Cette semaine dans les salles

Une semaine chargée qui ne devrait toutefois pas faire de l’ombre aux films déjà en salles. Bon choix et bonnes séances.

 

  • Un Amour Impossible (Le Pacte) Nouveau long de Catherine Corsini après Les Amoureux (18.4k), La Nouvelle Eve (421.9k), La Répétition (300.3k), Mariées Mais Pas Trop (64.7k), Les Ambitieux (220.7k), Partir (584.2k), Trois Mondes (62.4k) et La Belle Saison (295.9k). La réalisatrice adapte le roman éponyme de Christine Angot.

À la fin des années 50 à Châteauroux, Rachel, modeste employée de bureau, rencontre Philippe, brillant jeune homme issu d’une famille bourgeoise. De cette liaison passionnelle mais brève naîtra une petite fille, Chantal. Philippe refuse de se marier en dehors de sa classe sociale. Rachel devra élever sa fille seule. Peu importe, pour elle Chantal est son grand bonheur, c’est pourquoi elle se bat pour qu’à défaut de l’élever, Philippe lui donne son nom. Une bataille de plus de dix ans qui finira par briser sa vie et celle de sa fille.
CRITIQUE

 

  • Un Homme Pressé (Gaumont Distribution ~430 copies) Premier long en solo d’Hervé Mimran après deux co-réalisations avec Géraldine Nakache sur Tout Ce Qui Brille (1.42M) et Nous York (616.5k). Il retrouve donc Leila Bekhti pour la troisième fois.

Alain est un homme d’affaires respecté et un orateur brillant. Il court après le temps. Dans sa vie, il n’y a aucune place pour les loisirs ou la famille. Un jour, il est victime d’un accident cérébral qui le stoppe dans sa course et entraîne chez lui de profonds troubles de la parole et de la mémoire. Sa rééducation est prise en charge par Jeanne, une jeune orthophoniste. À force de travail et de patience, Jeanne et Alain vont apprendre à se connaître et chacun, à sa manière, va enfin tenter de se reconstruire et prendre le temps de vivre.

 

  • Kursk (EuropaCorp Distribution) Nouveau long de Thomas Vinterberg après Festen Fête De Famille Dogme 1 (632.2k), Les Héros (15.9k), It’s All About Love (39.2k), Dear Wendy (14.4k), Submarino (21.6k), La Chasse (151.5k), Loin De La Foule Déchainée (146.7k) et La Communauté (98k). Le réalisateur adapte le livre du journaliste Robert Moore «  a time to die the untold story of the kursk tragedy ».

Kursk relate le naufrage du sous-marin nucléaire russe K-141 Koursk, survenu en mer de Barents le 12 août 2000. Tandis qu’à bord du navire endommagé, vingt-trois marins se battent pour survivre, au sol, leurs familles luttent désespérément contre les blocages bureaucratiques qui ne cessent de compromettre l’espoir de les sauver.
CRITIQUE

 

  • Sale Temps A L’Hôtel El Royale (Twentieth Century Fox France) Deuxième long de Drew Goddard après La Cabane Dans Les Bois (318k).

Sept étrangers, chacun avec un secret à planquer, se retrouvent au El Royale sur les rives du lac Tahoe ; un hôtel miteux au lourd passé. Au cours d’une nuit fatidique, ils auront tous une dernière chance de se racheter… avant de prendre un aller simple pour l’enfer.
CRITIQUE

 

  • The Spy Gone North (Metropolitan FilmExport ~31 copies) Un long du réalisateur sud-coréen Yoon Jong-bin.

Séoul, 1993. Un ancien officier est engagé par les services secrets sud-coréens sous le nom de code « Black Venus ». Chargé de collecter des informations sur le programme nucléaire en Corée du Nord, il infiltre un groupe de dignitaires de Pyongyang et réussi progressivement à gagner la confiance du Parti. Opérant dorénavant en autonomie complète au coeur du pays le plus secret et le plus dangereux au monde, l’espion « Black Venus » devient un pion dans les tractations politiques entre les gouvernements des deux Corées. Mais ce qu’il découvre risque de mettre en péril sa mission et ce pourquoi il a tout sacrifié.

 

  • High Life (Wildbunch Distribution ~60 copies) Nouveau long de Claire Denis dont les meilleurs scores sont Chocolat (793.7k), Un Beau Soleil Intérieur (241.5k), White Material (148.1k), Vendredi Soir (121.8k), Trouble Everyday (105.2k) et Nénette Et Boni (102.3k).

Un groupe de criminels condamnés à mort accepte de commuer leur peine et de devenir les cobayes d’une mission spatiale en dehors du système solaire. Une mission hors normes…
CRITIQUE

 

  • Crazy Rich Asians (Warner Bros. France ~125 copies) Nouveau long de Jon M. Chu après Sexy Dance 2 (473.8k), Sexy Dance 3 The Battle (930.8k), Justin bieber Never Say Never (45.9k), I. Joe Conspiration (824.7k), Jem Et Les Hologrammes (1.2k) et Insaisissables 2 (2.1M). Le film est l’adaptation du roman éponyme de Kevin Kwan.

Née à New York, Rachel Chu n’est jamais allée en Asie. En accompagnant son fiancé Nick Young au mariage de son meilleur ami à Singapour, Rachel est donc enchantée de découvrir le continent de ses ancêtres…même si elle redoute un peu de rencontrer la famille de son fiancé. Il faut dire que Nick a omis quelques détails d’importance. Car il est non seulement l’héritier d’une des familles les plus riches du pays, mais aussi l’un de ses célibataires les plus recherchés. Rachel devient alors la cible de toutes les jeunes femmes de la bonne société singapourienne en mal de maris et, pire encore, de sa future belle-mère. Si l’amour ne s’achète pas, l’argent rend les situations parfois bien complexes…

 

  • Heureux Comme Lazzarro (Ad Vitam) Nouveau long d’Alice Rohrwacher après Corpo Céleste (10.9k) et Les Merveilles (142.7k). Le film est reparti de Cannes 2018 avec le prix du scénario.

Lazzaro, un jeune paysan d’une bonté exceptionnelle vit à l’Inviolata, un hameau resté à l’écart du monde sur lequel règne la marquise Alfonsina de Luna.
La vie des paysans est inchangée depuis toujours, ils sont exploités, et à leur tour, ils abusent de la bonté de Lazzaro.
Un été, il se lie d’amitié avec Tancredi, le fils de la marquise.  Une amitié si précieuse qu’elle lui fera traverser le temps et mènera Lazzaro au monde moderne.

 

  • Samouni Road (Jour2fête ~30 copies) Nouveau documentaire de Stefano Savona après Tahrir Place De La Libération (5.6k). Le film est reparti de Cannes 2018 avec l’œil d’or, le prix du documentaire.

Dans la périphérie rurale de la ville de Gaza, la famille Samouni s’apprête à célébrer un mariage. C’est la première fête depuis la dernière guerre. Amal, Fouad, leurs frères et leurs cousins ont perdu leurs parents, leurs maisons et leurs oliviers. Le quartier où ils habitent est en reconstruction. Ils replantent des arbres et labourent les champs, mais une tâche plus difficile encore incombe à ces jeunes survivants : reconstruire leur propre mémoire. Au fil de leurs souvenirs, Samouni Road dresse un portrait de cette famille avant, pendant et après l’événement qui a changé leur vie à jamais.

 

  • Family Film (Rouge Distribution ~10 copies) Un long d’Olmo Omerzu.

Un couple décide de partir en mer, avec le chien de la famille. Ils laissent leurs deux enfants, adolescents, seuls à la maison. Alors que les jeunes gens profitent de cette nouvelle liberté, le bateau des parents disparaît. Les enfants doivent alors soudainement devenir responsables d’eux mêmes. Le chien, bloqué sur une île déserte est leur seul espoir.

 

  • Nous Tikopia (Arwestud Films) Nouveau documentaire de Corto Fajal après Jon Face Aux Vents (4.2k).

Sur l’île de Tikopia, le jeune roi Ti Namo a la lourde tâche de maintenir les conditions de vie de son peuple et les transmettre aux générations à venir. Issus d’une civilisation vieille de 3 000 ans, lui et son peuple sont désormais confrontés à des enjeux qui perturbent la relation millénaire qu’ils entretiennent avec leur île. Pour relever ce défi, Ti Namo s’appuie sur l’héritage de ses ancêtres qui ont bâti un système dans lequel depuis toujours l’île est leur principal partenaire. Dans une ambiance sonore et musicale organique, le film renvoie comme un miroir, le reflet de notre monde et illustre les choix qui déterminent la survie ou non d’une civilisation. C’est finalement un peu de la grande histoire de l’humanité qui se raconte sur cette Terre miniature.

 

  • Les Yatzkan (Les Découvertes Du Saint-André ~#1 copie) Documentaire d’Anna-Celia Kendall-Yatzkan.

« Que faire des affaires de ma mère, de la paperasse, des bouts de ficelle et de son piano déglingué ? » ironise l’auteur-protagoniste quand surgit des cartons une histoire familiale passée sous silence. La voilà lancée sur les traces de son grand-père, Yatzkan, grande figure de la presse populaire du « Yiddishland » du début du XXe siècle. Levant le voile sur les épisodes douloureux de ces confins de l’Europe, une « enquête de mémoire » menée avec autant d’obstination que de fantaisie.

 

  • Rumble The Indians Who Rocked The World (DPAE De La Plume A L’Ecran) Documentaire de Catherine Bainbridge et Alfonso Maiorana.

Rumble explore un chapitre profond, essentiel et jusqu’à présent méconnu de l’histoire de la musique américaine : son influence autochtone. À travers le portrait d’icônes de la musique telles que Charley Patton, Mildred Bailey, Link Wray, Buffy Sainte-Marie, Jimi Hendrix, Jesse Ed Davis, Robbie Robertson, Redbone, Randy Castillo ou encore Taboo, Rumble montre à quel point ces talentueux musiciens autochtones ont contribué à façonner les bandes-originales de nos vies.

 

  • Thugs Of Hindostan  (Aanna Films) Film indien de Vijay Krishna Acharya.

La guerre pour la liberté sur terre se joue en pleine mer. Au 18ème siècle, la British Navy est confrontée à Khudabaksh, un « Thug des mers » qui se bat pour libérer son pays. Les anglais, ne sachant comment l’affronter, font appelle à un autre Thug, Firangi Mallah.

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire