Critique Alice de l’Autre Côté du Miroir

Alice: de l'autre côté du miroir

5.8

Scénario

5.0/10

Acteurs

5.0/10

Réalisation

6.0/10

Musique

6.0/10

Effets spéciaux

7.0/10

Les pour

  • Direction artistique et effets spéciaux plutôt réussis

Les contre

  • L'absence de Tim Burton
  • Scénario complexe et mou
  • Des acteurs présents pour une belle paye uniquement

Twiter : #Alice #delAutreCôtéduMiroir @DisneyFR

Acteurs : Mia Wasikowska, Johnny Depp, Helena Bonham-Carter, Sacha Baron Cohen, Anne Hathaway

Réalisateur : James Bobin

Date de sortie : 1er juin 2016 (1h50)

SYNOPSIS :

Après son retour de Chine, Alice reçoit la visite d’un mystérieux papillon bleu. Elle devine tout de suite qu’il s’agit d’Absolem. Lui faisant confiance, elle le suit a travers sa maison, et c’est grâce à lui qu’elle traverse un miroir. De l’autre coté, Absolem fait savoir à Alice que le Chapelier Fou, le grand ami de cette dernière, est en danger. Sans hésiter, Alice rejoint vite la demeure du Chapelier, qu’elle trouve mourant. D’après la Reine Blanche, Mirana, le seul moyen de le sauver est de remonter le temps. La mission d’Alice est donc de sauver le Chapelier en essayant de ne pas se faire attraper par le Temps, qui a collaboré avec la perfide Reine Rouge, Iracebeth, la sœur de Mirana.

ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS

CRITIQUE :

Alice de l'Autre Côté du Miroir photo 06Suite au succès commercial, mais non critique de sa version live d’Alice aux Pays des MerveillesDisney remet le couvert en donnant une suite au film de Tim Burton, en espérant renouer avec le succès. Mais le Lapin Blanc semble s’être perdu en chemin…

Il y avait déjà de nombreuses reproches à faire au film de Burton, notamment d’un point de vue scénaristique ainsi que quelques fautes de goûts artistiques, dues certainement à un cahier des charges, de la part d’un studio Disney trop restrictif, ayant vraisemblablement bridé la fibre artistique du célèbre réalisateur de Batman, le défi ou Edward aux mains d’argent. Mais cette suite réalisée par James Bobin nous rappelle étrangement que n’est pas Burton qui veut.

Oubliez donc tout le travail accompli par Tim Burton car certes, les décors, les paysages et les effets spéciaux sont très beaux, colorés et chatoyants. Malheureusement, « Alice de l’Autre Côté du Miroir » ne propose rien d’autre et le film est probablement une des pires productions Disney de ces dernières années. Niveau scénario, ce dernier est bien trop complexe pour les enfants et laisse un goût de déjà vu dans la bouche des adultes, et le goût n’est pas très bon qui plus est.

Pourtant tout semblait bien commencer, alors que nous retrouvions une Alice ayant pris goût aux aventures depuis son dernier périple au PaysAlice de l'Autre Côté du Miroir photo 13 des Merveilles, devenue capitaine d’un bateau et décidée à continuer la destinée de son père. On se rend malheureusement rapidement compte, que le budget réduit de 30 millions vis à vis du premier film aurait été nécessaire pour au choix proposer un meilleur scénariste et surtout des effets spéciaux moins répétitifs (tel que le voyage dans le temps souvent identique). De plus chaque scène semble avoir été abordée comme des mini-sketchs réalisés sans âmes au point de ne pas avoir rectifié certaines incohérences. Au lieu de respecter la véritable suite d’Alice écrite par Lewis Caroll, pour des raisons obscures Disney choisit plutôt d’inventer un voyage temporel sans queue ni tête.

Et ce ne sont pas les acteurs qui arrangent le problème, bien au contraire ! Tous les acteurs semblent en mode automatique. Mia Wasikowska ne semble pas très impliquée dans son personnage, Johnny Depp ne fait que froncer des sourcils et semble totalement en retrait au point d’en être décevant, Helena Bonham-Carter cabotine et c’est sincèrement agaçant de voir un tel casting proposer des performances aussi limitées ! Le petit nouveau Sasha Baron Cohen est plutôt sympa mais  lui aussi limité et le personnages les plus intéressants que sont Le lapin blanc, le chat et la souris se retrouvent bloqués dans un aspect limite proche du Cameo, autant dire, décevant là aussi.

Iracebeth, the Red Queen (Helena Bonham Carter) returns in Disney's ALICE THROUGH THE LOOKING GLASS, an all-new adventure featuring the unforgettable characters from Lewis Carroll's beloved stories.

En bref ! A part deux ou trois séquences visuellement réussies et un univers dans l’ensemble beau et coloré, le scénario insipide d’Alice de l’Autre Côté du Miroir et les acteurs en mode « figurant » finissent par saborder définitivement le long-métrage.

heureusement, Disney est sur la bonne vague et ce film devrait fonctionner mais vivement que l’on passe à La belle et la bête ou que l’on nous rende des films aussi réussis que le livre de la jungle. En réalité, on se dit que Alice n’est définitivement pas une histoire adaptable au cinéma ce qui laisse cet arrière goût venant de la part d’un Studio capable du meilleur concernant les films Live.

 

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :