Boy Erased : Critique du film

boy erased

8.7

Casting

9.5/10

Scénario

8.5/10

Musique

8.0/10

Les pour

  • Touchant
  • Casting excellent

Les contre

  • Quelques scènes brutales

Twitter : #BoyErased

Titre VO : Boy Erased

Réalisateur : Joel Edgerton

Acteurs : Lucas Hedges, Nicole Kidman, Russell Crowe, Xavier Dolan

Durée : 1h55

Date de sortie : 27 mars 2019

Après The Gift sorti en 2015 sur la plateforme Netflix, Joel Edgerton revient cette année en tant que réalisateur et acteur – comme toujours – dans Boy Erased. Il nous raconte l’histoire de Jared, fils de pasteur, dont sa sexualité va être mise au grand jour lorsqu’il à 19 ans. Il sera dans l’obligation suite à sa religion de suivre une thérapie de reconversion.

L’homosexualité est un sujet qu’on retrouve souvent au cinéma, il peut être montré de façon différente selon les films, selon les propos. Ici, pas d’histoire d’amour envoûtante comme dans Call Me By Your Name ou douloureuse comme Closet Monster. Nous sommes centrés sur Jared, dans les années 80, qui est forcé à remettre en ordre ses pensées et ses « péchés » selon l’église. Lors de ses venues au centre et de ses flash-backs (ou on apprend petit à petit comment il en est arrivé là), quelques scènes se veulent brutales et sont difficiles à regarder ; puisque même si certaines scènes contiennent de la souffrance physique, la plupart sont surtout mentales, ce qui est bien souvent pire. Le film se veut dramatique, la musique au piano renforce cette idée dans le but de nous faire tirer les larmes, mais le sujet est si important que cela n’est pas plus mal.


A peine remis de sa performance dans Ben Is Back, Lucas Hedges nous ébloui par son talent, accompagné de la superbe Nicole Kidman jouant le rôle de sa mère et de Russell Crowe, son père. La présence de Xavier Dolan est aussi une bonne surprise, tout comme Joel Edgerton dans le rôle du responsable du centre en question.

En conclusion, Joel Edgerton nous offre un film émouvant, touchant, et quelque peu révoltant sur l’acceptation de soi et sur la normalité.

Be the first to comment

Laissez nous un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :