Chorus, Interview du réalisateur François Delisle

Suite à la projection du film Chorus dont nous sommes sortis ravis, nous avons pu envoyer quelques questions au réalisateur François Delisle. Voici ses réponses.

Chorus Critique11

1 / Pourquoi le choix du noir et blanc ? Est-ce une volonté qui s’est rapidement présentée à vous ?

Le noir et blanc s’est imposé vers la fin de l’écriture. Il n’est pas nécessairement évident de vouloir sortir un film en noir et blanc aujourd’hui, et comme producteur, j’étais conscient que ça allait peut-être rebuter. J’ai donc repoussé le moment où j’allais arrêter mon choix. Mais je ne fais pas de cinéma pour le marché, et pour le thème et le sujet du film le noir et blanc créé un filtre cinématographique qui aide à accuser le choc. C’est devenu incontournable.

2/ Vous êtes-vous inspiré d’autres œuvres pour tourner ce film

Non.

Comment vous est venue l’envie de raconter cette histoire ?

Tout a émergé du désir de vouloir parler du sentiment de perte et de réconciliation. L’histoire du couple qui perd son enfant est ensuite rapidement apparue. Mais ce qui importait le plus était de raconter une histoire d’amour finalement.

3 / Comment s’est déroulé le tournage ?

Je me prépare quand même beaucoup, ce qui fait que tout se déroule avec beaucoup de fluidité, ce qui me laisse une marge de manœuvre pour refaire et ajouter des choses au fil du tournage.

La préparation avec les acteurs ?

Je suis très près d’eux. Étant directeur photo, je suis dans le « bain » autant qu’eux. Ce qui créer un rapport égalitaire. Les paroles sont alors superflues. Nous faisons des essayages, des lectures, mais rien de plus. J’aime mieux le travail sur le plateau.

4 / Vous êtes impliqué dans la création de films indépendants et personnels que ce soit à la réalisation ou à la production. Est-ce une volonté de rester dans ce genre ou souhaiteriez-vous par la suite élargir vos horizons ?

En réalisant, produisant et maintenant en distribuant des films, autant les miens que ceux des autres, je ne vois pas comment mes horizons ne pourraient être plus larges. C’est tout le contraire de vouloir se limiter à un genre. Le cinéma est pour moi une façon d’explorer le monde et la vie, c’est sans limite.

5 / Avez-vous déjà de futures projets en cours de développement ?

Nous complétons en ce moment le financement de mon prochain film intitulé Cash Nexus et je développe les scénarios de deux autres longs métrages.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :