Cette semaine dans les salles

Dernière semaine de novembre avec du bon et du moins bon et un air de déjà vu. Bons choix et bonnes séances.

 

  • Robin Des Bois (Metropolitan FilmExport ~442 copies) Le personnage de Robin Des Bois a fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques On peut citer en vrac Robin Des Bois le film d’animation de Disney (6.47M), Robin Des Bois Prince Des Voleurs de Kevin Reynolds (4.93M), Robin Des Bois de Ridley scott (2.38M) et Robin Des Bois La Véritable Histoire d’Anthony Marciano (540.2k). C’est Otto Bathurst qui réalise cette nouvelle adaptation.

Robin de Loxley, combattant aguerri revenu des croisades, et un chef maure prennent la tête d’une audacieuse révolte contre la corruption des institutions.
CRITIQUE

 

  • Le Grinch (Universal Pictures International France) Film d’animation de Scott Mosier et Yarrow Cheney. On doit à ce dernier la co-réalisation de Comme Des Bêtes (3.74M). Le personnage de Theodor Seuss Geisel a déjà été adapté par Ron Howard (920.5k).

Chaque année à Noël, les Chous viennent perturber la tranquillité solitaire du Grinch avec des célébrations toujours plus grandioses, brillantes et bruyantes. Quand les Chous déclarent qu’ils vont célébrer Noël trois fois plus fort cette année, le Grinch réalise qu’il n’a plus qu’une solution pour retrouver la paix et la tranquillité: il doit voler Noël.
CRITIQUE

 

  • Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes (The Walt Disney Company France) Film de Joe Johnston et Lasse Hallström. Parmi les meilleurs scores de ce dernier, on peut citer Le Chocolat (618.8k), Une Vie Inachevée (323k) et Amours & Mensonges (245.5k). Les réalisateurs adaptent le conte allemand « Casse-Noisette et le Roi des souris » d’Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, publié en 1816.

Tout ce que souhaite Clara, c’est une clé. Une clé unique en son genre, celle qui ouvrira la boîte contenant l’inestimable cadeau que sa mère lui a laissé avant de mourir.
À la fête de fin d’année organisée par son parrain, Drosselmeyer, Clara découvre un fil d’or qui la conduit jusqu’à cette précieuse clé … mais celle-ci disparaît aussitôt dans un monde étrange et mystérieux. C’est dans ce monde parallèle que Clara va faire la connaissance d’un soldat nommé Phillip, d’une armée de souris, et des souverains de trois Royaumes : celui des Flocons de neige, celui des Fleurs et celui des Délices.
Pour retrouver cette clé et restaurer l’harmonie du monde, Clara et Phillip vont devoir affronter la tyrannique Mère Gingembre qui vit dans le quatrième Royaume, le plus sinistre d’entre tous…
CRITIQUE

 

  • Sauver Ou Périr (Mars Films) Deuxième long de Frédéric Tellier après L’Affaire SK1 (393.1k). Ce film sur l’univers des pompiers nous ramène au film de Pierre Jolivet Les Hommes Du Feu (215.3k).

Franck est Sapeur-Pompier de Paris. Il sauve des gens. Il vit dans la caserne avec sa femme qui accouche de jumelles. Il est heureux. Lors d’une intervention sur un incendie, il se sacrifie pour sauver ses hommes. A son réveil dans un centre de traitement des Grands Brûlés, il comprend que son visage a fondu dans les flammes. Il va devoir réapprendre à vivre, et accepter d’être sauvé à son tour.
AVANT-PREMIERE
CRITIQUE

 

  • Lola Et Ses Frères (UGC Distribution ~311 copies) Quatrième long de Jean-Paul Rouve après Sans Arme Ni Haine Ni Violence (379.8k), Quand Je Serais Petit (102k) et Les Souvenirs (1.06M).

Lola a deux frères : Benoit, qui se marie pour la 3ème fois, et Pierre, qui débarque en retard au mariage… Excuses, reproches, engueulades, brouilles, chacun essaye de vivre sa vie de son côté. Benoit va devenir père sans y être prêt. Lola fait la rencontre de Zoher alors qu’elle s’occupe de son divorce. Quant à Pierre, ses problèmes professionnels s’enveniment. Tout dans leur vie devrait les éloigner, mais ces trois-là sont inséparables.

 

  • Les Veuves (Twentieth Century Fox France) Nouveau long de Steve McQueen après Hunger (116.6k), Shame (435.9k) et 12 Years A Slave (1.69M).

Chicago, de nos jours. Quatre femmes qui ne se connaissent pas. Leurs maris viennent de mourir lors d’un braquage qui a mal tourné, les laissant avec une lourde dette à rembourser. Elles n’ont rien en commun mais décident d’unir leurs forces pour terminer ce que leurs époux avaient commencé. Et prendre leur propre destin en main…
CRITIQUE

 

  • La Permission (Sophie Dulac Distribution ~39 copies) Un long de Soheil Beiraghi.

D’après une histoire vraie.
Afrooz est la capitaine de l’équipe féminine de futsal en Iran. Après 11 ans de travail acharné, son rêve devient réalité : l’Iran est en finale de la Coupe d’Asie des nations.
Mais au moment d’embarquer pour la Malaisie, elle apprend que son mari lui interdit de sortir du territoire. En Iran, une femme doit obtenir l’autorisation de son mari pour pouvoir voyager.
Afrooz doit alors réussir à convaincre son mari de la laisser partir, par tous les moyens…

  • Les Héritières (Rouge Distribution ~35 copies) Un long de Marcelo Martinessi qui est reparti de la Berlinale 2018 avec l’ours d’argent de la meilleure actrice pour Ana Brun, l’ours d’argent prix Alfred Bauer et le prix Fipresci.

Asuncion, Paraguay. Chela, riche héritière, a mené la grande vie pendant 30 ans avec Chiquita. Mais au bord de la faillite, elle doit vendre tous ses biens et regarde Chiquita, accusée de fraude, partir en prison. Alors qu’elle n’a pas conduit depuis des années, Chela accepte de faire le taxi pour un groupe de riches femmes âgées de son quartier et fait la rencontre de la jeune et charmante Angy. A ses côtés, Chela prend confiance en elle et cherche à ouvrir un nouveau chapitre de sa vie.

 

  • Diamantino (UFO Distribution ~50 copies) Un long de Daniel schmidt et Gabriel Abrantes. Le film a reçu le grand prix nespresso à la semaine de la critique de Cannes 2018.

Magnifique, candide et attachant, Diamantino est l’icône planétaire du football, un héros flamboyant touché par la grâce. Quand soudain, en pleine Coupe du Monde, son génie s’envole dans les vapeurs roses de ses visions magiques, sa carrière est stoppée net. Problème : il ne connaît rien d’autre.
La star déchue, devenue objet de risée nationale, découvre alors le monde – les autres. Le voilà embarqué dans maintes péripéties qui mutent en odyssée : conspiration familiale (ses deux soeurs n’en veulent qu’à sa fortune), manipulations génétiques
délirantes, crise des réfugiés, complotisme de l’extrême-droite… Et, au beau milieu de cette tragédie, où son chat semble être son dernier supporter, pourtant, surgit l’Amour. Le vrai. C’était écrit.
CRITIQUE

 

  • Voyage A Yoshino (Haut et Court ~60 copies) Nouveau long de Naomi Kawase après entre autres Les Délices De Tokyo (309.8k), Still The Water (108.9k), La Forêt De Mogari (68.2k), Shara (63.2k) et Vers La Lumière (56.9k).

Jeanne part pour le Japon, à la recherche d’une plante médicinale rare. Lors de ce voyage, elle fait la connaissance de Tomo, un garde forestier, qui l’accompagne dans sa quête et la guide sur les traces de son passé. Il y a 20 ans, dans la forêt de Yoshino, Jeanne a vécu son premier amour.

 

  • Gutland (Next Films Distribution) Premier long de Govinda Van Maele.

Au début de l’été, Jens trouve refuge dans un village luxembourgeois. Il s’acclimate et s’intègre non sans mal à la petite communauté et se rapproche rapidement de Lucy, la fille du maire. Qui de Jens ou des habitants de ce paisible village a le plus à craindre et à cacher ?

 

  • Frig (Les Découvertes Du Saint-André ~1 copie) Troisième et dernière partie de la trilogie thématique d’Antony Hickling entamée avec Little Gay Boy (0.2k) et Where Horses Go To Die (0.1k).

Troisième volet de la trilogie : La fin d’une relation amoureuse en trois parties : L’amour, la merde et le sperme. Partant d’un récit personnel d’une relation amoureuse, accompagné d’images qui représentent des bribes de mémoire, le spectateur est ensuite plongé dans l’univers des 120 Journées de Sodome du Marquis de Sade. Composé de danse contemporaine, de performance et de poésie, cet œuvre est un portrait pictural d’une violence subie et d’un parcours de libération chamanique.

 

  • A Bread Factory Part 1 Ce Qui Nous Unit (Ed Distribution ~25 copies) Nouveau long de Patrick Wang après In The Family (6k) et Les Secrets Des Autres (24.2k).

Il y a quarante ans, dans la petite ville de Checkford, Dorothea et Greta ont transformé une usine à pain désaffectée en un espace dédié aux arts : La Bread Factory. Mais un couple célèbre d’artistes-performeurs chinois est arrivé en ville et menace de récupérer les subventions culturelles permettant de faire vivre ce lieu. Non sans humour, les habitants de Checkford tentent de s’adapter aux changements et la Bread Factory de survivre…

  • Portrait D’Une Jeune Femme (Les Films du Chat Sauvage ~1 copie) Documentaire de Stéphane Arnoux.

Marion est de cette génération qui n’a connu comme horizon que la Crise, et qui connaît aujourd’hui la guerre. Une guerre économique, sociale, humanitaire… toute aussi sourde qu’elle est à présent totale. Pour exister et se représenter un après, elle a créé le personnage de Misungui, dont le corps est le lieu où se dispute l’intime avec le politique, de la virtualité de la toile au cœur de la métropole.

 

  • Derniers Jours A Shibati (Meteore Films) Documentaire d’Hendrick Dusollier.

Dans l’immense ville de Chongqing, le dernier des vieux quartiers est sur le point d’être démoli et ses habitants relogés. Le cinéaste se lie d’amitié avec le petit Zhou Hong et Madame Xue Lian, derniers témoins d’un monde bientôt disparu.

 

  • Degas Une Passion Pour La Perfection (Seventh Art Productions) Documentaire de David Bickerstaff.

EXPOSITIONS SUR GRAND ÉCRAN nous emmène à travers les rues de Paris puis au cœur d’une superbe exposition au Fitzwilliam Museum de Cambridge, dont l’impressionnante collection d’œuvres de Degas est la plus représentative de Grande-Bretagne. Ayant bénéficié d’un accès exclusif à une grande variété d’œuvres rares, le film raconte l’histoire fascinante de la quête de perfection de Degas à travers l’expérimentation de nouvelles techniques et les leçons apprises en étudiant les grands maîtres.

 

  • Les Contes Merveilleux Par Ray Harryhausen (Carlotta Films ~15 copies)

Un programme de courts métrages de Ray Harryhausen réalisés entre 1946 et 1953.

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :