Critique de « Destroyer »

Twitter : #Destroyer @Metropolitan_Fr

Titre VO :

Réalisatrice : Karyn Kusama

Acteurs : Nicole Kidman, Sebastian Stan, Toby Kebbell, Tatiana Maslany

Durée: 2h03

Date de sortie : 20 février 2019

Nommée aux derniers Golden Globes en date mais injustement oubliée pour la sélection aux Oscars, Nicole Kidman offre ici un rôle qui aurait pu (et dû) l’emmener très loin.

Dans Destroyer, de la réalisatrice Karyn Kusama (Jennifer’s Body ainsi que de nombreux épisodes de séries comme The Man in The High Castle ou Masters of Sex) , la superbe Nicole Kidman joue le rôle de Erin Bell, une détective de police au bout du rouleau, seule, vieillissante, qui cherche plus que jamais à réparer ses fautes commises par le passé. Un jour arrive où une affaire de meurtre réouvre les plaies et les cicatrices, ce qui lui permettra peut-être d’obtenir enfin ce qu’elle cherche.

Le film est à mi-chemin entre le polar et le film d’auteur. Même si le rythme est pourtant lent et très sombre durant la majeure partie du film au point qu’on peine parfois à comprendre l’ordre dans lequel les flashbacks interviennent, on se retrouve très rapidement fascinés par l’histoire et l’évolution d’Erin. Ce personnage au caractère si trempée, agressif et jamais joyeuse, nous laisse pourtant en totale empathie avec lui.

Avec donc de nombreux flashbacks à l’appui, l’intrigue s’étend sur deux périodes et temporalités totalement différentes. Un contraste qui permet de faire avancer et de creuser les détails de l’histoire de manière inédite et imprévisible, pour se terminer sur des révélations qui ont de quoi laisser bouche-bée. On pourrait parler de twists mais le terme semble un peu simple pour évoquer la qualité plus que remarquable de l’écriture de ce film ainsi que de la façon dont elle influe sur la mise en scène.

Au travers de son ambiance noire et dénuée d’espoir, Destroyer propose le combat d’une femme, perdue en cours de route, pour la rédemption. Et c’est excellent. Nicole Kidman, à défaut peut-être de livrer son plus grand rôle (la palette est vaste et chacun(e) trouvera toujours à y redire), offre en tout cas une prestation audacieuse et dérangeante. Un choc puissant à découvrir vivement.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Cette semaine dans les salles – Zickma

Laissez nous un commentaire