Critique de Brown Bunny

Brown Bunny

4.1

Scénario

4.5/10

Réalisation

5.0/10

Musique

7.0/10

Acteurs

0.0/10

Les pour

  • Une jolie bande originale
  • Une fin inattendue

Les contre

  • Il ne se passe pas grand chose

Twitter : #BrownBunny @MarsFilms @CEfilmfestival

Titre VO : The brown bunny

Réalisateur : Vincent Gallo

Acteurs : Vincent Gallo, Chloë Sevigny, Cheryl Tiegs

Durée : 1h30

Date de sortie : 7 avril 2004

Cette année Cannes est aussi à Paris et au Champs-Elysées film festival puisque le film Brown Bunny est passé par le célèbre festival en 2003 et n’a laissé personne indifférents avant sa présentation cette année sur les champs. Jugé en tant que pire film de l’histoire du festival par le célèbre critique Roger Ebert quand Les cahiers du cinéma l’encense comme l’un des meilleurs films de l’année, Brown Bunny a fait des vagues et pourrait en créer à nouveau cette année au Champs-Elysées film festival.

Pourquoi un tel remue-ménage autour d’un film aussi simple qu’un road trip sur les routes des Etats-Unis ?

Cela commence par une première version du film montrée à cannes et jugée bien trop longue, trop ennuyante et au résultat bien trop basique. En réalité, il est vrai que le film n’est pas réellement exceptionnel et il faut bien admettre qu’il ne se passe finalement pas grand-chose non plus. Il faut en effet attendre les 15 dernières minutes pour que celles-ci donnent de la consistance au film. 15 petites minutes dans lesquelles on voit en gros plan l’actrice Chloë Sevigny pratiquer une fellation à Vincent Gallo, et ce, en mode « Non simulé ».  En 2003, il n’en fallait pas plus pour susciter le scandale et choquer ce beau monde.

Malheureusement de ce film, il ne restera que ceci et sa révélation finale qui offre au film tout son sens. Malheureusement ceci arrive bien trop tard et si dans le fond le film n’est pas mal, il est de ces films qui fonctionnent plus grâce au scandale que grâce à son fond.

Les acteurs ne sont pas mauvais, l’esprit du film fait très Old School et pour une sortie en 2003 / 2004 règne un aspect 80′s mais dans le mauvais sens du terme. Tout fait vieillot et daté et ne sert absolument pas le film.

Reste quand même une bande originale vraiment agréable.

Un film à voir pour comprendre le scandale et aussi pour sa jolie fin finalement loin d’être stupide, dénonçant certaines choses assez fortes comme la lâcheté, la non-réactivité en tant que témoin d’un acte cruel et les conséquences graves que cela peut avoir.

Brown Bunny n’est pas un grand film, mais mérite la curiosité.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :