Cette semaine dans les salles

Une semaine dominée par la sortie du nouvel opus de Moi Moche Et Méchant tandis que Les Hommes Du Feu vont arbitrer l’affrontement de Loue-Moi et Embrasse-Moi. Bon choix et bonnes séances.

 

  • Moi Moche Et Méchant 3 (Universal Pictures International France ~879 copies) Nouvelle production d’Illumination Entertainment aprèsMoi Moche Et Méchant (3M), Hop (591.6k), Le Lorax (645.2k), Moi Moche Et Méchant 2 (4.65M), Les Minions (6.65M), Comme Des Bêtes (3.74M) et Tous En Scène (3.52M). A la réalisation, on retrouve Pierre Coffin déjà présent sur Moi Moche Et Méchant (3M), Moi Moche Et Méchant 2 (4.65M) et Les Minions (6.65M) et également Kyle Balda déjà présent sur Les Minions (6.65M) et Le Lorax (611.6k).

Dans ce troisième volet, Balthazar Bratt, un ancien enfant star reste obnubilé par le rôle qu’il a interprété dans les années 80. Il va devenir l’ennemi juré de Gru.
CRITIQUE

  • Les Hommes Du Feu (StudioCanal ~280 copies) Nouveau film de Pierre Jolivet dont les meilleurs scores sont Je Crois Que Je L’Aime (849.8k), Ma Petite Entreprise (844.5k), Force Majeure (668.8k), Le Frère Du Guerrier (331k) et Mains Armées (322.8k) et qui reste sur Jamais De La Vie (104.3k).

Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L’été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade… Plongée dans la vie de ces grands héros : courageux face au feu, mais aussi en 1ère ligne de notre quotidien.

  • Loue-Moi (Metropolitan FilmExport ~138 copies) Premier long de Coline Assous et Virginie Schwartz.

Léa, 27 ans, n’est pas la brillante avocate qu’imaginent ses parents. En réalité, avec Bertille sa meilleure amie et colocataire, elle a monté une agence proposant de « louer » leurs services pour tous types de missions. De ramasseuse de balles à fille aimante, de conseillère conjugale à belle-fille idéale, Léa jongle avec les identités jusqu’à s’y perdre elle-même.
Alors quand son amour de jeunesse réapparait et se retrouve mêlé malgré elle à un de ses mensonges, les choses vont rapidement lui échapper…
RENCONTRE
CRITIQUE

  • Embrasse-Moi (Haut et Court ~80 copies) Premier long d’Océanerosemarie et le deuxième de Cyprien Vial après Bébé Tigre (19.9k).

Océanerosemarie déborde de vie, d’amis et surtout d’ex-petites amies. Mais elle vient de rencontrer Cécile, la « cette-fois-c’est-vraiment-la-bonne » femme de sa vie ! Même si elle ne lui a pas vraiment demandé son avis… Il est temps pour Océanerosemarie de grandir un peu pour réussir à la conquérir. En sera-t-elle seulement capable ?
CRITIQUE

 

  • Entre 2 Rives (ASC Distribution ~26 copies) Nouveau long du réalisateur sud coréen Kim Ki Duk. Ses plus gros scores en France sont Printemps Eté Automne Hiver Et Printemps (225k) et Locataires (149.7k).

Sur les eaux d’un lac marquant la frontière entre les deux Corées, l’hélice du bateau d’un modeste pêcheur nord-coréen se retrouve coincé dans un filet. Il n’a pas d’autre choix que de se laisser dériver vers les eaux sud-coréennes, où la police aux frontières l’arrête pour espionnage. Il va devoir lutter pour retrouver sa famille…

 

  • I Am Not Madame Bovary (Happiness Distribution ~35 copies) Un long du réalisateur chinois Xiaogang Feng adapté du roman de Zhenyun Liu. Le film a été primé au festival de San Sebastian 2016 (meilleur film, meilleur actrice).

Li Xuelian et son mari Qin Yuhe simulent un divorce pour obtenir un second appartement. Six mois plus tard, Qin se marie à une autre femme. Abandonnée et bafouée, Li se lance dans une quête de justice qui va durer des années. Un portrait satirique de la Chine à travers le combat d’une femme déterminée à faire valoir ses droits.

 

  • Le Caire Confidentiel (Memento Films Distribution ~100 copies) Un long de Tarik Saleh primé au festival international du film policier de Beaune 2017 (grand prix) et au festival du film de Sundance 2017 (World Cinema Grand Jury Prize: Dramatic).

Le Caire, janvier 2011, quelques jours avant le début de la révolution. Une jeune chanteuse est assassinée dans une chambre d’un des grands hôtels de la ville. Noureddine, inspecteur revêche chargé de l’enquête, réalise au fil de ses investigations que les coupables pourraient bien être liés à la garde rapprochée du président Moubarak.
CRITIQUE

 

  • Le Dernier Vice Roi Des Indes (Pathé Distribution ~124 copies) Nouveau long de la réalisatrice Gurinder Chadha connu pour Joue-La Comme Beckam (375.7k) et Coup De Foudre A Bollywood (203.9k).

Mars 1947. Après 300 ans de domination anglaise, le Palais du Vice-Roi à Delhi ouvre ses portes une dernière fois pour accueillir en grande pompe Lord Mountbatten et sa famille.
Petit-fils de la reine d’Angleterre et nommé dernier Vice-Roi des Indes, « Dickie » Mountbatten devra préparer le pays à l’indépendance. Mais la tâche s’avérera bien plus ardue que prévu. Après d’âpres négociations avec Nehru, Gandhi et Jinnah, perturbées par de violents conflits religieux, il n’aura d’autre choix que d’entériner la partition des Indes et la création d’un nouvel état, le Pakistan.
Dans le même temps, Jeet et Aalia, deux jeunes indiens au service du Palais et que la religion oppose, subiront ces évènements et auront à choisir entre leur amour et leur attachement à leurs communautés.
La décision de Lord Mountbatten va provoquer l’un des plus grands déplacements de population de l’Histoire et ses conséquences se font encore ressentir aujourd’hui.

 

  • Anna (Films Connection ~10 copies) Un film du réalisateur colombien Jacques Toulemonde Vidal.

Paris. Anna, lutte au quotidien contre ses démons. Entre fragilité psychologique et excentricité, son ex-mari estime qu’elle ne peut plus s’occuper de Nathan, leur fils de 10 ans. Anna rêve alors d’une nouvelle vie, plus libre et audacieuse. Elle décide brutalement de retourner en Colombie, son pays natal, avec son petit ami et Nathan. Tout lui semble possible.

 

  • Koblic (Bodega Films ~40 copies) Nouveau long de Sebastián Borensztein après El Chino (89k).

Argentine 1977. Un ancien pilote et capitaine de la Marine argentine, Tomas Koblic s’enfuit après avoir désobéi à un ordre de l‘armée soumise à la dictature. Caché dans une petite ville du sud du pays, sa présence attire l’attention du maréchal local d’une autorité abusive et sans scrupules. La conscience n’a nulle endroit pour se cacher.
CRITIQUE

 

  • Mom (Aanna Films) Film indien de Ravi Udyawar.

Dieu ne peut être partout. C’est pour cela qu’il créa Maman (Mom). Devki aime sa famille, son mari et ses 2 adorables filles. Cette mère voit sa fille entrer dans sa vie. Mais sa fille Arya ne laisse jamais sa mère entrer dans la sienne. Devki attend le jour où sa fille comprendra le torrent d’amour qu’elle a pour elle. Un jour, un drame brise l’espoir de Devki et l’éloigne pour de bon de sa fille. Mais Devki ne se laisse pas dévorer par les événéments. Son amour maternelle est plus fort.

 

  • Vikram Vedha (Night Ed Films) Film indien de Pushkar et Gayathri.

Le face à face de deux acteurs les plus doués de leur génération dans un polar sombre.

 

 

 

  • A La Recherche des Femmes Chefs (La Ferme Productions ~30 copies) Documentaire de Verane Frediani.

Vérane Frédiani est partie aux quatre coins de la planète à la rencontre de femmes chefs qui innovent dans la haute gastronomie, dans la restauration et dans les métiers de bouche.
Tout au long du film, on suit ces femmes dans les cuisines des grands restaurants, au sein des écoles, mais aussi dans la rue avec la street-food qui a le vent en poupe.
On croise aussi des sommelières, des activistes, des femmes entrepreneuses qui managent des brigades et se battent au quotidien pour exister dans des sphères d’hommes, qui prônent le développement durable, l’égalité et qui souhaitent changer le monde à travers leur vision de la gastronomie.
Ces femmes considèrent avant tout le métier de chef comme un moyen de communiquer avec les autres, un moyen d’éduquer les enfants comme les adultes à leur propre culture, une manière d’étendre le rôle des femmes dans la société et de supporter les économies locales.
Le film présente une nouvelle vision de la femme chef, toujours dynamique et battante, toujours en mouvement, créatrice, voyageuse, cultivée, curieuse, parfois rebelle, résistante aux modes mais pas aux influences extérieures, gardienne d’une certaine tradition mais qui sait s’en libérer pour faire avancer sa vie. La femme chef telle que nous la découvrons ici est parfois solitaire voire unique.

 

Synopsis © Distributeurs & Allociné

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :