Cette semaine dans les salles

cette-semaine-dans-les-salles-94

Cette semaine,un vaste choix même si  L’Odyssée et Cigognes & Compagnie trustent la majorité des salles. Bon choix et bonnes séances.

 

  • L’Odyssée (Wild Bunch Distribution ~525 copies) Nouveau film de Jérôme Salle après Anthony Zimmer (802.9k), Largo Witch (1.7M), Largo Witch II (1.3M) et Zulu (290.5k).  Après avoir incarné L’Abbé Pierre dans Hiver 54 L’Abbé Pierre (1.6M), c’est donc la seconde fois que Lambert Wilson incarne une personnalité française sur la toile.

1948.Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

 

  • Cigognes & Compagnie (Warner Bros France ~485 copies) Film d’animation de Doug Sweetland et Nicholas Stoller. On doit à ce dernier Sans Sarah Rien Ne Va (86.4k), American Trip (88.4k), 5 Ans De Réflexion (26.9k), Nos Pires Voisins (738.3k) et Nos Pires Voisins 2 (474.6k). L’année 2016 réussit aux films d’animation animaliers puisque déjà quatre films ont dépassé les trois millions d’entrées : Zootopie (4.8M), L’Age De Glace Les Lois De L’Univers (3.4M), Comme Des Bêtes (3.4M) et Le Monde De Dory (3.3M).

Pendant longtemps, les cigognes livraient les bébés. Désormais, elles acheminent des colis pour un géant de l’Internet. Junior, coursier star de l’entreprise, s’apprête à être promu. Mais il actionne accidentellement la Machine à Fabriquer les Bébés… qui produit une adorable petite fille, en totale infraction avec la loi !
Avec l’aide de son ami Tulip, seul être humain sur le Mont Cigogne, Junior se précipite pour effectuer sa toute première livraison de bébé. Le temps presse car son patron ne tardera pas à apprendre la nouvelle… Junior pourra-t-il redonner aux cigognes la vraie mission qui est la leur ?

CRITIQUE
AVANT-PREMIERE

 

  • Captain Fantastic (Mars Films ~111 copies) Film de Matt Ross qui a obtenu plusieurs récompenses : le prix de la mise en scène dans la section un certain regard du festival de Cannes 2016 et les prix du jury et du public au festival du cinéma américain de Deauville 2016.

Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes.
Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris.

CRITIQUE
AVANT-PREMIERE

 

  • La Fille Inconnue (Diaphana Distribution ~192 copies) Nouvelle réalisation des frères Dardenne après La Promesse (374.6k), Rosetta (705.1k), Le Fils (263.6k), L’Enfant (391.7k), Le Silence De Lorna (403.7k), Le Gamin Au Vélo (704.9k), Deux Jours Une Nuit (522.1k). Au casting, on retrouve Adèle Haenel qui reste sur le score de Les Ogres (104.2k) et dont le meilleur score est Les Combattants (421.8k).

Jenny, jeune médecin généraliste, se sent coupable de ne pas avoir ouvert la porte de son cabinet à une jeune fille retrouvée morte peu de temps après. Apprenant par la police que rien ne permet de l’identifier, Jenny n’a plus qu’un seul but : trouver le nom de la jeune fille pour qu’elle ne soit pas enterrée anonymement, qu’elle ne disparaisse pas comme si elle n’avait jamais existé.

CRITIQUE
MASTERCLASS

 

  • Sonita (Septième Factory) Documentaire de Rokhsareh Ghaem Maghami sur la rappeuse Sonita Alizadeh. Le film a été primé au festival de Sundance 2016 en obtenant le grand prix du jury dans la section world cinéma documentary.

Si Sonita, 18 ans, avait eu son mot à dire, elle aurait comme parents Michael Jackson et Rihanna. Réfugiée afghane clandestine en Iran, elle habite depuis dix ans dans la banlieue pauvre de Téhéran. Sonita rêve de devenir une artiste, une chanteuse en dépit des obstacles auxquelles elle est confrontée en Iran et dans sa famille. En effet sa mère lui réserve un tout autre destin : celui d’être mariée de force et vendue pour la somme de 9000 dollars. Mais Sonita n’entend pas se soumettre : téméraire et passionnée, elle bouscule les codes de cette culture conservatrice et décide de se battre pour vivre sa vie.

 

  • Deepwater (SND ~323 copies) Film de Peter Berg à qui l’on doit Very Bad Things (661.8k), Bienvenue Dans La Jungle (103.2k), Le Royaume (408.9k), Hancock (3M), Battleship (1M) et Du Sang Et Des Larmes (235.9k). Le réalisateur retrouve l’acteur Mark Wahlberg qu’il a dirigé dans Du Sang Et Des Larmes.

D’après l’incroyable histoire vraie de la plus grande catastrophe pétrolière de l’histoire.
La plateforme Deepwater Horizon tourne non-stop pour tirer profit des 800 millions de litres de pétrole présents dans les profondeurs du golfe du Mexique. Mike Williams, électricien sur la plateforme et père de famille, connaît les risques de son métier mais fait confiance au professionnalisme de son patron Jimmy Harrell. En revanche, tous se méfient de la société locataire de la plateforme dirigée par Donald Vidrine, qui ne pense qu’à son bénéfice. Lorsque cette société décide contre l’avis des techniciens de la déplacer trop rapidement, il sont loin de se douter que les 5 millions de barils sous leurs pieds sont prêts à exploser… Le seul courage de Mike et ses collègues suffira-t-il à limiter les dégâts et sauver ce qui peut encore l’être ?

 

  • La Pièce Les Derniers Seront Les Premiers (Sony Pictures Releasing France) Premier film de Lamine Diakité et première distribution d’un film français par Sony Pictures Releasing France.

Sam est un sans-abri qui vit dans une cité HLM. Agressé par le Caïd du quartier, il va redonner un sens à sa vie grâce à une simple pièce de deux euros. Il décide d’aider les gens autour de lui, même si pour cela, il lui faudra parfois contourner la loi.

 

 

  • Voyage A Travers Le Cinéma Français (Pathé Distribution ~28 copies) Documentaire de Bertrand Tavernier sur les cinéastes d’hier qui ont certainement inspiré ceux d’aujourd’hui.

Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy. A Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver.

 

  • L’Homme Flottant (Les Films Du Saint André ~1 copie) Nouveau film d’Eric Bu après Swamp (2.4k), En Vie (0.2k) et Le Festin De Pierre (0.2k).

Anton flotte dans la piscine de Sofia depuis 5 ans. Accompagnée d’une joyeuse bande de comédiens venus tout droit du festival d’Avignon, Irina débarque, bien décidée à l’en faire sortir. Une histoire de vases communicants, d’eaux dormantes qui finissent par déborder…

  • A Beautiful Planet (Les Productions De La Géode ~1 copie) Documentaire de Toni Myers qui nous offre une vue de la terre depuis la station spaciale internationale. On doit également au réalisateur Station Spaciale (143.2k) et Hubble Au Dela Des Etoiles (261.4k).

A bord de de la Station Spatiale Internationale, la planète Terre prend une autre dimension et la vie un autre sens.
Les spectateurs de La Géode deviennent les occupants provisoires de l’ISS. Astronautes émerveillés,fascinés et pensifs en regardant la Terre, ils partagent l’expérience de leurs alter ego à 350 km d’altitude, imaginant alors vivre les conditions extrêmes de leur séjour… pendant 47 minutes,intenses, en immersion totale au sein de la thermosphère et dans la station spatiale.
En faisant se succéder trois équipages d’astronautes dans l’ISS, le film développe une portée humaine inhabituelle. Il permet à chacun de s’attacher et de s’identifier, de croire un instant travailler ou jouer avec la microgravité mais aussi de réfléchir à notre planète ou à nous-même, particulièrement en ressentant la camaraderie des équipages, en imaginant cette vie collective dans seulement 400 mètres carrés d’espace de vie, pour de longues ou de très longues périodes (de 3 mois à un an et plus !).
Le film joue de l’opposition entre l’exiguïté de la Station Spatiale et l’immensité de l’Espace avec des vues grandioses de la Terre, notamment celles prises à travers la lucarne multi-pans, nommée « la coupole », qui offre une vision panoramique à 180°… comme l’écran de La Géode !

 

  • La Fabuleuse Histoire De Célestine (Les Films Indépendants D’Exception) Documentaire d’Eric Dick sur trois films vendéens tournés dans les années 80 par un ciné-club amateur et racontant l’histoire de deux familles maraîchines hostiles qui allaient se rapprocher grâce à leurs enfants. Cette trilogie tournée dans la bonne humeur a fait la part belle au patois et aux histoires du pays, notamment les rivalités entre marins et maraîchins.

Ce documentaire va nous faire revivre l’épopée de la trilogie cinématographique des années 80 : « Accords et à cris », « Célestine en profit », « Céleste et les doryphores ».
Trois films évènements Vendéens qui, à l’époque ont eu un succès populaire considérable.
Trois films comiques avec des personnages truculents du terroir.

 

  • Virtual Revolution (Tachkent Productions) Film de science fiction de Guy Roger Duvert.

A Paris, en 2047, alors que la population vit connectée en permanence à des mondes virtuels, un agent employé par une multinationale est chargé de traquer des terroristes qui menacent le système.

 

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :