #FlorenceFosterJenkins @PatheFilms

Acteurs : Meryl Streep, Hugh Grant

Réalisateur : Stephen Frears

Date de sortie : 13 juillet 2016

Durée:  1H50

Un drame, une comédie, une romance… ? Lors de notre rencontre avec le réalisateur Stephen Frears, nous lui avons demandé de quelle manière il décrirait son film et sa réponse a sans doute été la plus belle et la plus juste possible: « Mon film, c’est La vie ».

Florence Foster Jenkins Critique5En effet, Florence Foster Jenkins fait ressentir de nombreuses choses même si de mon côté c’est avant tout l’histoire d’amour entre cet homme et cette femme, mais aussi de l’entourage de cette dernière vis-à-vis d’elle qui m’aura touché le plus. Néanmoins, le fait de considérer le film comme l’histoire d’une vie est diablement juste tant le personnage principal passe par différentes étapes essentielles à son existence.

Mais voilà, si les premiers passages chantés de Meryl Streep font rire, on regrettera l’utilisation trop nombreuse de ceux-ci au détriment de passages émouvants qui aurait permis au film d’exploser véritablement plutôt que de simplement décoller ce qui en soi est déjà très bien évidemment. Appellez-moi, l’éternel romantique, mais chaque instant entre Hugh Grant et Meryl Streep est si beau et tendre que plus de passages de ce gabarit là aurait sans doute pu élever le film dans la catégorie « Comédie romantique culte » aux côtés de classiques tels que Pretty Woman.

Tendre, bienveillant et d’une justesse folle, Hugh Grant montre que son charme opère toujours et qu’il n’y a pas d’âge pour être le roi de la comédie romantique British. Proposant un jeu d’une perfection incroyable, il tient la dragée haute à la très grande et surtout imposante Meryl Streep qui pour ne pas changer est parfaite bien entendu.

Florence Foster Jenkins

Pourtant, en sortie de salle, ce ne sera ni la légende multi oscarisée ou le lover de 4 mariages et un enterrement  qui sort du lot mais bien Simon Helberg, le culte Howard Wolfowitz de la série Big Bang Theory tant ce dernier  explose à l’écran transformant un second rôle en personnage si fort (dans son approche comique, mais aussi dans sa justesse de jeu) en un rôle mémorable. Loin de son personnage qui l’a rendu célèbre à la télé, il parvient à donner vie à ce pianiste un peu perplexe au départ quant à son travail, mais qui par bienveillance va continuer de soutenir cette femme qui lui changera sa vie à tout jamais.

Florence Foster Jenkins Critique3

Le film est agréable à regarder, comprend des passages vraiment drôles et une esthétique vraiment agréable à regarder. Se déroulant pourtant à l’approche de la fin de la seconde guerre mondiale, les décors, les costumes, la lumière et la manière de filmer semblent résolument modernes ce qui permet au spectateur finalement de ne pas avoir ce sentiment de regarder un film historique, mais un film où ces beaux habits, ces belles coiffures et cette musique sont finalement contemporaines. Bien entendu cette illusion est possible de par la réalisation mais également du jeu des comédiens qui ne semblent pas interpréter des personnages déguisés en personnages d’époque, mais qui au contraire disposent d’assez de charisme et de classe que pour rendre le tout très naturel.

Florence Foster Jenkins sera donc parvenu à me convaincre et notamment dans ses passages romantiques, grâce à son excellent casting.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :