Cette semaine dans les salles

Dernier jour d’octobre et nouvelle semaine de sorties avec déjà trois films qui se distinguent par leur nombre de copies. Bon choix et bonnes séances.

 

  • Bohemian Rhapsody (Twentieth Century Fox France ~505 copies) Nouveau long de Bryan Singer don’t les meilleurs scores en France sont X-Men Days Of Future Past (3.27M), X-Men 2 (2.82M), X-Men Apocalypse (2.16M) et X-Men (1.86M). Dans la catégorie biopic musical, c’est La Mome qui détient pour l’instant le meilleur score (5.25M).

Bohemian Rhapsody retrace le destin extraordinaire du groupe Queen et de leur chanteur emblématique Freddie Mercury, qui a défié les stéréotypes, brisé les conventions et révolutionné la musique. Du succès fulgurant de Freddie Mercury à ses excès, risquant la quasi-implosion du groupe, jusqu’à son retour triomphal sur scène lors du concert Live Aid, alors qu’il était frappé par la maladie, découvrez la vie exceptionnelle d’un homme qui continue d’inspirer les outsiders, les rêveurs et tous ceux qui aiment la musique.
CRITIQUE
PROJECTION PRIVEE

 

  • En Liberté (Memento Films Distribution ~360 copies) Nouveau long de Pierre Salvadori après Cible Emouvante (64.1k), Les Apprentis (599.3k), Comme Elle Respire (141.5k), Les Marchands De Sable (33.3k), Après Vous (971.7k), Hors De Prix (2.15M), De Vrais Mensonges (561.8k) et Dans La Cour (386.7k).

Yvonne jeune inspectrice de police, découvre que son mari, le capitaine Santi, héros local tombé au combat, n’était pas le flic courageux et intègre qu’elle croyait mais un véritable ripou. Déterminée à réparer les torts commis par ce dernier, elle va croiser le chemin d’Antoine injustement incarcéré par Santi pendant huit longues années. Une rencontre inattendue et folle qui va dynamiter leurs vies à tous les deux.
CRITIQUE

 

  • Chacun Pour Tous (SND ~362 copies) Deuxième long de Vianney Lebasque après Les Petits Princes (79.8k).

Martin, coach de l’équipe française de basketteurs déficients mentaux, est au pied du mur. En pleine préparation des Jeux Paralympiques, ses meilleurs joueurs viennent de le laisser tomber. Refusant de perdre la subvention qui est vitale pour sa fédération, il décide de tricher pour participer coûte que coûte à la compétition. Il complète son effectif par des joueurs valides, dont Stan et Pippo, deux trentenaires désœuvrés. Même Julia, la psychologue de la fédération, ne s’aperçoit pas de la supercherie. En s’envolant pour Sydney, Martin est loin d’imaginer le mélange explosif qu’il vient de créer.

 

  • Seule La Vie (Mars Films ~68 copies) Un long de Dan Fogelman.

Amoureux depuis l’université, Will et Abby, deux jeunes New-yorkais, se marient. Alors qu’ils s’apprêtent à devenir parents, leur trajectoire se mêle à d’autres destins. Ceux de Dylan, jeune femme perturbée qui tente d’apaiser sa souffrance, d’Irwin, qui élève sa petite-fille dans un monde dangereux, de M. Saccione, riche propriétaire terrien espagnol, et de son intendant Javier, entouré de sa femme Isabelle et de leur fils Rodrigo.

 

  • Silvio Et Les Autres (Pathé Distribution ~70 copies) Nouveau long de Paolo Sorrentino dont les meilleurs scores sont Youth (397.7k), La Grande Bellezza (242.7k) et This Must Be The Place (147.4k).

Il a habité nos imaginaires par la puissance de son empire médiatique, son ascension fulgurante et sa capacité à survivre aux revers politiques et aux déboires judiciaires. Il a incarné pendant vingt ans le laboratoire de l’Europe et le triomphe absolu du modèle libéral après la chute du communisme.
Entre déclin et intimité impossible, Silvio Berlusconi incarne une époque qui se cherche, désespérée d’être vide.

 

  • Touch Me Not (Nour Films ~28 copies) Premier long d’Adina Pintilie reparti du festival international du film de Berlin avec l’ours d’or et le prix du meilleur premier film.

Entre réalité et fiction, Touch Me Not suit le parcours émotionnel de Laura, Tómas et Christian qui cherchent à apprivoiser leur intimité et leur sexualité. Si  cette soif d’intimité – toucher et être touché, au sens propre comme au sens figuré – les attire autant qu’elle les effraie, leur désir de se libérer de vieux schémas est plus fort. Espace de réflexion et de transformation, Touch Me Not s’attache à comprendre comment vivre l’intimité de manière totalement inattendue et comment aimer l’autre sans se perdre soi-même.

 

  • Le Grand Bal (Pyramide Distribution ~47 copies) Nouveau documentaire de Laetitia Carton après Edmond Un Portrait De Baudoin (1.9k) et J’Avancerai Vers Toi Avec Les Yeux D’Un Sourd (27.1k).

C’est l’histoire d’un bal. D’un grand bal. Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse.
CRITIQUE

  • Sophia Antipolis (Shellac) Nouveau long de Virgil Vernier après Commissariat (3k), Orléans (0.9k) et Mercuriales (4.9k).

Sophia-Antipolis, c’est le nom de ce territoire étrange entre la mer Méditerranée, la forêt et les montagnes.
Sous un soleil aveuglant, des hommes et des femmes sont à la recherche  d’un sens, d’un lien social, d’une communauté. Ils vont croiser le destin d’une jeune fille disparue.

 

  • Ta Mort En Short(s) (Folimage ~30 copies) Programme de courts métrages d’animation dont Pépé Le Morse qui a reçu le césar 2018 du meilleur court métrage d’animation.

6 courts métrages aux techniques d’animation et aux philosophies très différentes pour apprivoiser la mort avec poésie, nostalgie ou humour.
« Pépé le morse » – Lucrèce Andreae (15 min)
Sur la plage sombre et venteuse, Mémé prie, Maman hurle, les frangines s’en foutent, Lucas est seul. Pépé était bizarre comme type, maintenant il est mort.
« Mon Papi S’Est Caché » – Anne Huynh (7 min)
Un grand-père explique à son petit-fils qu’il devra prendre grand soin de son jardin après sa mort. S’ensuit une discussion, touchante et poétique, sur les traces qui restent après la disparition d’un être cher…
« La Petite Marchande D’Allumettes » – Anne Baillod et Jean Faravel (10 min)
Directement adapté du célèbre texte d’Andersen, le film raconte le sort d’une petite marchande qui tente de vendre des allumettes, dans une grande ville, en plein hiver. N’y parvenant pas, pour se réchauffer un peu, elle finit par brûler toutes les allumettes.
« Chroniques De La Poisse » – Osman Cerfon (6 min)
La Poisse est un homme à tête de poisson. De sa bouche s’échappent des bulles qui portent malheur. Lorsque l’une d’elle suit un personnage, le sort s’acharne sur lui…
« Mamie » – Janice Nadeau (6 min)
Mamie habite en Gaspésie dans une maison faisant dos à la mer. L’univers cloîtré de la vieille dame bascule lorsqu’elle reçoit un avis d’expropriation. Ce déracinement se fait sous le regard de sa petite-fille qui interroge l’absence de liens entre elles.
« Los Dias De Los Muertos » – Pauline Pinson (9 min)
Gonzalo, mort depuis peu, retourne chez sa femme Séléné à l’occasion de « Los Dias de los Muertos ». Alors qu’il espérait manger des burritos et des beignets aux patates, il découvre que Séléné lui a cuisiné un poisson microscopique…

  • Les Habilleuses (Les Découvertes Du saint-André ~1 copie) Documentaire de Jean-Louis Mahé.

Six jeunes filles en DMA (diplôme des métiers de la mode et des arts) au lycée Paul Poiret à Paris se confrontent à la réalité de la rue pour habiller les plus démunis. Les étudiantes relèvent le défi de concevoir et réaliser des vêtements à l’usage des sans-abri et de tous ceux qui souffrent du dénuement et de l’exclusion. Elles partent à la rencontre des sans-abri afin de discuter de leurs besoins en vêtements et découvrir leur histoire. Elles cogitent, dessinent, raturent, s’interpellent, jouent de l’aiguille, du ciseau ou de la machine à coudre…
L’habit est ici un formidable vecteur de réflexion qui permet à la jeune génération de faire face à la réalité de la marginalisation, de questionner la société et leur avenir. L’aventure filmée nous immerge dans les abîmes sensoriels et corporels de l’exclusion.

 

  • Six Portraits XL : Philippe Et Bernard (Tamasa Distribution ~1 copie) Documentaire d’Alain Cavalier dont les meilleurs scores dans ce genre sontIrène (41.1k) et Le Caravage (26.3k).

Philippe : Une actrice, un académicien, un boxeur, un comédien, Philippe, athlète complet de l’interview télévisée, se prépare à les interroger les uns après les autres. Une demi-heure chacun, sans ratures, en un après-midi. Il prend des cachets pour se calmer. Il prévoit que le marathon va être costaud. Bernard : Avec un éclairage de fortune, sur les planches d’un petit théâtre de Beauvais, Bernard, comédien, joue pour la première fois une pièce écrite par lui et dont il est le seul acteur. Il émeut les spectateurs mais il ne peut imaginer encore vers quoi le mènera cette représentation.

 

  • On L’Appelait Roda (Zelig Films Distribution) Documentaire de Charlotte Silvera.

Qu’ont en commun des artistes devenus mondialement connus, emportant la langue française sur des tempos et des rythmes allant du rock à la musique médiévale en passant par le mambo ou des mélodies entêtantes sur lesquelles nous dansons toujours ?
Julien Clerc, Claude François, Pascal Obispo, Sophie Marceau, Johnny Hallyday, Juliette Gréco, Vanessa Paradis, Barbara, Mort Schuman, Julio Iglesias, France Gall, Angelo Branduardi, Alain Chamfort, Françoise Hardy, Christophe, Catherine Lara, Louis Bertignac… ou encore Roger Waters !
Qu’ont-ils donc en commun ? Une plume qui écrivait pour chacun d’eux : celle d’Etienne Roda-Gil. 
Le documentaire rend hommage à la créativité de ce « poète industriel » comme il aimait à se nommer et à l’incroyable visionnaire et témoin de son temps grâce aux entretiens menés par Charlotte Silvera, brutalement interrompus par la disparition de Roda-Gil le 28 mai 2004.
Mais d’autres ont pris le relais : compositeurs, interprètes et proches de Roda pour évoquer la place considérable qu’il a tenue dans la chanson française et le chemin lumineux qu’ils ont parcouru ensemble.
« Il y a des chansons qui aident à vivre et des chansons qui aident à mourir » E. Roda-Gil

 

  • Black Indians (Lardux Films ~10 copies) Documentaire d’Edith Patrouilleau, Hughes Poulain : Courts Mais Trash (4k) et Jo Béranger : Voyage En Mémoires Indiennes (14.1k).

Les Black Indians… ce sont des habitants des quartiers de la Nouvelle Orléans, noirs américains qui se regroupent en tribus, fabriquent les plus beaux costumes du monde, et défilent dans les rues tels des anges africains déguisés en indiens de rêve en affirmant à la face du monde la fierté, la beauté, et l’humanité de leurs communautés.
Le film rend hommage aux esprits indiens de la terre d’Amérique comme le font les Big Chiefs des tribus que nous suivons tout au long du film. Musical et dansé, joyeux, Black Indians nous fait remonter jusqu’aux racines du call and response, forme musicale qui est la dernière tradition vivante de la culture africaine et l’une des sources du jazz…

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :