C comme culte 31 – A.I Intelligence Artificielle

On vous propose aujourd’hui de revenir sur une des œuvres du cinéma du grand Steven Spielberg : A.I Intelligence Artificielle.

On le connaît pour sa capacité à réaliser des films qui ont révolutionnés le cinéma, et même s’il est aussi bon pour créer des films fantastiques (Indiana Jones, Hook ou la revanche du Capitaine Crochet), des films de guerre (Empire du Soleil, Il faut sauver le soldat Ryan) ou des drames (La Liste de Schindler, Always), Steven Spielberg est surtout reconnu pour ses célèbres films de Science-fiction notamment, Rencontre du Troisième Type, E.T L’extra-terrestre et Jurassic Park. C’est en 2001, 3 ans après la sortie de Il Faut Sauver le Soldat Ryan que Spielberg décide de nous emmener dans un monde futuriste. Avec l’aide de Stanley Kurbrick, il met en scène de façon assez remarquable l’importance de la technologie en créant un monde où les humains partagent leur vie avec ce qu’ils ont appelés eux-mêmes les Mécas, des robots androïdes crées pour aider les humains et répondre à leurs besoins.

Jusqu’au jour ou un couple, Henry et Monica Swinton, dont leur enfant est dans le coma, décident d’adopter un enfant méca (David) capable d’aimer. C’était sans compter sur le progrès incroyable de la science qui ramena l’enfant d’Henry et Monica. Suite à cela, Monica décide d’abandonner David dans la forêt, le laissant seul face à un monde qui est détruit et où les humains cherchent à détruire les Mécas. Grace à l’aide d’un autre robot appelé Gigolo Joe, David va partir à la recherche de son identité et va tout faire pour devenir un petit garçon comme tout le monde et pouvoir retourner dans sa famille adoptive.

A i

L’histoire est fortement intéressante et on retrouve de nombreux thèmes qui sont importants, tant au cinéma que dans la vie de tous les jours : l’enfance, l’amour, la technologie et la recherche de soi. C’est notamment grâce à une mise en scène des plus remarquables – avec de nombreuses métaphores – que le film gagne en puissance même si les critiques n’auront pas été excellentes.

Bien entendu, David est un personnage auquel on s’attache. Interprété de façon magistrale par Haley Joel Osment qui est resté dans les mémoires, il n’aura jamais une seule fois dans la totalité du film cligné des yeux ! Le jeune acteur qu’on a connu dans Sixième Sens a aujourd’hui 28 ans et il continue de tourner dans des films.

Contre toute attente, Lara Fabian rencontrera Steven Spielberg pour la bande-originale du film (toujours composée par le magistral et fidèle accolyte de Spielberg: John Williams) et interpretera la chanson For Always.

Si le film ne vaut pas le succès qu’a pu avoir E.T où même Jurassic Park, il reste un film de Steven Spielberg qu’il faut découvrir, notamment pour sa capacité à aborder des thèmes aussi réels que nécessaires.

téléchargement

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :