Cette semaine dans les salles

Première semaine d’avril assez chargée où Red Sparrows, Pierre Lapin et Gaston Lagaffe vont très certainement attirer la majorité des  spectateurs sans oublier les autres films. Bon choix et bonnes séances.

 

  • Red Sparrow (Twentieth Century Fox France) Nouveau long de Francis Lawrence après Constantine (1.22M), Je Suis Une Légende (2.97M), De L’Eau Pour Les Eléphants (684.2k), Hunger Games L’Embrasement (3.14M), Hunger Games La Révolte Partie 1 (3.12M) et Hunger Games La Révolte Partie 2 (2.88M). Le réalisateur retrouve Jennifer Lawrence qu’il a dirigée dans les Hunger Games. Cette dernière reste sur le score de Mother (349.5k). Le film est l’adaptation du roman éponyme de Jason Matthews.

Une jeune ballerine, dont la carrière est brisée nette après une chute, est recrutée contre sa volonté par les services secrets russes. Entraînée à utiliser ses charmes et son corps comme des armes, elle découvre l’ampleur de son nouveau pouvoir et devient rapidement l’un de leurs meilleurs agents.
Sa première cible est un agent infiltré de la CIA en Russie. Entre manipulation et séduction, un jeu dangereux s’installe entre eux.
CRITIQUE

 

  • Dans La Brume (Mars Films ~215 copies) Premier long du réalisateur québécois Daniel Roby à sortir en France.

Le jour où une étrange brume mortelle submerge Paris, des survivants trouvent refuge dans les derniers étages des immeubles et sur les toits de la capitale. Sans informations, sans électricité, sans eau ni nourriture, une petite famille tente de survivre à cette catastrophe… Mais les heures passent et un constat s’impose : les secours ne viendront pas et il faudra, pour espérer s’en sortir, tenter sa chance dans la brume…

 

  • Pierre Lapin (Sony Pictures Releasing France) Après Sexe Entre Amis (541.1k) et Annie (138.1k), Will Gluck réalise avec Pierre Lapin, son premier film d’animation adapté du livre éponyme pour enfant de Beatrix Potter.

Le petit lapin préféré des jeunes lecteurs depuis des générations est désormais le héros d’un film plein d’aventures et d’espièglerie ! L’éternelle lutte de Pierre Lapin avec M. McGregor pour les légumes du potager va atteindre des sommets. Sans parler de leur rivalité pour plaire à cette charmante voisine qui adore les animaux… Bien au-delà du jardin, de nombreuses péripéties les entraîneront de la magnifique région des lacs en Angleterre jusqu’à Londres !
CRITIQUE

 

  • Gaston Lagaffe (UGC Distribution ~572 copies) Nouveau long de Pierre François Martin Laval après Essaye Moi (490.7k), King Guillaume (205k), Les Profs (3.95M) et Les Profs 2 (3.49M). Le réalisateur adapte le personnage de Franquin. Le dessinateur a déjà fait l’objet d’adaptation avec Fais Gaffe A La Gaffe (601.3k) et Sur La Piste Du Marsupilami (5.29M). Dernièrement, Le Petit Spirou (463.4k) et Les Aventures De Spirou Et Fantasio (237.8k) n’ont pas séduit.

M’enfin ! Gaston débarque en stage au Peticoin.
Avec ces inventions délirantes, il va changer le quotidien de ses collègues.
Chat, mouette, vache, et gaffophone seront au rendez-vous des aventures de notre bricoleur de génie qui ne pense qu’à faire le bien autour de lui mais qui a le don d’énerver Prunelle son patron.
Les gaffes à gogo de notre empêcheur de travailler en rond pourront-elles éviter que le redoutable Monsieur de Mesmaeker rachète le Peticoin ?

 

  • La Mort De Staline (Gaumont Distribution) Nouveau long d’Armando Iannucci après In The Loop (112.2k). Le réalisateur adapte la BD de Fabien Nury et Thierry Robin.

Dans la nuit du 2 mars 1953, un homme se meurt, anéanti par une terrible attaque. Cet homme, dictateur, tyran, tortionnaire, c’est Joseph Staline. Et si chaque membre de sa garde rapprochée – comme Beria, Khrouchtchev ou encore Malenkov – la joue fine, le poste suprême de Secrétaire Général de l’URSS est à portée de main. (Inspiré de faits réels…)

 

  • Abracadabra (Condor Distribution) Troisième long de Pablo Berger après Torremolinos 73 (29.4k) et Blancanieves (268.8k).

Carmen est résignée: son mari Carlos cumule tous les travers du parfait macho madrilène, et il l’assume. Mais tout change le jour où, après une séance d’hypnose qui tourne mal, il se métamorphose en mari idéal, tendre et attentionné… Carmen est conquise, mais très vite, un doute l’assaille: est-elle en droit de profiter de cette parenthèse inattendue, aux côtés d’un mari qui n’est plus vraiment lui-même ?

 

  • Candelaria (Sophie Dulac Distribution ~19 copies) Un long de Jhonny Hendrix Hinestroza.

La Havane, 1995. Au plus fort de l’embargo américain, les Cubains traversent une crise économique sans précédent. Parmi eux, Candelaria et Victor Hugo, 150 ans à eux deux, vivent de bric et de broc jusqu’au jour où Candelaria rentre à la maison avec une petite trouvaille qui pourrait bien raviver la passion de leur jeunesse…

 

  • Mobile Homes (Nour Films ~50 copies) Premier long de Vladimir De Fontenay. Le film a reçu la mention spéciale du grand jury au festival du film de Cabourg 2017.

Ali et Evan sillonnent les routes entre les Etats-Unis et le Canada. Ils utilisent Bone, le fils d’Ali, âgé de huit ans, dans leurs trafics. Le jeune couple vit de plus en plus dangereusement. Tous rêvent pourtant d’un refuge, d’un foyer, mais leur fuite inexorable les entraîne sur un chemin qu’ils n’avaient pas prévu… Pour trouver sa place, Ali aura à faire un choix entre la liberté et sa responsabilité de mère.
CRITIQUE

 

  • Don’t Worry He Won’t Get Far On Foot (Metropolitan FilmExport ~63 copies) Nouveau long de Gus Van Sant dont les meilleurs scores sont Will Hunting (1.05M), Elephant (762.6k) et Harvey Milk (664.4k) et qui reste sur Restless (90.4k), Promised Land (217.1k) et Nos Souvenirs (28.1k).

Même après avoir failli mourir dans un accident de la route lors d’une nuit de beuverie avec son ami Dexter, John Callahan n’a pas la moindre intention d’arrêter de boire. Il finit pourtant par suivre une cure de désintoxication, soutenu par sa compagne et un mentor charismatique, et se découvre alors un don inattendu… Il crée des dessins à l’humour noir, satirique et insolent, qui lui vaudront un succès international dès leur publication dans la presse. En dessinant, Callahan découvre une nouvelle manière de voir la vie…
CRITIQUE

 

  • A L’Heure Des Souvenirs (Wildbunch Distribution ~85 copies) Nouveau long de Ritesh Batra après The Lunchbox (481.3k). Le cinéaste adapte le roman « une fille qui danse » de Julian Barnes.

Dans son magasin de photographie de Londres, Tony Webster mène une existence tranquille. Sa vie est bousculée lorsque la mère de Veronica Ford, son premier amour, lui fait un étonnant legs : le journal intime d’Adrian Finn, son meilleur ami du lycée. Replongé dans le passé, Tony va être confronté aux secrets les plus enfouis de sa jeunesse. Les souvenirs sont-ils le pur reflet de la réalité ou autant d’histoires que nous nous sommes racontées ?

 

  • Mademoiselle Paradis (ASC Distribution) Nouveau long de la réalisatrice autrichienne Barbara Albert après Les Vivants (1.2k).

L’histoire vraie à Vienne au XVIIIe siècle de la relation entre une pianiste aveugle Maria Theresa von Paradis et le médecin Franz Anton Mesmer qui tente de lui redonner la vue.

 

  • Des Figues En Avril (Coq Héron Productions) Un documentaire de Nadir Dendoune.

Le film « Des Figues en Avril » dessine le portrait drôle et bouleversant de Messaouda Dendoune, filmé par son fils Nadir. Au delà de la personnalité attachante, malicieuse, déterminée et passionnée de la vieille dame de 82 ans, on la découvre au quotidien dans son deux pièces de l’Ile Saint Denis, ponctué par la présence invisible de l’absent. Elle apprend désormais à vivre seule depuis que son mari Mohand, atteint de la maladie d’Alzheimer, a été placé en maison médicalisée. Messaouda, bercée par ses chanteurs kabyles emblématiques, comme Slimane Azem, raconte avec fierté, sa France des quartiers populaires et le devenir de ses enfants.

 

  • Un Cheval Nommé Eléphant (Bobine Films) Un long d’Andrés Waissbluth.

Un grand-père au seuil de la mort demande à ses petits-enfants, Lalo et Roberto, de libérer leur cheval
« Elephant » avant de le vendre. Ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’est le vol du cheval par Infausto, un homme qui décide de l’emmener dans le cirque où il est employé. Lalo et Roberto décident de se faire embaucher dans le cirque pour essayer par tous les moyens de le récupérer même si cela met leur vie en danger.

 

  • Lutine (Lutine & Cie ~1 copie) Deuxième long d’Isabelle Broué après Tout Le Plaisir Est Pour Moi (216.3k).

Une réalisatrice décide de tourner, là maintenant tout de suite, un documentaire sur le lutinage – aussi appelé polyamour, polyamorie, ou l’art des amours plurielles.
Jouant avec les émotions et les sentiments – surtout ceux des autres – brouillant les pistes entre réalité et fiction, elle prend des risques dont elle ne mesure pas toujours les conséquences…
Son couple y résistera-t-il ? Finira-t-elle son film ?

 

  • La Fille Aux Deux Visages (Les Découvertes Du Saint André ~1 copie) Premier long de Romain serir.

Clarisse rencClarisse rencontre Marc, un jeune chirurgien, avec qui elle passe la nuit dans son hôtel particulier. Au matin, la jeune femme se rend compte qu’elle a été dupée : après l’avoir enfermée dans une chambre de la maison, Marc va l’obliger à endosser le rôle de sa défunte femme, jusqu’à lui donner son propre visage. Peu à peu Clarisse va devenir Hélène… Mais peut-on effacer son identité pour celle d’une autre ?

 

  • La Révolte Des Jouets (Malavida ~50 copies) Film d’animation de Hermina Tyrlova et Bretislav Pojar.

Un programme d’animation autour du monde des jouets composé de 3 films et autant de chefs-d’œuvre (en versions restaurées), dont le mythique court anti-nazi du même nom.

 

  • Professeur Balthazar (Les Films Du Préau) Film d’animation de Zlatko Grgic, Boris Kolar et Ante Zaninovic avec 5 histoires : la neige, Fabien vole, bim bam boum, l’arc-en-ciel et bonheur pour deux.

Tout est imaginable avec le Professeur Balthazar : fabriquer des arcs-en- ciel, conduire un tramway volant ou acheter des nuages… Inventeur génial, il aide en permanence les habitants de Balthazarville à réaliser leurs rêves les plus fous.

 

  • Retour Au Palais (Shellac) Documentaire de Yamina Zoutat.

C’est une gigantesque demeure qui compte, dit-on, 6999 portes, 3150 fenêtres et 28 kilomètres de couloirs. Des caves aux greniers et jusque sur les toits, le personnel de la maison s’affaire à toute heure, pendant que les murs résonnent de ce qui se juge ici. Enfants battus, trafics, divorces, enlèvements, crimes de sang… Cette maison, c’est le Palais de Justice de Paris dont le déménagement est imminent.

 

  • Percujam (Jour2fête ~5 copies) Documentaire d’Alexandre Messina.

PERCUJAM est un groupe de musique unique, composé de jeunes adultes autistes et de leurs éducateurs. Artistes de génie, ils sillonnent les scènes françaises et étrangères avec un répertoire entrainant, aux textes poétiques et militants. Un monde à découvrir, où travail, humanisme et humour riment avec musique.

 

  • Nul Homme N’Est Une Ile (Météore Films ~23 copies) Nouveau documentaire de Dominique Marchais après Le Temps Des Graces (10k) et La Ligne De Partage Des Eaux (3.3k).

…« chaque homme est un morceau du continent, une partie de l’ensemble. » Nul Homme n’est une île est un voyage en Europe, de la Méditerranée aux Alpes, où l’on découvre des hommes et des femmes qui travaillent à faire vivre localement l’esprit de la démocratie et à produire le paysage du bon gouvernement. Des agriculteurs de la coopérative le Galline Felici en Sicile aux architectes, artisans et élus des Alpes suisses et du Voralberg en Autriche, tous font de la politique à partir de leur travail et se pensent un destin commun. Le local serait-il le dernier territoire de l’utopie ?

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :