Cette semaine dans les salles

cette-semaine-dans-les-salles-96

Une semaine plus que chargée et en plus des sorties du deux novembre avancées au premier, histoire de grapiller des entrées. Trop de choix tue le choix mais bonnes séances quand même.

 

  • Doctor Strange (The Walt Disney Company France ~588 copies) C’est la quatrième production Marcel à sortie cette année après Deadpool (2.1M), Captain America Civil War (2.9M) et X-Men Apocalypse (2.1M). A la réalisation on retrouve Scott Derrickson à qui l’on doit L’Exorcisme D’Emily Rose (382.2k), Le Jour Ou La Terre S’Arrêta (1.1M), Sinister (425.3k) et Délivre-Nous Du Mal (359.1k).

Doctor Strange suit l’histoire du Docteur Stephen Strange, talentueux neurochirurgien qui, après un tragique accident de voiture, doit mettre son égo de côté et apprendre les secrets d’un monde caché de mysticisme et de dimensions alternatives. Basé à New York, dans le quartier de Greenwich Village, Doctor Strange doit jouer les intermédiaires entre le monde réel et ce qui se trouve au-delà, en utlisant un vaste éventail d’aptitudes métaphysiques et d’artefacts pour protéger le Marvel Cinematic Universe.

CRITIQUE

 

  • La Fille Du Train (Metropolitan FilmExport ~380 copies) Ce film de Tate Taylor est une adaptation du roman de Paula Hawkins. On doit au réalisateur La Couleur Des sentiments (647.3k) et Get On Up (138.1k). En tête d’affiche, on retrouve Emily Blunt qui reste sur le score de Sicario (443.3k).

Rachel prend tous les jours le même train et passe tous les jours devant la même maison. Dévastée par son divorce, elle fantasme sur le couple qui y vit et leur imagine une vie parfaite… jusqu’au jour où elle est le témoin d’un événement extrêmement choquant et se retrouve malgré elle étroitement mêlée à un angoissant mystère.

 

  • Tamara (UGC Distribution ~330 copies) Nouveau film d’Alexandre Castagnetti après L’Incruste (402.4k), Amour & Turbulences (357k) et Le Grimoire D’Arkandias (598.8k). C’est une nouvelle adaptation de BD après Lou Journal Infime (400.1k) et Rosalie Blum (368.2k).

Tamara, 15 ans, complexée par ses rondeurs, décide à son entrée en seconde de se débarrasser de son étiquette de « grosse ». Pour clouer le bec des mauvaises langues, elle fait le pari avec sa meilleure amie de sortir avec le premier garçon qui passera la porte de la classe. Manque de bol, ce garçon s’avère être Diego, le plus beau mec du lycée. Le pari se complique pour Tamara…. Entre les sales coups des garces du lycée, une mère poule, les conseils « drague » de sa petite soeur, Tamara va vivre une année mémorable !

AVANT-PREMIERE
CRITIQUE

 

  • Sing Street (Mars Films ~45 copies) Nouveau film de John Carney après La Vie A La Folie (10.6k), Once (84.1k) et New York Melody (273.1k). Le film a été primé au festival du film britannique de Dinard (grand prix du jury, meilleur scénario, prix du public, coup de coeur).

Dublin, années 80. La pop, le rock, le métal, la new wave passent en boucle sur les lecteurs K7, vibrent dans les écouteurs des walkmans et le rendez-vous hebdomadaire devant  « Top of the Pops » est incontournable.
Conor, un lycéen dont les parents sont au bord du divorce, est obligé à contrecœur de rejoindre les bancs de l’école publique dont les règles d’éducation diffèrent de celles de l’école privée qu’il avait l’habitude de fréquenter.
Il se retrouve au milieu d’élèves turbulents qui le malmènent et de professeurs exigeants qui lui font rapidement comprendre qu’en tant que petit nouveau, il va devoir filer doux. Afin de s’échapper de cet univers violent, il n’a qu’un objectif : impressionner la plus jolie fille du quartier, la mystérieuse Raphina. Il décide alors de monter un groupe et de se lancer dans la musique, univers dans lequel il ne connait rien ni personne, à part les vinyles de sa chambre d’adolescent. Afin de la conquérir,  il lui propose de jouer dans son futur clip.

CRITIQUE

 

  • Le Mystère Jérôme Bosch (Epicentre Films ~33 copies) Documentaire de José Luis Lopez-Linares sur le peintre néerlandais Jérôme Bosch.

500 ans après sa disparition, Jérôme Bosch, l’un des plus grands peintres flamands, continue à intriguer avec une œuvre aussi fascinante qu’énigmatique, aux interprétations multiples. À travers « Le Jardin des Délices », historiens de l’art, philosophes, psychanalystes en cherchent le sens et rendent un hommage vibrant à un artiste qui défie le temps.

 

  • Moi Daniel Blake (Le Pacte ~250 copies) Nouveau film de Ken Loach qui a reçu la palme d’or et la mention spéciale du prix du jury oecuménique au festival de Cannes 2016 et le prix du public à Locarno 2016. Parmi les plus gros succès du réalisateur, on trouve Le Vent Se Lève (971.3k), La Part Des Anges (776.1k), Land And Freedom (757.7k) et Family Life (754k). Le réalisateur reste sur le score de Jimmy’s Hall (460.2k).

Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider…

 

  • L’Attrape Rêves (Jour2fête ~17 copies) Nouveau film de la réalisatrice péruvienne Claudia Llosa après Madeinusa (4k) et Fausta (37.4k).

À Nunavut, dans le Grand Nord canadien, Nana Kunning consulte un guérisseur pour l’un de ses fils. Cette rencontre va bouleverser le cours de son existence. Vingt ans plus tard, son fils aîné part sur les traces de sa mère, accompagné d’une journaliste française. Nana est devenue guérisseuse aux confins du Cercle polaire…

  • Bleeder (La Rabbia ~9 copies) Film danois de Nicolas Winding Refn datant de 1999. On connait surtout le réalisateur pour Bronson (96.6k), Drive (1.5M), Only God Forgives (451.7k) et The Neon Demon (139.3k).

L’amour et la violence à Copenhague. Léo et Louise vivent en couple dans un appartement insalubre. Découvrant que Louise est enceinte, Léo perd peu à peu le sens de la réalité et, effrayé par la responsabilité de sa nouvelle vie, sombre dans une spirale de violence. Au même moment, son ami Lenny, cinéphile introverti travaillant dans un vidéo-club, tombe fou amoureux d’une jeune vendeuse et ne sait comment le lui dire…

 

  • Ta’Ang Un Peuple En Exil Entre Chine Et Birmanie (Les Acacias ~25 copies) Documentaire de Wang Bing sur les Ta’ang. Le meilleur score du réalisateur en France est pour le docu Les Trois Soeurs Du Yunnan (41.2k).

Les Ta’ang, minorité ethnique birmane, sont au coeur d’une guerre civile à la frontière chinoise. Depuis début 2015, de violents conflits ont contraint des milliers d’enfants, de femmes et de personnes âgées à s’exiler en Chine. Le film suit la vie quotidienne de ces réfugiés.

 

  • L’Orchestre Des Aveugles (Avalanche Productions ~5 copies) Film du réalisateur marocain Mohamed Mouftakir.

Dans les premières années du règne d’Hassan II, Houcine, fan de son nouveau roi, est chef d’un orchestre populaire et l’heureux père de Mimou. Houcine prend son rôle très à coeur et veut le meilleur pour son fils. Il lui impose, dès l’école primaire, d’être le premier de sa classe. Si Mimou réussi, Houcine le récompensera.
Houcine et sa famille vivent dans la maison familiale de sa femme, Halima. Cette maison est un lieu de cohabitation animée : une galerie de personnages haut en couleurs s’y croise au rythme de la vie de l’orchestre et de ses danseuses traditionnelles (les Chikhates). Cet orchestre est particulier, les musiciens hommes sont parfois obligés de se faire passer pour des aveugles afin de jouer dans les fêtes réservées aux femmes chez des familles conservatrices marocaines.
Mais Mimou va rapidement croiser le chemin de Chama la nouvelle bonne de la voisine… Il en tombe immédiatement amoureux, il sent quelque chose changer en lui. Réalité et rêve s’entremêlent. Sous l’emprise de cet amour, il ne peut pas se concentrer à l’école et n’est pas premier. Pour ne pas décevoir son père, il va tricher en falsifiant son bulletin de notes.

 

  • La Bataille De Florange (Human Doors Films ~2 copies) Documentaire de Jean Claude Poirson.

Jusqu’où seriez‐vous prêt à aller pour défendre votre emploi et votre région si demain un prédateur financier vous mettait à terre, ruinant votre famille,votre commune, ne vous laissant plus aucun espoir de vous en sortir ? Quel avenir possible sans travail, sans écoles, sans hôpitaux, sans services publics, sans commerces, etc… ?
Le 20 février 2012, les ArcelorMittal de Florange s’engagèrent dans un des plus longs conflits sociaux de ces quarante dernières années. Leur objectif : sauver les deux derniers hauts‐fourneaux de leur vallée, ainsi que les 5 000 emplois qui s’y rattachent à brève échéance.
Avec une imagination redoutable, pendant deux années, ils ont fait trembler les chefs d’états et leurs gouvernements tout en forgeant leur fraternité dans une lutte exemplaire. Un combat jonché de rebondissements, de trahisons d’Etat, de promesses non tenues, de coups de gueule, mais un combat d’hommes debout face à une multinationale et aux puissants.
Espoir, doutes, larmes, courage et éclats de vie, ce film documentaire raconte leur combat.

 

  • On Revient De Loin Opération Correa Episode 2 (Les Films Des Deux Rives ~30 copies) Documentaire de Pierre Carles et Nina Faure et suite d’Opération Correa (0.5k) sorti en 2015.

Depuis 2007 en Équateur, le gouvernement de Rafael Correa a refusé de payer une partie de la dette publique, récupéré la souveraineté sur ses ressources naturelles face aux multinationales. Grâce à des politiques de redistribution, la pauvreté et les inégalités ont baissé fortement tandis que la classe moyenne a doublé en huit ans. Pierre Carles, Nina Faure et leur équipe débarquent tout feu tout flamme dans ce nouvel Eldorado. Mais, à leur arrivée, les rues s’embrasent. En sillonnant le pays en ébullition, nos deux réalisateurs tirent des leçons parfois opposées : l’un voudrait que Correa vienne retaper la France, l’autre s’interroge sur la nécessité d’un homme providentiel.

 

  • Ae Dil Hai Mushkil (Night Ed Films) Film indien de Karan Johar également réalisateur de La Famille Indienne (16.3k) et My Name Is Kahn (42.5k).

Un homme qui cherche l’amour, une femme qui tient à l’amitié, une femme fatale… Chassé-croisé dans un amour triangulaire.

 

  • Kaashmora (Aanna Films ~2 copies) Film indien de Gokul.

Un spécialiste de la magie noire rentre en contact avec un ancien chef de guerre.

 

  • Brussels Texas (Les Films Du Saint André Des Arts) Film de Quentin Montant et Renaud Skyronka.

Élodie, apprentie réalisatrice, filme Maurice, gagnant de l’Euromillions qui, pour devenir acteur, passe des castings en Belgique en suivant les étapes du guide de Chuck Norris…

  • Snowden (Pathé Distribution ~251 copies) Nouveau film d’Oliver Stone inspiré de l’Affaire Snowden. Les meilleurs scores du réalisateurs restent Platoon (2.9M) et JFK (2.5M) et son dernier film à être sorti en France remonte à 2012 : Savages (501.4k).

Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Edward Snowden semble réaliser son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre alors au cœur des Services de Renseignements américains l’ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Violant la Constitution, soutenue par de grandes entreprises, la NSA collecte des montagnes de données et piste toutes les formes de télécommunications à un niveau planétaire.
Choqué par cette intrusion systématique dans nos vies privées, Snowden décide de rassembler des preuves et de tout divulguer. Devenu lanceur d’alerte, il sacrifiera sa liberté et sa vie privée.
En juin 2013, deux journalistes prennent le risque de le rencontrer dans une chambre d’hôtel à Hong Kong. Une course contre la montre s’engage pour analyser les preuves irréfutables présentées par Snowden avant leur publication.
Les révélations qui vont être faites dans cette pièce seront au cœur du plus grand scandale d’espionnage de l’histoire des États-Unis.

AVANT-PREMIERE
CRITIQUE

 

  • Réparer Les Vivants (Mars Films) Film de Katel Quillévéré adapté du roman éponyme de Maylis De Kerangal. On doit également à la réalisatrice Un Poison Violent (102.4) et Suzanne (318.9k).

Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Edward Snowden semble réaliser son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre alors au cœur des Services de Renseignements américains l’ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Violant la Constitution, soutenue par de grandes entreprises, la NSA collecte des montagnes de données et piste toutes les formes de télécommunications à un niveau planétaire.
Choqué par cette intrusion systématique dans nos vies privées, Snowden décide de rassembler des preuves et de tout divulguer. Devenu lanceur d’alerte, il sacrifiera sa liberté et sa vie privée.
En juin 2013, deux journalistes prennent le risque de le rencontrer dans une chambre d’hôtel à Hong Kong. Une course contre la montre s’engage pour analyser les preuves irréfutables présentées par Snowden avant leur publication.
Les révélations qui vont être faites dans cette pièce seront au cœur du plus grand scandale d’espionnage de l’histoire des États-Unis.

  • La Folle Histoire De Max Et Léon (Studiocanal) Comédie de Jonathan Barre avec David Marsais et Grégoire Ludig du Palmashow.

Les aventures de Max et Léon, deux amis d’enfance fainéants et bringueurs, qui tentent par tous les moyens d’échapper à la Seconde Guerre mondiale.

  • Mr Wolf (Warner Bros France) Nouveau film de Gavin O’Connor après Le Prix De La Loyauté (162.1k), Warrior (195.8k) et Jane Got A Gun (157k).

Petit génie des mathématiques, Christian Wolff est plus à l’aise avec les chiffres qu’avec les gens. Expert-comptable dans le civil, il travaille en réalité pour plusieurs organisations mafieuses parmi les plus dangereuses au monde. Lorsque la brigade anti-criminalité du ministère des Finances s’intéresse d’un peu trop près à ses affaires, Christian cherche à faire diversion : il accepte de vérifier les comptes d’une entreprise de robotique ayant pignon sur rue. Problème : la comptable de la société a décelé un détournement de fonds de plusieurs millions de dollars. Tandis que Christian épluche les comptes et découvre les rouages de l’escroquerie, les cadavres s’accumulent…

  • Mademoiselle (The Jockers / Bac Films ~100 copies) Film de Park Chan Wook adapté du roman « du bout des doigts » de Sarah Waters. Parmi les films les plus connus du réalisateur, on trouve Old Boy (143k), Thirst Ceci Est Mon Sang (56k) et Stoker (126.4k).

Corée. Années 30, pendant la colonisation japonaise. Une jeune femme (Sookee) est engagée comme servante d’une riche japonaise (Hideko), vivant recluse dans un immense manoir sous la coupe d’un oncle tyrannique. Mais Sookee a un secret. Avec l’aide d’un escroc se faisant passer pour un comte japonais, ils ont d’autres plans pour Hideko…


Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :