Cette semaine dans les salles

Cette semaine, une pléiade de nouveautés jouant la contre-programmation face à la nouvelle production Marvel. Bons choix et bonnes séances.

  • Captain Marvel (The Walt Disney Company France ~500 copies) Vingt-et-unième film de l’Univers Cinématographique Marvel et le neuvième de la phase III après Captain America Civil War (2.98M), Doctor Strange (1.97M), Les Gardiens De La Galaxie Vol.2 (3.23M), Spider-Man Homecoming (2.31M), Thor Ragnarok (2.52M), Black Panther (3.68M), Avengers Infinity War (5.14M) et Ant-Man Et La Guêpe (1.85M).

Captain Marvel raconte l’histoire de Carol Danvers qui va devenir l’une des super-héroïnes les plus puissantes de l’univers lorsque la Terre se révèle l’enjeu d’une guerre galactique entre deux races extraterrestres.

CRITIQUE
  • Exfiltrés (Twentieth Century Fox France) Premier long d’Emmanuel Hamon.

Rakka, Syrie, printemps 2015. Faustine ouvre les yeux sur l’enfer dans lequel elle s’est jetée avec son fils de 5 ans. À Paris, Gabriel et Adnan, deux jeunes activistes, sont émus par la détresse de Sylvain, le mari de Faustine. Ils vont ainsi monter une opération d’exfiltration à haut risque. Une histoire vraie de deux mondes et celle d’une génération…

 CRITIQUE 
  • Damien Veut Changer Le Monde (Apollo Films ~220 copies) Nouveau long de Xavier De Choudens après Frères (2.6k) et Joseph Et La Fille (17.4k).

Damien et sa sœur Mélanie ont vécu une enfance heureuse, bercée par les engagements militants de leurs parents. Lorsque leur mère disparait brutalement, la fibre militante de cette famille s’éteint. Vingt ans plus tard, Damien, est devenu pion dans une école primaire, et mène une vie tranquille. Pour sauver l’un de ses jeunes élèves Bahzad, et sa mère, d’une expulsion de territoire imminente, Damien renoue avec son passé et convainc Mélanie, devenue redoutable avocate d’affaires, son meilleur ami Rudy et une bande de potes improbables de l’accompagner dans son nouveau combat. Ensemble, ils vont enfreindre la loi par solidarité. Et très vite se faire complètement dépasser…

CRITIQUE
  • Le Mystère Henri Pick (Gaumont Distribution ~350 copies) Nouveau long de Rémi Bezancon après Ma Vie En L’Air (400.4k), Le Premier Jour Du Reste De Ta Vie (1.21M), Un Heureux Evènement (467.7k), Zarafa (1.48M) et Nos Futurs (186k). C’est également une nouvelle adaptation d’un écrit de Stéphane Foenkinos après La Délicatesse (773.7k), Les Souvenirs (1.06M) et Je Vais Mieux (137.1k).

Dans une étrange bibliothèque au cœur de la Bretagne, une jeune éditrice découvre un manuscrit extraordinaire qu’elle décide aussitôt de publier. Le roman devient un best-seller. Mais son auteur, Henri Pick, un pizzaïolo breton décédé deux ans plus tôt, n’aurait selon sa veuve jamais écrit autre chose que ses listes de courses. Persuadé qu’il s’agit d’une imposture, un célèbre critique littéraire décide de mener l’enquête, avec l’aide inattendue de la fille de l’énigmatique Henri Pick.

 CRITIQUE 
  • Sibel (Pyramide Distribution ~75 copies) Nouveau long de Çağla Zencirci et Guillaume Giovanetti après Noor (11.3k) et Ningen (0.7k). Le film a été primé entre autres à Locarno et Cinémed.

Sibel, 25 ans, vit avec son père et sa sœur dans un village isolé des montagnes de la mer noire en Turquie. Sibel est muette mais communique grâce à la langue sifflée ancestrale de la région. Rejetée par les autres habitants, elle traque sans relâche un loup qui rôderait dans la forêt voisine, objet de fantasmes et de craintes des femmes du village. C’est là que sa route croise un fugitif. Blessé, menaçant et vulnérable, il pose, pour la première fois, un regard neuf sur elle.

  • Bêtes Blondes (UFO Distribution) Un long d’Alexia Walther et Maxime Matray.

Fabien a toujours l’air égaré, et même un peu perché, quand il se réveille. Ephémère vedette d’une sitcom des années 90, il perd régulièrement la boule et la mémoire depuis la disparition de Corinne, sa partenaire à l’écran qu’il aimait tant. Plus rien de l’étonne, pas même sa rencontre avec Yoni, un jeune garçon plein de larmes, qui trimballe dans un sac la tête de son amant, beau comme un rêve, troublant comme un souvenir, comme un reproche… Pour Fabien, il est l’heure de remonter le temps.

  • Nos Vies Formidables (Memento Films Distribution) Nouveau long de Fabienne Godet après La Tentation De L’Innocence (8k), Sauf Le Respect Que Je Vous Dois (121.2k), Ne Me Libérez Pas Je M’En Charge (30.5k) et Une Place Sur La Terre (152k).

Margot, Jérémy, Salomé, César, Sonia…Ils ont entre 18 et 50 ans. Tout les sépare, sauf l’urgence de se reconstruire et de restaurer la relation à l’autre que l’addiction a détruite. Solidaires, ils ont comme seules règles le partage, l’honnêteté, l’authenticité, la sincérité, l’humanité. Une bande incroyable de vivants qui crient haut et fort qu’on s’en sort mieux à plusieurs que seul.

  • Nour (Panoceanic Films) Un long de Khalil Dreyfus Zaarour.

Des journées d’été pleines de rêves, d’amour et de joie, tel est le quotidien de Nour, 16 ans, et de sa bande d’amis. Jusqu’à ce que Maurice, 35 ans, jette son dévolu sur elle et qu’elle soit contrainte de l’épouser. Sa joyeuse insouciance se transforme alors en un quotidien lugubre sur fond de confinement dans  les tâches ménagères…

  • On Ment Toujours A Ceux Qu’On Aime (Dean Medias) Un long de Sandrine Dumas.

Après avoir sabordé sa carrière de chanteuse, Jewell Stone vit à Paris d’un boulot de serveuse. Marie, sa grand-mère et unique famille, qui vit dans le Vermont, USA, débarque du jour au lendemain pour la voir. Mais comment l’accueillir quand Jewell lui raconte depuis si longtemps des bobards sur sa vie, son travail et ses amours ? D’une lettre à l’autre, elle s’est inventée une carrière qui marche, une vie avec Paul, et même une fille, Ruby. Mais comme dit un proverbe italien, le mensonge a les jambes courtes !

CRITIQUE
  • Stan & Ollie (Metropolitan FilmExport ~135 copies) Un long de Jon S. Baird sur le célèbre duo de comique.

1953. Laurel et Hardy, le plus grand duo comique de tous les temps, se lancent dans une tournée à travers l’Angleterre.
Désormais vieillissants et oubliés des plus jeunes, ils peinent à faire salle comble. Mais leurs capacités à se faire rire mutuellement et à se réinventer vont leur permettre de reconquérir le public, et renouer avec le succès.
Même si le spectre du passé et de nouvelles épreuves ébranlent la solidité de leur duo, cette tournée est l’occasion unique de réaliser à quel point, humainement, ils comptent l’un pour l’autre…

CRITIQUE
  • Les Etendues Imaginaires (Epicentre Films ~99 copies) Un long de Yeo Siew-Hua reparti de Locarno 2018 avec le léopard d’or.

Singapour gagne chaque année plusieurs mètres sur l’océan en important des tonnes de sable des pays voisins – ainsi que de la main d’oeuvre bon marché. 
Dans un chantier d’aménagement du littoral, l’inspecteur de police Lok enquête sur la disparition d’un ouvrier chinois, Wang, jusqu’alors chargé de transporter des ouvriers. Après des jours de recherches, toutes les pistes amènent Lok dans un mystérieux cybercafé nocturne.

  • Fragments (FBA Distribution)

Un film sur l’immersion dans l’univers du théâtre et la recherche identitaire d’une jeune comédienne dans la peau de Marilyn Monroe.


  • Funan (Bac Films ~80 copies) Film d’animation et premier long de Denis Do reparti du festival international du film d’animation d’Annecy 2018 avec le cristal du long métrage.

1975. La survie et le combat de Chou, une jeune mère cambodgienne, durant la révolution Khmère rouge, pour retrouver son fils de 4 ans, arraché aux siens par le régime.

 CRITIQUE 
  • Fukushima Le Couvercle Du Soleil (Destiny films) Un long de Futoshi Sato.

Le 11 mars 2011, le Japon est secoué par un séisme, suivi d’un tsunami et de la triple catastrophe nucléaire de Fukushima. L’équipe du Premier Ministre, Naoto Kan, tente de faire face à cette situation. Que s’est-il passé réellement à la résidence du Premier Ministre au moment de la pire crise de l’histoire du pays ? La vérité a-t-elle été entièrement révélée ?

  • Le Cochon Le Renard Et Le Moulin (Gebeka Films ~55 copies) Film d’animation d’Erick Ho.

Un jeune cochon et son père vivent au sommet d’une colline menacée par un gros nuage noir. Avant de partir combattre les brumes, le père construit un moulin à vent pour repousser le nuage et protéger la colline et ses habitants. Resté seul sans son père, le jeune cochon trouve du réconfort et aussi une famille d’adoption avec son ami le Renard. Ensemble, ils font toutes sortes de découvertes surprenantes…

  • A Thousand Girls Like Me (BlueBird Distribution) Documentaire de Sahra Mani.

Sur les pentes des montagnes mauves de Kaboul, où les cerfs-volants tournoient au-dessus des bazars, où règnent les croyances religieuses, Khatera, 23 ans, enceinte de son second enfant, brise le silence. Abusée par son père depuis son jeune âge, elle décide de prendre la parole. Ces quelques mots prononcés à la télévision, devant des millions de téléspectateurs, provoquent un séisme auprès des autorités politiques. Face à elle c’est tout un pays qui se lève. Déterminée à faire valoir ses droits, elle saisit la justice pour se défendre et faire reconnaitre son statut de victime. Comment porter plainte et être entendue ? Ce film coup de poing livre au jour le jour le combat d’une femme d’exception.

  • Dans Les Bois (Les Films Du Préau ~25 copies) Documentaire de Mindaugas Survila.

Au plus près de la vie sauvage… 
Dans les bois nous entraîne dans un lieu où les limites du temps ont disparu, dans une nature sauvage et d’une fragile beauté. Cette immersion totale dans ces forêts ancestrales est une expérience forte pour les spectateurs de tous âges. La caméra de Minaudas Survila a su capter et filmer les animaux de ces bois comme rarement. Porté par une bande son uniquement composée de bruits de la forêt presque palpables, ce documentaire est un témoignage atypique, poétique et fascinant quand l’on songe à la rapidité avec laquelle ces lieux encore vierges sont en train d’être effacés de la surface de la terre.

  • A Kind Of Magic Une Année Pour Grandir (Docks 66) Documentaire de Neasa Ni Chianain et David Rane.

En Irlande, l’internat de Headfort semble tout droit sorti des livres d’Harry Potter. Excentriques et passionnés, John et Amanda Leyden y forment depuis plus de 40 ans un duo d’enseignants à l’humour so british. Leur mot d’ordre : littérature, mathématiques et rock’n roll ! Ici, on apprend à aimer l’école et à partager autre chose que des résultats scolaires. Mais il est bientôt temps pour le couple vedette de partir à la retraite, peut-être la leçon la plus difficile à apprendre.

  • Convergent (Les Découvertes Du Saint-André ~1 copie) Documentaire de stephen Meret.

Peter et Barbara, jeune couple marié depuis cinq ans vient d’emménager dans un appartement de la cinquième avenue de New York. Une vie compliqué pour eux, car Peter trompe sa femme depuis le jour de son mariage, alors que celle-ci ignore que c’est avec sa meilleure amie Christine. Lors de la soirée de la Saint Valentin, une dispute va les entraîner dans un jeu de violence, de haine, de sexe et de manipulation.

  • Maguy Marin L’Urgence D’Agir (Ocean Films) Documentaire de David Manbouch.

Elle est de ces artistes qui creusent des sillons durables et profonds, qui bouleversent les existences. Depuis plus de 35 ans, Maguy Marin s’est imposée comme une chorégraphe majeure et incontournable de la scène mondiale. Fille d’immigrés espagnols, son œuvre est un coup de poing joyeux et rageur dans le visage de la barbarie. Son parcours et ses prises de positions politiques engagent à l’audace, au courage, au combat. En 1981, son spectacle phare, May B, bouleverse tout ce qu’on croyait de la danse. Une déflagration dont l’écho n’a pas fini de résonner.  Le parcours de la chorégraphe Maguy Marin, un vaste mouvement des corps et des cœurs, une aventure de notre époque, immortalisée et transmise à son tour par l’image de cinéma.

  • Népal A Chacun Sa Voie (Filigranowa) Documentaire d’Andrea Leichtfried et Simon Spädkte.

Ce n’est qu’en 1950, lorsque les frontières du Népal furent ouvertes à l’occident, que les étrangers réalisèrent l’incroyable diversité de ce pays allant des jungles du Sud aux sommets enneigés de l’Himalaya au Nord. On voit souvent le plus haut pays du monde à travers les yeux des alpinistes ou des expéditions qui viennent conquérir les  »8000 ». Mais quelle est la vie des Sherpas, des moines bouddhistes, des femmes et des hommes, dans ce pays qui compte huit des dix plus hauts sommets de la planète ? Deux jeunes cinéastes ont plongé dans une réalité où la nature et les dieux gèrent les différents aspects de la vie quotidienne, à la rencontre de personnages forts et attachants pour réaliser ce film intense servi par des images somptueuses.

  • La Flor Part.1 (ARP Sélection) Un long du réalisateur argentin Mariano Llinas d’une durée initiale de 814 minutes.

Long métrage diffusé en 4 parties. 
« La Flor » cambriole le cinéma en six épisodes.
Chaque épisode correspond à un genre cinématographique.
Le premier est une série B, comme les Américains avaient l’habitude d’en faire.
Le second est un mélodrame musical avec une pointe de mystère.
Le troisième est un film d’espionnage.
Le quatrième est une mise en abîme du cinéma.
Le cinquième revisite un vieux film français.
Le sixième parle de femmes captives au 19e siècle.
Mon tout forme « La Flor ».
Ces six épisodes, ces six genres ont un seul point commun : leurs quatre comédiennes.

D’un épisode à l’autre, « La Flor » change radicalement d’univers, et chaque actrice passe d’un monde à l’autre, d’une fiction à un autre, d’un emploi à un autre, comme dans un bal masqué.
Ce sont les actrices qui font avancer le récit, ce sont elles aussi qu’au fur et à mesure, le film révèle. Au bout de l’histoire, à la fin du film, toutes ces images finiront par dresser leurs quatre portraits.

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :